Accueil » Nouvelles » À la Une » ZDF au banc des accusés après l’accident de Wetten, dass..?

ZDF au banc des accusés après l’accident de Wetten, dass..?

Tandis que Samuel Koch se trouve toujours dans un état stable mais critique à l’hôpital universitaire de Düsseldorf, de nombreux journalistes et politiciens cherchent un coupable et la chaîne ZDF fait l’objet de critiques sévères pour avoir permis la diffusion d’un cascade jugée dangereuse par plusieurs commentateurs.

Victime d’une très mauvaise chute en direct samedi soir, le jeune homme de 23 ans est maintenu artificiellement dans le coma depuis son admission à l’hôpital et il devrait le rester pour encore deux jours. Ceci afin de contrôler l’enflure de sa moelle épinière. On sait déjà que la vertèbre cervicale est touchée et que la chute a endommagé l’acheminement du sang vers le cerveau. On dit même que c’est un évènement dans le milieu hospitalier allemand, tellement Samuel Koch exige des soins de pointe. Cependant, personne n’a encore indiqué publiquement s’il gardera des séquelles.

Au même moment, l’Allemagne cherche un coupable. Dès dimanche, journaux et sites web s’affairaient à expliquer comment une telle chose avait pu se produire. Sans trop de surprise, la chaîne ZDF est attaquée de toute part.

Pour résumer la thèse la plus répandue, on affirme que l’équipe de « Wetten, dass..? » aurait décidé d’aller en avant avec le défi de Samuel Koch afin de gagner la course à l’audience contre RTL, qui présente « Das Supertalent » (« America’s Got Talent ») dans la même case horaire. La théorie est parfaite pour tous ces journalistes allemands qui aiment bien affirmer leur dégoût pour la télévision privée, même 26 ans après la fin du duopole d’État ARD/ZDF, mais c’est fermer les yeux sur 29 ans de défis spectaculaires à l’émission de variétés, par ailleurs née avant l’arrivée du secteur privé dans le marché télévisuel allemand.

Ceci dit, il convient cependant d’étudier la question de la guerre à l’audience en observant le recul de « Wetten, dass..? » au cours des dernières années. Depuis 2002, date à laquelle RTL frappe fort les samedi 20:15 avec des émissions comme « Deutschland Sucht Den Superstar » ou « Das Supertalent », l’émission de Thomas Gottschalk a perdu environ 4 millions de téléspectateurs et 20% de parts de marché. Comme quoi la compétition est néanmoins féroce, 8.13 millions avaient choisi ZDF contre 8.36 RTL.

Une analyse de l’audience montre cependant une hausse lors de la conclusion de l’émission à 21:15, de même que 9.5 millions de personnes ont pris des nouvelles de Samuel Koch lors du journal de 22:45 sur ZDF.

En entrevue un peu partout, des directeurs de ZDF ainsi que l’animateur Thomas Gottschalk ont réitéré que toutes les précautions avaient été prises, que Samuel Koch assurait qu’il était prêt, qu’il s’était entrainé sérieusement pour le défi, malgré quelques chutes lors de la répétition jeudi. L’équipe, qui reçoit 1500 propositions de défi par émission, n’a pas trouvé la candidature de Samuel Koch comme étant trop dangereuse. Ceci dit, à l’avenir la chaîne publique va hausser les mesures de sécurité lors des défis, ce qui risque de calmer ces députés fédéraux qui ont estimé que ZDF devait se doter d’un « code d’honneur » afin de ne pas « descendre aussi bas » que ses compétiteurs privés.

ZDF a tenu à rappeler qu’il y a eu des cascades dangereuses même avant que la « guerre du samedi soir » débute en 2002. Et que son observation des cotes d’écoute se fait sur le principe suivant: une émission doit être suffisamment regardée pour justifier d’y investir l’argent de la redevance. Aussi, elle note que les défis présentés à « Wetten, dass »? ne seront jamais aussi « insignifiants » que ce que peut montrer « Das Supertalent ».

« Wetten, dass..? » reviendra. Prochaine émission en direct de Halle an der Saale, samedi 12 février 20:15.

Articles connexes

derteilzeitberliner

Né au Saguenay il y a bientôt 27 ans, j’ai toujours eu la “tête ailleurs”. À 5 ans, j’avais déjà les deux yeux sur le globe terrestre. À l’époque, parce que j’aimais ça, je passais beaucoup de temps chez mes grands-parents maternels et c’est avec mon grand-père que j’ai commencé à lire les journaux et regarder les bulletins de nouvelles.