Annabelle

Revelations of the Mayans 2012 and Beyond: Entrevue avec Raul Julia Levy

Revelations of the Mayans 2012 and Beyond: Entrevue avec Raul Julia Levy
Decrease Font Size Increase Font Size Text Size Imprimer   
  

Voici une entrevue avec le réalisateur Raul Julia Levy, le producteur du film Revelations of the Mayans 2012 and Beyond, réalisé par l’animateur de radio au 106.9 FM et chroniqueur à LCN Martin Pouliot. Cette entrevue est la version intégrale, non coupé, et je l’utilise avec l’autorisation de M. Pouliot.

Que faites-vous exactement? Vous êtes un acteur, un réalisateur… Qu’est-ce que le film Revelations of the Mayans : 2012 and Beyond?

Je suis acteur, producteur, et philanthrope. J’ai commencé ma carrière en étant activiste, croyez-le ou non. J’aimais venir en aide aux animaux, et je suis devenu acteur après avoir discuté avec mon grand-père. Il m’a dit : «Si tu veux un but dans la vie, avoir une influence sur les gens partout dans le monde, tu dois y parvenir en étant un orateur public ou politique. Il n’y a aucune autre façon de convaincre que de parler aux masses. Tu atteindras ton but si tu deviens une personnalité publique.» C’est ce que j’ai fait, je suis devenu acteur, comme mon père, et producteur. J’ai commencé le projet Maya il y a de cela 12 ans. Je suis allé à l’inauguration présidentielle à Mexico, c’était en 2000 je crois.

C’était l’inauguration du président Fox. Je suis allé là avec un groupe de producteurs d’Hollywood. À l’événement réservé aux leaders mondiaux, j’ai rencontré un archéologue. Je me suis demandé ce que des archéologues pouvaient bien faire à cet événement réservé aux leaders, aux premiers ministres… je me souviens avoir rencontré Fidel Castro, Hugo Chavez là-bas. Évidemment, ces deux archéologues ont retenu mon attention parce qu’ils étaient tous les deux à un événement très particulier réservé aux présidents et aux premiers ministres comme je l’ai mentionné. Je leur ai posé la question : ils étaient là parce qu’ils fouillaient des pyramides et voulaient annoncer leurs résultats au président Fox. J’ai commencé à m’informer sur le sujet parce que j’ai toujours voulu faire quelque chose sur l’an 2012. Voila comment j’ai appris les résultats de cette recherche.

Tout savoir sur le film Revelations of the Mayans 2012 and Beyond.

Ces résultats, quels sont-ils?

Ils ont trouvé ce qu’on considère être l’artefact le plus important de toute l’histoire de l’humanité dans le milieu de la forêt. La pyramide est située dans le fin fond de la jungle, au milieu de nulle part. Au centre de la pyramide se trouve une énorme pièce où l’on retrouve d’incroyables «friso» de 70 pieds de large par 4 pieds de long. En dessous, on peut y voir deux têtes géantes avec des casques respirant de l’oxygène. Sous ces casques, il y a des nombres et des hiéroglyphes. Évidemment, quand j’ai vu cela pour la première fois, j’ai dit : «Qu’est-ce que c’est que ça?» Je n’avais jamais vu quelque chose du genre auparavant. L’archéologue en chef m’a répondu: «Vous êtes devant la découverte historique la plus importante de l’humanité.»

Ce que vous dites, c’est que les Mayas ont rencontré des voyageurs de l’espace?

C’est exactement ce que je lui ai demandé! «C’est incroyable ça, qu’est-ce que c’est? » Sa réponse a été : «Ce que vous voyez gravé dans la roche est là depuis des milliers d’années, et on y retrouve l’histoire de l’humanité écrite.» Je vous explique. Il m’a dit que les Mayas parlent de l’absence de religion et de Dieu. Nous vivons avec les mêmes règles depuis 2000 ans et croyons que Dieu existe et qu’il y a une religion, et nous créons même des complots à ce propos.

En réalité, rien de tout cela n’existe. J’ai été intrigué par cela, parce que les Mayas ont voulu informer les gens que ces choses n’existent pas et que l’univers a été créé par lui-même. Les scientifiques et les érudits ont dit que les Mayas vénéraient un Dieu, mais ce n’est pas vrai, parce que les Mayas ne vénéraient aucun Dieu. J’ai aussi demandé qui étaient les individus avec des corps et des têtes étranges faisant 6-7 pieds à côté des Mayas. Ils m’ont répondu que les Mayas avaient rencontré des peuples de d’autres civilisations, ce qu’on appelle des extraterrestres. «Extraterrestre» est un terme assez drôle; les Mayas préféraient l’expression «frères célestes» parce qu’ils étaient des frères d’une autre dimension. Ils ont eu un contact avec eux et c’est la première fois que des archéologues se réunissaient pour expliquer aux gens ce qu’il y a là-haut, et quelle relation les Mayas entretenaient avec d’autres civilisations.

