Accueil » Genre » Affaires publiques » L’appel de Bernard Derome entendu

L’appel de Bernard Derome entendu

L’appel de Bernard Derome entendu – Un groupe de la société civile se forme pour sauver Radio-Canada des griffes des Conservateurs.

bernardderomejournalistetelevision_1999
MONTREAL, le 31 mai /CNW Telbec/ – Un groupe de citoyens québécois lance
le mouvement « SOS Radio-Canada » dans le but de contrer, par un soutien public,
le gouvernement conservateur de Stephen Harper dans sa décision d’abandonner
Radio-Canada à son sort.
Cette annonce survient seulement quelques jours après l’appel à la
mobilisation de la société civile lancé ce jeudi 21 mai à l’Assemblée
nationale du Québec, par l’ex-chef d’antenne du Téléjournal, Bernard Derome.
« Les Conservateurs voudraient profiter de la crise pour démanteler
Radio-Canada qu’ils ne feraient pas autrement », lance Emmanuel Bilodeau,
porte-parole du groupe qui tient désormais pignon sur Web à
sosradiocanada.org. « Les Conservateurs sont-ils en train d’afficher le même
mépris qu’au moment de leurs compressions dans la culture ? Le gouvernement
fédéral sous-finance notre radiodiffusion publique. A seulement 33 $ par
personne, alors que la moyenne occidentale est de 80 $, on ne peut parler d’un
luxe. Radio-Canada joue un rôle essentiel pour le développement culturel du
Québec, en plus d’être un pôle de création. Radio-Canada, c’est aussi le chien
de garde de notre démocratie et un modèle journalistique ».
SOS Radio-Canada s’est donné pour mission de mobiliser la population afin
d’amener le prochain gouvernement canadien à reconnaître l’importance
culturelle et sociale de Radio-Canada au Québec et à augmenter de façon
permanente son financement public. Pour y arriver, le groupe mènera une
campagne de mobilisation énergique, notamment sur le Web et entend intervenir
sur la place publique.
Le 25 mars, en raison d’un manque à gagner de 171 M $, Radio-Canada a
annoncé qu’elle allait devoir vendre des actifs et sabrer 10 % de ses
effectifs, soit 805 postes, dont près de la moitié dans des services français,
pourtant forts populaires.
Auparavant, les Conservateurs avaient démontré leur intransigeance
idéologique en refusant à la SRC une avance sur ses crédits parlementaires ou
même la possibilité d’emprunter. Plusieurs émissions ont en conséquence été
abandonnées. Les licenciements seront tous réalisés d’ici septembre et une
seconde vague de mises à pied est envisagée.
« Radio-Canada oeuvre au rayonnement de la culture francophone. Quand on
constate combien elle est un moteur de notre développement social et
économique, il est impossible d’interpréter ces décisions comme un simple
redressement administratif, alors qu’elles sont vécues et orchestrées comme un
règlement de compte politique », reprend Emmanuel Bilodeau. « J’ai grandi avec
Radio-Canada et ses formidables émissions jeunesses, ses télé-théâtres et ses
téléromans. Chez nous, ses bulletins d’informations étaient sacrés. Tellement,
que deux de mes frères et moi-même rêvions de devenir journalistes à
Radio-Canada. Rêve que nous avons tous les trois réalisé. J’ai beaucoup
travaillé comme acteur pour Radio-Canada, qui a été aussi marquante dans ma
vie que les plus grands professeurs que j’ai eus. Et elle doit continuer à
l’être pour les générations à venir. »
SOS Radio-Canada partage les constats et solutions proposées par le
Comité permanent du patrimoine canadien en mars 2008 qui proposait un
financement de la SRC sur 7 ans, qui ferait passer la contribution de chaque
Canadien de 33 à 40 dollars et qui rendrait permanent l’actuel financement
annuel d’appoint de 60 M $. « Ca aurait procuré 225 M $ de plus à Radio-Canada
plutôt que le manque à gagner actuel de 171 M $ », fait savoir Emmanuel
Bilodeau. « Et le petit 10 $ de plus que cela exige de chaque Canadien n’est
rien à côté des 5,2 milliards que le gouvernement de Stephen Harper vient
d’offrir au secteur automobile – et ce n’est qu’un d’exemple parmi tant
d’autres. Ce gouvernement doit nous expliquer comment la création de 400
chômeurs de plus au Québec, ça constitue une mesure de relance économique ».
SOS Radio-Canada en appelle toute la population à se joindre au mouvement
en visitant le site sosradiocanada.org et en s’inscrivant à la liste de
diffusion. Les organismes sont également invités à faire parvenir des lettres
d’appui au groupe. « Ces décisions causent des torts irrémédiables à notre
diffuseur public et à sa programmation, restreignent l’accès à une information
de qualité et constituent un dur coup pour la jeune génération d’artistes et
d’artisans de Radio-Canada. Faisons en sorte de les renverser et de contribuer
à la pérennité de notre service de radiodiffusion publique », conclut Emmanuel
Bilodeau.

Articles connexes

Jean-François Cloutier

Je suis le fondateur de TVQC.com. Vous êtes passionnés de séries télévisées et vous trouvez que les médias de masse traditionnels font piètre figure à ce niveau? Soyez sans crainte, nous aussi!