Accueil » Nouvelles » À la Une » Huis clos sur le net: les journalistes sont-ils juste trop cons ?

Huis clos sur le net: les journalistes sont-ils juste trop cons ?

Quand un journaliste se prononce sur l’Internet, c’est un peu comme lorsqu’une poule sans tête se prononce sur la politique étrangère de l’Inde: faut pas s’attendre à un prix Nobel.

C’est ainsi que récemment quelques membres de l’aristocratie journalistique de Radio-Canada et d’autres chaînes françaises se sont regroupés au Périgord pour déguster le canard à l’orange et mettre en œuvre une vaine entreprise vouée à tester les réseaux sociaux quant à leur capacité à informer. Ils appellent ça Huis clos sur le Net et ça consiste en une bande de journalistes moyens qui disent s’isoler en n’ayant accès qu’à Facebook et Twitter comme sources d’informations, comme si leur expérience personnelle, cette découverte si fascinante pour eux de réseaux qui existent depuis plusieurs années avait une pertinence sociale pour l’ensemble de la planète. Leur objectif est donc de voir si en se privant des médias traditionnels, quelqu’un peut arriver à être informé. L’idée ne serait pas complètement folle si l’expérience n’était pas teintée d’un manque de rigueur, d’un snobisme et d’une maladresse caractéristiques des journalistes traditionnels lorsqu’ils parlent de l’Internet.

D’abord permettez-moi de rire un peu du concept: ce n’est pas tous les jours que l’on laisse un journaliste être juge, juré, accusé, et procureur de la couronne en même temps. On le sait, le journalisme tel qu’il est pratiqué ces temps-ci est remis en question, essentiellement par la présence d’autres sources d’information et de commentaire dans les nouveaux médias. De voir une bande de journalistes décider eux-mêmes si oui ou non ces nouvelles sources d’information sont pertinentes laisse un goût d’URSS dans la gorge. C’est une faute grave que de croire que la capacité du journaliste à s’informer ou non sur Twitter est d’un quelconque intérêt pour déterminer la pertinence de ces réseaux pour le consommateur d’information. C’est comme de savoir si Henry Ford serait confortable dans la Matrix de Toyota, ou si le colonel Sanders aimerait les Big Mac. On s’en fout. De toutes façons, la population s’est dirigée vers ces réseaux alors ce n’est certainement pas de la capacité ou non des bénéficiaires de l’ancien système à comprendre le nouveau qu’émergera la réponse à la question de l’utilité de ce nouveau système.

Ensuite, il y a dans cette expérience une prétention incroyablement infantilisante: que la personne qui consomme de l’information par le biais de Twitter, Facebook, ou l’Internet en général ne fait QUE ça. Comme si l’aspect huis clos avait une quelconque correspondance avec la réalité. Les réseaux sociaux, c’est tout le contraire du huis clos. Ce sont des catalyseurs, des lieux de découvertes qui nous permettent de cliquer sur un lien, puis un autre, puis de suivre différents chemins qui nous mènent vers notre information. Le consommateur de Twitter et Facebook, il a aussi la télévision qui est allumée en background, il écoute RDI, il a la radio, et il reçoit probablement des journaux. La position de lutte à finir dans laquelle l’expérience place les médias sociaux par rapport aux médias traditionnels montre bien le malaise de la caste journalistique quant à l’Internet. Comme s’il fallait nécessairement en venir à une lutte finale et intense dans laquelle l’un ou l’autre des moyens de s’informer gagne.

Finalement, à quoi bon appeler ça une expérience si les conclusions sont écrites dans le ciel d’avance ? Est-ce que vous croyez vraiment que les journalistes qui vont sortir de cette expérience vont dire: « L’internet c’est de la marde. Vive les médias traditionnels. » Non. Ça n’arrivera pas. Pensez-vous que les journalistes qui vont sortir de cette expérience vont dire: « Les médias traditionnels c’est de la marde. Vive l’Internet. » Non. Ça n’arrivera pas non plus. Ce qui va arriver, c’est qu’ils vont sortir de cette expérience en nous disant qu’il y a un peu de bon dans tout, que l’Internet est un regroupement du meilleur et du pire, que les médias traditionnels préservent leur importance. Bref, des généralités tellement évidentes qu’elles auraient pu faire l’objet d’un exposé oral d’un enfant de 1ere année du primaire.

La caste journalistique n’a ni les capacités intellectuels ni la capacité à l’objectivité nécessaires pour faire une vraie réflexion sur le rôle de l’Internet dans la transmission de l’information. Qu’ils laissent ça aux vrais scientifiques qui peuvent étudier la question à froid et sans a priori. Non seulement leur petite campagne de propagande/docu-reportage sent l’ignorance à des kilomètres, mais en s’adonnant à un exercice aussi débile ils perdent le peu de crédibilité qu’ils ont quant à la question de l’Internet.

le TViste, article original

Articles connexes