Par curiosité, quel est le lien entre cette découverte et la fin du calendrier maya en 2012?

Ça n’a aucun lien. Cet engouement pour 2012 a été lancé par José Argüelles, un auteur ayant mal interprété les codes des Mayas. Il est mort récemment. Il était le créateur d’un mouvement New Age à propos des Mayas et de la fin du monde, et il a évidemment mal interprété les codes parce que c’est un mensonge.

Une superstition?

Exactement, c’est une superstition. Ce qui a le plus retenu mon attention, c’est cette émission sur le Mystery Channel à propos de la fin du monde en 2012 qui était tout à fait mensongère. Mon projet n’a rien à voir avec l’an 2012. Je voulais dévoiler mon projet le 21 décembre 2012 parce que c’est la fin du calendrier maya. Tout simplement.

C’est une décision commerciale, donc?

Oui, exactement. J’ai voulu détourner l’attention des gens de la fin du monde. Je ne comprends pas pourquoi on effraie les gens comme ça.

Réalisez-vous que les gens sont prêts à croire n’importe quoi?

Absolument. J’ai remarqué comment les gens croient tout ce qu’on leur dit. C’est ridicule.

Pour en revenir à votre projet, n’importe quel sceptique vous dira qu’il est impossible qu’il y ait un lien avec les extraterrestres, ou les «frères célestes» comme disent les Mayas. Si vous essayez de faire croire cela à la population, n’avez-vous pas peur que le gouvernement mexicain essaie de dénaturer la découverte archéologique pour mousser l’industrie du tourisme en raison de la popularité de la croyance Maya en 2012?

Non, je ne crois pas. Nous avons tous les deux que le Mexique est une des destinations touristiques les plus populaires dans le monde même sans les Mayas. Les plages du Mexique sont infestées de Canadiens et d’Européens. J’ai dû commencer ce projet seul : croyez-le ou non, le gouvernement ne voulait pas entreprendre ce projet. Après 12 ans et deux présidents, j’ai eu la permission de le faire. Ce n’était pas facile, c’était même très difficile. Le président Fox m’a dit que cette information était trop délicate et controversée, et il voulait savoir pourquoi je voulais vraiment faire cela parce que ce n’était pas une bonne chose d’après lui et qu’on devait l’ignorer.

Le président Fox ne voulait pas m’aider, je frappais toujours le même mur. Ensuite, quand le président Calderón a pris le pouvoir, je l’ai rencontré pour lui demander la permission d’avoir accès à ces trouvailles archéologiques pour mon documentaire. Il a aimé l’idée parce que le concept de la fin du monde est populaire et que le projet serait intéressant d’un point de vue pédagogique pour l’humanité. Il m’a encouragé à le revoir quand on se rapprocherait de l’année fatidique. Je suis retourné le voir en 2011 et on m’a donné le feu vert pour le projet.

Vous n’avez pas tout dit, n’est-ce pas? Si le tournage a été complété, il y a quelque chose d’autre qui s’est passé que même Hollywood n’aurait pas pu imaginer: quelqu’un a volé les enregistrements. Qu’est-ce qui se passe avec cela?

Juste après avoir été au Mexique et terminé le tournage là-bas, la dame qui investissait dans le projet s’est sauvée avec le film. Elle nous a toujours causé des problèmes. Le temps s’écoulait, nous n’en avions pas à perdre, et je devais faire en sorte que nos ressources financières soient en sécurité et c’est cette dame qui était mon premier choix. Elle n’était pas aussi folle au début du projet. Elle est partie avec tous les enregistrements et a monté tous les membres de l’équipe de tournage contre moi. Au milieu de la nuit, elle a pris l’autobus et est partie au Guatemala avec l’équipe de tournage, là où nous allions tourner quelques scènes. Elle a continué le film avec son argent et l’équipe sans moi.

Pourquoi a-t-elle fait ça? Pour quelle raison a-t-elle volé les enregistrements et continué le tournage?

On n’a toujours aucune idée pourquoi. Elle ne s’est même pas justifiée clairement en cour. On a lancé un mandat de recherche pour la retrouver, et elle a été accusée d’invasion de propriété fédérale : elle a tourné le film sur des terres de l’état sans permis. Le procès est toujours en cours au Mexique, on la cherche toujours. On sait qu’elle est ici, mais on doit suivre le protocole. On sait toujours pas pourquoi elle a fait ça, on a entendu plusieurs histoires à ce propos.

