Fleming : the man who would be Bond (2014) : l’homme derrière 007




Accueil » Région » Angleterre » Fleming : the man who would be Bond (2014) : l’homme derrière 007

Fleming : the man who would be Bond (2014) : l’homme derrière 007

Fleming est une minisérie de quatre épisodes diffusée depuis le début février sur les ondes de BBC America aux États-Unis.

Fleming : the man who would be Bond
Comme c’est écrit à chacun des génériques de fin, il s’agit d’une semi-biographie « inspirée de faits vécus » de l’auteur Ian Fleming (Dominic Cooper), celui qui est à l’origine des James Bond. L’action nous transporte à la veille de la Deuxième Guerre mondiale avant que l’écrivain n’ait publié ses futurs best-sellers. La vie de ce dandy pour le moins indolent change du tout au tout alors qu’il est recruté par les services secrets britanniques et c’est dans les salons et hauts lieux de la diplomatie qu’une partie du combat se joue. D’un scénario signé John Brownlow et Don MacPherson, Fleming est un coup de cœur de l’hiver, tant pour les nombreuses mises en abîme entre l’auteur et les ses écrits que pour la représentation d’un personnage complexe, loin d’être aussi glamour que dans (l’autre) fiction.

Déjouer nos attentes

Fleming au départ nous montre un héros qui n’a absolument rien d’attachant. Fils d’un ancien ministre, Ian mène une vie bourgeoise exempte de tous soucis matériels. Il travaille à temps perdu en tant qu’agent de change et est vite remercié pour ses piètres résultats. C’est par contre son éducation soignée et son intérêt pour les voyages qui font de lui un candidat potentiel alors que les services secrets britanniques l’abordent. C’est que sa connaissance de plusieurs langues, dont l’allemand et les relations qu’il entretient à travers une bonne partie de l’Europe valent leur pesant d’or. Au départ, il accepte cette proposition un peu comme un jeu, pour tromper l’ennui. Le conflit dégénérant, il prend son rôle plus au sérieux et se voit confier plus de responsabilités, notamment lors d’un voyage en France où il doit empêcher les Allemands de s’emparer des ports maritimes du pays, ce qui représenterait une menace directe pour l’Angleterre. À la fin du conflit, Ian n’est pas un homme transformé, mais inspiré et c’est ce qu’il a vécu qu’il va mettre en partie sur papier, en enjolivant le tout bien sûr. Et là est tout l’intérêt de la série.

Au départ et sachant que l’auteur a lui-même été un espion durant la guerre, on pourrait s’attendre en regardant Fleming à un James Bond typique, version télévisuelle avec cascades, effets spéciaux et des femmes qui se jettent à ses pieds. Mais la série, plus réaliste, nous dépeint un homme pas si extraordinaire, avec ses forces, mais surtout ses faiblesses, à commencer par les relations qu’il entretient avec sa propre famille. Ian y est un peu le mouton noir. Son grand frère Peter (Rupert Evans) a tout du fils parfait. Militaire émérite, il est aussi un écrivain de voyage de renommée et est sans contredit le chouchou de leur mère Evelyn (Lesley Manville).

fleming-trailer2header

Ian est sans cesse dévalorisé par celle-ci et cas typique freudien, c’est peut-être la raison qui le pousse à s’entourer du plus grand nombre de femmes possible. En particulier durant les deux premiers épisodes, on le voit accumuler conquêtes par-dessus conquêtes qu’il oublie dès le lendemain, mais à quelques exceptions près. Il s’amourache d’abord de l’estafette Muriel (Annabelle Wallis), une jolie blonde un peu trop inoffensive qui souffre de ses infidélités répétées. Ce dernier a beau batifoler à droite et à gauche, c’est Ann O’Neill (Lara Pulver) qui le fascine, cette baronne dont le mari est sur le front et qui entretient une liaison avec le patron du Daily Mail. Tout au long de la série, les deux personnages entretiennent des rapports houleux, un mélange de haine et de passion caractéristique des coups de foudre.

