Accueil » Nouvelles » À la Une » Breaking Bad : bilan mi-série

Breaking Bad : bilan mi-série

La troisième saison de Breaking Bad vient à peine de terminer que déjà AMC renouvelle la série pour une quatrième saison, et ce pour le plus grand plaisir des fans. Cependant, cette confirmation de renouvellement fut plus long que prévue.

Breaking Bad fait partie de ce lot de séries qui connaît un succès monstre présentement à la télévision. Il ne faut donc pas s’étonner que la chaîne American Movie Classics ait décidé de la renouveler pour 2011. Cependant, bien qu’elle fut resignée pour une quatrième saison consécutive et qu’elle risque fort probablement de l’être pour une cinquième, comme le conçoit le réalisateur Vince Gilligan (X-files, Harsh Realm), il ne faut pas passer sous silence le fait qu’il y’a deux semaines à peine, producteurs et réalisateurs étaient encore en discussion avec AMC pour trouver un accord commun quant aux coûts de production de la série. Chaque épisode coûtera dorénavant 3,2 millions de dollars à la chaîne de télévision, prix qui n’est certainement pas négligeable pour une série relativement récente. Il ne faut pas oublier que les coûts de production exorbitants de 24 heures chrono avait été un des facteurs ayant obligé Fox de mettre terme à l’émission en mars dernier.

Walter White (Bryan Cranston), professeur de chimie au secondaire, apprend qu’il a un cancer des poumons et qu’il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre. N’étant pas trop fortuné et voulant laisser un certain montant d’argent à sa famille avant de mourir, il décide de se mettre à la fabrication de méthamphétamines (Crystal Meth). Bien sûr, la fabrication de drogues implique la vente de celle-ci, ce qui obligera le professeur à s’associer à Jesse Pinkman (Aaron Paul), toxicomane maladroit doté d’une grande-gueule, qui connait bien le milieu de la drogue et qui aidera le professeur dans ses démarches.

Contrairement à un Micheal Scoffield ou à un Jack Baueur inébranlable, Breaking Bad présente des personnages très humains de la classe moyenne américaine avec leurs qualités et leurs défauts. Il est à la fois question d’histoires banales du quotidien, comme les problèmes d’argent et les difficultés de couple, que des moments d’angoisse extrêmes dont est confronté un homme quinquagénaire atteint du cancer qui souhaite laisser une rançon à sa famille avant de mourir.

TVQC À LA RADIO!
httpvh://www.youtube.com/watch?v=V_QopJOe4qI
Jean-François Cloutier à 106,9 FM tous les mardis de 11h30 à midi.

Attention : les lignes suivantes révèlent des détails de l’intrigue.

Fut mentionné précédemment que Jesse Pinkman était trop bavard et que Walter White était sur le point de mourir d’un cancer. Or, les choses ont quelque peu changé au cours de la troisième saison. En effet, le jeune Pinkman prend beaucoup plus de maturité, alors que les traitements de radiothérapie que suivit le professeur auparavant, tassent carrément le cancer hors des radars de la troisième saison. La maladie ne le menace désormais plus pour le moment, quoiqu’il y’a fort à parier qu’elle reviendra jouer un rôle éventuellement. Si Jesse est mis de côté lors des premiers épisodes de la troisième saison, il refait rapidement surface. C’est à ce moment précis qu’il passe du stade de toxicomane immature et trop bavard à celui d’un jeune homme sérieux en affaire. Car, en effet, après certaines réflexions et un passage en cure de désintoxication, Pinkman revient plus mature que jamais et bien loin de toutes drogues. Cependant, le jeune Jesse ne devient pas plus gentil pour autant. Son désir de vouloir vendre et créer de la drogue est toujours bel et bien présent. « It’s all about accepting who you are. And I know I’m the bad guy. » Cette phrase qu’il lance en sortant de sa cure de désintoxication résume bien sa nouvelle personnalité.

Mais l’évolution psychologique de Walt est encore plus marquante que celle de Jesse, car plus subtile.  Cette métamorphose se confirme dans les derniers épisodes de la troisième saison, où le professeur devient de plus en plus familier avec son rôle et dans lequel il commence même à prendre de plus en plus le dessus sur son patron Gus (Giancarlo Esposito). Ce changement devient évident lorsqu’il anticipe d’avance la volonté de Gus de le tuer. Se retrouvant face à la mort, au dernier épisode, il exécute un sacré numéro à ses adversaires, en appelant Jesse et en lui ordonnant d’aller tuer Gale. Le professeur paraissait préalablement vulnérable, mais il n’avait pas cessé un instant d’être le maître du jeu. Comme si tout ceci l’amusait et constituait un moyen de montrer sa supériorité à Gus. Cette fin incroyable ouvre grandement la porte à la quatrième saison, à un conflit qui surviendra assurément entre Gus et Walt.

httpvh://www.youtube.com/watch?v=cg-qqVJ6g6Y

Articles connexes