On m’a même dit plusieurs fois qu’elle est une taupe pour des services américains et que je devais faire attention. J’analyse tout ce qu’on me dit et je me penche sur la question. Si vous me demandez ce que j’en pense, je crois qu’il y a quelqu’un derrière cette femme, quelqu’un avec des intentions au-delà de ce qu’on peut imaginer. Quelqu’un qui ne veut pas que ces enregistrements soient rendus publics.

Qui? Qui se sent menacé par ce film?

Je ne sais pas, je n’ai aucune idée de qui pourrait se sentir menacé par le film. Je sais qu’il y a des gens qui ne veulent pas que ces trucs sortent.

Ce que vous faites sera étudié par beaucoup de gens : des archéologues, des scientifiques, des universitaires de partout dans le monde voudront le voir. Qu’est-ce qui est si mystérieux?

Ce qui est mystérieux, c’est qu’il n’y a plus de mystère. Les enregistrements ont été volés : soit je les récupère, soit je montre la preuve aux gens sous un autre format. Au bout du compte, l’évidence est toujours là, dans les pyramides. Je sais que le gouvernement ouvrira les portes de cette pyramide l’an prochain, peut-être en juin ou en juillet, peu importe si nous avons des enregistrements ou non.

Le projet est suspendu pour le moment, mais avez-vous une idée de quand vous allez sortir le documentaire?

Le projet n’est pas suspendu, mais les enregistrements sont dans les mains de cette femme. Je vais probablement tourner quelques scènes à nouveau, si je dois le faire, mais je ne sais pas ce qui arrivera. Je dois attendre de voir ce qui se passera avec cette femme. Elle a des comptes à régler avec nous et avec le gouvernement.

Elle n’a pas encore été appréhendée?

Non, pas encore.

J’en comprends que vous essayez de suivre la procédure légale, que vous irez en cour éventuellement?

Nous sommes déjà passés en cour, c’est presque fini. On attend la résolution de l’arbitre qui a tous les documents : la lettre du gouvernement, la lettre des archéologues, et toutes les lettres du gouvernement mexicain qui informent l’arbitre que la dame a volé les enregistrements, qu’elle a été accusée de leur vol.

Je croyais que vous attendiez que la dame soit appréhendée avant d’aller en cour. Vous êtes en cour, mais contre qui?

Nous avons déjà été en cour deux fois avec cette femme. Nous l’avons déjà affrontée avec nos avocats. Elle nous a fait comprendre qu’elle veut utiliser mes enregistrements et faire son propre film. Cela n’arrivera pas, on ne la laissera pas faire. Elle devra payer pour ce qu’elle a fait, et on attend que l’arbitre rende sa décision et nous sommes préparés à toute éventualité. Le gouvernement du Mexique ne l’autorisera pas à rendre ces images publiques.

Nous avons une lettre provenant du gouvernement et des archéologues, de l’Institut d’Archéologie du Mexique, disant à l’arbitre qu’elle n’a pas l’autorisation d’utiliser ces images. Il y a une investigation à propos du vol de ces images à l’égard de sa personne. Il ne peut pas ignorer ceci, et s’il l’ignore, le gouvernement empêchera cette femme. Elle ne pourra jamais les utiliser peu importe en faveur de qui tranchera l’arbitre.

J’espère que cela se terminera bien pour vous. Je me demande si cette femme a une assez bonne santé mentale pour ne pas détruire votre travail.

Vous savez, c’est un autre problème. Mes avocats ont expliqué la situation à l’arbitre. Que fait-on si cette femme détruit les enregistrements? On ne sait pas ce qui peut arriver, elle est folle. Elle vit à San Francisco. Elle n’est même pas d’ici, elle est de Varsovie en Pologne. Elle peut faire ce qu’elle veut, elle peut les emmener avec elle en Pologne, elle est capable de faire n’importe quoi. Quelqu’un agissant d’une telle manière peut faire absolument n’importe quoi. Nous n’avons qu’à attendre. Peu importe ce qu’en décide l’arbitre, elle ne sera pas en mesure de sortir ces images.

Monsieur Raul Julia Levy, ce fut un plaisir de vous recevoir en entrevue. Merci de nous avoir consacré un peu de votre temps.

Ce fut un plaisir de vous parler. J’ai hâte de voir comment se terminera l’affaire.

comments powered by Disqus

6 Responses to Revelations of the Mayans 2012 and Beyond: Entrevue avec Raul Julia Levy