La série qui fait de cette idylle un de ses thèmes centraux, nous montre un Fleming bien différent de Bond. L’auteur est beaucoup moins irrésistible que le personnage qu’il crée et comme tout le monde, l’amour lui joue des tours. Il en va de même pour lui au travail. Il est plutôt dans la stratégie que sur le terrain, est rarement soumis aux dangers et se trouve encore plus loin des tranchées. Fleming dépeint de façon habile un homme dans toutes ses contradictions qui marquera davantage l’imaginaire pour ses écrits que pour ce qu’il a accompli durant le conflit.

Le processus créatif

Au début du générique de chaque épisode, on voit une dactylo où il est écrit : « «Everything I write has a precedent in truth ». Dans la série, on est justement dans cette « vérité ». On voit que Fleming veut devenir un héros de guerre, mais il est soumis au diktat de ses supérieurs qui ne lui laissent pas beaucoup de marge de manœuvre. Dans certaines scènes, on le voit braver une explosion, empoisonner un agent ennemi, se faufiler le long d’un couloir en évitant des balles… tout ça pour que le téléspectateur se rendre compte qu’il s’agissait de répétitions orchestrées par les services secrets en vue d’attaques réelles. À chaque fois on tombe dans le panneau et on croit que ces mises en scènes se produisent réellement; de belles mises en abîmes qui renvoient à l’inspiration parce que dans les faits, l’auteur imaginera ces situations plutôt que de les vivres.

flem5

À un moment, un agent, plus haut gradé que lui, propose de poser un cadavre sur les rives d’une plage en Italie, de le déguiser en soldat britannique et de le munir de faux plans d’invasion, question de tromper l’ennemi.  Fleming est furieux parce que l’idée venait de lui au départ, un peu comme s’il avait été victime de plagiat en référence aux droits d’auteurs. Finalement, il sera en charge de superviser ce subterfuge et il munit le faux soldat de lettres personnelles qu’il a lui-même composées et d’une photo d’une inconnue étant censée être la petite amie du défunt. Ainsi, il invente une histoire à ce personnage trouvé à la morgue afin de rendre son rôle convainquant et les nazis n’y verront que du feu.

Le montage contribue aussi à accentuer le thème du processus créatif dans Fleming. La première scène du pilote nous montre Ian en Jamaïque en 1952 alors qu’il fait de la plongée sous-marine avec une brunette; un clin d’œil à Thunderball (1965). Même chose plus tard alors qu’on nous le montre en train de skier avec son frère dans un décor qui nous rappelle The spy who loved me (1977). Ian et Bond fument tous deux des cigarettes Morland et aiment leur martini secoués et non mélangées (shaken, not stirred). Donc, dans tous ces cas,  on se retrouve entre fiction et réalité et les amateurs de l’espion 007 auront assurément un plaisir fou à y dénicher toutes les références.

Dans son article sur la nouvelle série de BBC America, Tim Goodman écrit : «It’s a fun romp that illustrates how desperately the dashing author wanted to live a large life — and tried his hardest.» C’est justement ce côté plus terre-à-terre du héros qui séduit dans Fleming. On nous montre à travers le scénario et le montage tout le processus créatif d’un auteur et on est à même de réaliser comment telle ou telle situation se multiplie en intensité lorsqu’elle est magnifiée par la plume de celui-ci. En ce sens, la série atteint son but et vaut très certainement le coup d’œil.

Articles connexes

Jean-François Chartrand-Delorme

Ayant étudié en cinéma et en communications, depuis longtemps je suis habitué à l'évaluation, à l'analyse et à la critique de films. Au fil des ans, cette passion s'est davantage transférée vers les séries télé. La fiction m'intéresse davantage, mais les séries documentaires me fascinent aussi. Chacun de ces deux genres nous offrent un portrait de la société, son évolution et parfois sa régression. De plus, je me suis rendu compte assez vite qu'outre les séries québécoises et américaines que nous connaissons davantage, plusieurs autres pays dans le monde représentent une compétition sérieuse... au grand plaisir des téléspectateurs. Depuis quelques mois, je me suis mis à écrire des critiques, tout en travaillant dans les médias à temps plein. Ma règle d'or est de ne jamais juger une série par un seul épisode. Dans mon cas, la règle de trois s'applique, question de laisser la chance au coureur. En espérant pouvoir partager avec les lecteurs mes appréciations, découvertes et déceptions du petit écran et surtout échanger avec ceux-ci. Venez me lire!