Accueil » Nouvelles » À la Une » Les grands studios de cinéma et télévision ont l’œil sur les médias sociaux

Les grands studios de cinéma et télévision ont l’œil sur les médias sociaux

Il y a un nombre croissant de studios qui offrent de nouveaux types de contrat avec un nouveau langage visant spécifiquement à réduire l’utilisation des médias sociaux par les acteurs, les directeurs et autres créateurs.
Le but : le colmatage des fuites, dénigrement ou de renseignements confidentiels sur les productions diffusées sur des réseaux comme Twitter, Facebook et YouTube. Un récent contrat dédié aux artistes de Disney inclut une nouvelle clause interdisant la violation de la confidentialité par le biais «de site de réseautage social, blogue ou autre site Internet de ce type.»

La répression intervient alors que les créateurs des deux côtés de la caméra utilisent le Web pour partager ce qu’ils pensent réellement et parfois même en contournant les services de relation publique traditionnelle des studios. Paula Abdul avait surpris les cadres de la chaine Fox en annonçant sur Twitter qu’elle voulait arrêter «American Idol.» Ryan Seacrest a affiché la nouvelle sur son compte Twitter quand Ben Silverman est partie de NBC.

Twitter un mal nécessaire pour l’industrie?
hugh_jackman_twitterLes névroses compulsives de Twitter ne se limitent pas à Hollywood. Des ligues de sport professionnel comme la NFL, LNH autant que les médias de nouvelles comme le Washington Post sont touchés. L’industrie lutte ouvertement en cherchant une façon de s’assurer que les médias sociaux n’exposeront pas les fonctionnements internes de leurs opérations.

Alors que Hollywood reconnaît la valeur du marketing des médias sociaux. Les contrecoups sur la business, dont témoignent les fuites et la désinformation, sont potentiellement néfastes pour l’industrie. Aussi, les studios aiment bien garder le contrôle sur le message qu’ils veulent envoyer aux consommateurs.

«Bones» sur la sellette
Voici un exemple concret: Il y a deux semaines, Fox a eu un mini crise sur les bras quand Hart Hanson, producteur exécutif pour la série Fox «Bones» a tweeté «C’est la première fois dans l’histoire de «Bones», que nous devons fermer la production. Maudite grippe porcine (H1N1)!»

Avec twitter, il n’y a PAS de marge d’erreur, une phrase mal écrite ou mal citée peut prendre des proportions gigantesques en quelques heures seulement.

C’était une farce que les services de nouvelle ont récupérée pour faire paranoïer la population et en amplifiant l’histoire comme si tout le plateau de tournage de «Bones» était infecté par la maladie et que même l’acteur vedette David Boreanaz avait aussi attrapé le virus. Une heure plus tard, Hanson a du revenir sur Twitter pour préciser que ni Boreanaz, ni personne sur le plateau n’avait autre chose que la grippe standard.

Ne vous demandez pas pourquoi les studios deviennent technophobe!
«Ce n’est qu’un début» selon un avocat qui représente des gens de l’industrie. «Hollywood a une longue tradition de contrôle sur ce que les artisans peuvent dire dans les médias. C’est juste un nouveau domaine médiatique qui n’est pas encore sous leur contrôle.»

Empêcher une vedette de révéler des secrets ou de discuter affaires est beaucoup plus compliqué que dans les années 60. Mais jusqu’à une date relativement récente, parler, se tromper ou dire une phrase douteuse à un large publique exigeait une caméra de télévision ou des journalistes, les médias sociaux éliminent les intermédiaires et permet à un acteur de diffuser à des millions de personnes en un instant. Il n’y a PAS de marge d’erreur et une phrase mal écrite ou mal citée peut prendre des proportions gigantesques en quelques heures seulement.

La plupart des studios de cinéma et de télévision affirment que leur contrat ne met pas d’entraves sur l’utilisation des médias sociaux qui ne révèle pas d’informations confidentielles. Au contraire, la plupart des studios, notamment la télévision, encouragent ouvertement cette pratique et l’utilisent comme un moyen de provoquer un buzz sur les productions en cours.

ABC innove encore une fois!
ABC, par exemple, a commencé l’affichage tweets de ses artistes sur leur site Web. Mais aussi la station offre à ses artisans un guide de conduite afin de ne pas se mettre dans le trouble. «Tweeté n’est bien sûr pas obligatoire, mais si vous avez un compte Twitter nous les encourageons à envoyer des tweet régulièrement » selon un représentant de ABC. «Les artistes doivent suivre les lignes directrices, comportant une liste de sept choses spécifiques à ne pas faire, comme ne pas révéler des spoilers ou faire des remarques désobligeantes au sujet de l’émission.»

La fin de Twitter tel qu’on le connaît?
twitter-death-300x225Le contrecoup de Twitter n’est pas sans rappeler la réponse schizophrène générée par YouTube et les sociétés de médias il y a quelques années quand les services juridiques pointaient du doigt le populaire site de partage vidéo qui diffusait les mêmes vidéos que les compagnies de marketing (sic).

Certains juristes croient que cibler Twitter dans la rédaction de contrat n’est pas nécessaire, car la norme en vigueur des clauses de confidentialité est écrite de façon si large qu’ils sont censés couvrir les médias sociaux.

Les nouvelles règles ne s’appliquent pas seulement aux artisans. Un accord de direction chez Viacom exige la confidentialité stricte pendant une année après la fin d’un contrat et comprend toutes les plates-formes, y compris les « e-mails, blogs, sites Internet, chat ou les salles de nouvelles, les podcasts ou tout autre forum en ligne.»

Même les studios qui professent une approche de laissez-faire aux médias sociaux disent qu’ils voient des inconvénients à l’utilisation sans limites. Le dirigeant de One Studio a déclaré que même s’il n’y a actuellement pas de ce nouveau langage dans ses contrats, ses conseillers étudiaient certaines possibilités.

À savoir si un message peut être considéré comme négatif ou confidentiel, les avocats d’artistes voient la répression contractuelle comme un simple moyen de refroidir les hardeurs de ceux qui utilisent Twitter. Ces gestes ne sont pas destinés à interdire purement et simplement les médias sociaux, mais les conséquences juridiques pourraient au moins faire que les Twitteur seront plus conscients de ce qu’ils tweet.

«La vraie question est, que vont-ils faire?» se questionne un avocat spécialisé dans le droit des artistes.
«Ils ne vont pas de vous congédier à moins qu’ils voulaient déjà vous congédier. Je ne suis pas sûr que ces nouvelles règles feront une grande différence.»

httpvh://www.youtube.com/watch?v=2tSOTQPUQoU

Source: THR, NY time, Washington Post, Cinema blend, the Wrap

Articles connexes

Jean-François Cloutier

Je suis le fondateur de TVQC.com. Vous êtes passionnés de séries télévisées et vous trouvez que les médias de masse traditionnels font piètre figure à ce niveau? Soyez sans crainte, nous aussi!