Jean-François Cloutier

Le CCNR blâme V pour L’instant gagnant

Decrease Font Size Increase Font Size Text Size Imprimer    Commentaires Facebook

Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant L’instant gagnant, une émission du genre jeu-questionnaire diffusée à l’antenne de V. Le CCNR a conclu que certaines énigmes proposées, à cause d’un manque de transparence, avaient violé la disposition du Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) qui porte sur les concours.

L’instant gagnant est la dernière version d’un jeu-questionnaire où l’animateur invite les téléspectateurs à téléphoner pour proposer leur solution à des jeux et des énigmes dans le but de remporter un prix en argent. Le CCNR a reçu de nombreuses plaintes concernant différents épisodes de cette émission qui a occupé les ondes entre le 5 mars et le 28 septembre 2012. Les plaignants s’en sont pris à différents aspects de l’émission, notamment la longueur du délai avant la réception de l’appel gagnant, la façon de donner des indices à mesure du déroulement de l’émission, l’utilisation d’effets spéciaux pour persuader le téléspectateur d’appeler, et les solutions aux énigmes.

Le Comité régional du Québec du CCNR a étudié les plaintes à la lumière du Code de déontologie de l’ACR. Il a expliqué que, ne disposant d’aucun moyen de faire enquête sur le système téléphonique, il n’était pas en mesure de commenter la sélection des appels. Il n’a vu aucun problème au fait que l’animateur donne des indices à mesure que le jeu progresse, ou à l’utilisation d’images clignotantes et d’effets sonores pour créer un climat de fébrilité. Il n’a rien trouvé à redire sur certains des jeux, comme celui qui consistait à « trouver les différences entre deux images ». Il a néanmoins décelé une violation du Code dans quelques-uns des jeux qui consistaient à additionner des nombres. Même si la solution en était montrée à l’écran, il s’est avéré en effet que la méthodologie utilisée n’était ni évidente ni transparente. Les explications additionnelles du télédiffuseur n’ont pas réussi à convaincre le CCNR qu’il s’agissait d’une méthodologie discutable.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller à l’administration des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge de l’administration de sept codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Quelque 760 stations de radio, services de radio par satellite, stations de télévision et services de télévision spécialisée et payante dans l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

Sorry, site not recognized

Belle et Bum présente le plus gros party musical des Fêtes
Gossip Girl: 1.5 million de personnes ont regardé la finale
comments powered by Disqus