Un souper presque parfait : résumé de la semaine du 24 février 2014




Accueil » Nouvelles » À la Une » Un souper presque parfait : résumé de la semaine du 24 février 2014

Un souper presque parfait : résumé de la semaine du 24 février 2014

Semaine spéciale infirmiers! Que s’est-il passé à Un souper presque parfait cette semaine?

Candidats:

  • Nina, 31 ans, Infirmière (auxiliaire)
  • Dave, 29 ans, Infirmier (auxiliaire)
  • Denise, 56 ans, Infirmière (auxiliaire familiale et sociale)
  • Mélissa, 31 ans, Infirmière (auxiliaire familiale et sociale)
  • Philippe, 20 ans, Étudiant en soins infirmiers

Bienvenue à une autre semaine spéciale d’Un souper presque parfait, où cinq infirmiers et un étudiant en infirmerie dévoileront leurs habiletés culinaires. Vous avez bien lu : cinq concurrents au même métier s’affronteront pour gagner le prix de 2000$. La première à se jeter à l’eau est Nina, une infirmière auxiliaire de 31 ans très expressive et chaleureuse. Est-ce que ses talents culinaires sont à la hauteur de son hospitalité? Avant de débuter le repas, de manière inattendue, la doyenne de la semaine, Denise, a avoué que c’était son 56e anniversaire. Nina devra donc redoubler d’efforts pour faire de sa soirée la meilleure de la semaine! Voyons voir ce qu’il en est. L’entrée de l’hôtesse, intitulée Le Central Park au pied du Rockefeller, s’est avérée être des huîtres gratinées servies dans un bol de sel décoratif. Denise, toujours très perspicace, a mangé un peu de sel, ce qui a potentiellement ruiné le plat pour elle! Pour les autres, le goût de l’ail très prononcé était plus important que le sel, et certains concurrents l’ont trouvé très puissant… oups!

Un souper presque parfait: Nina

Nina, concurrente à Un souper presque parfait

Heureusement, le plat principal, Entre la ferme et la plage, n’a pas rencontré ce problème. L’assaisonnement était bien réussi, tout comme la cuisson. Les pâtes étaient bonnes et le mélange d’escargots a été apprécié. Il s’agit d’un sans faute pour Nina, même si Dave a avoué que les os de l’agneau l’ont terrifié : il a la phobie des os! Parions que nous ne pourrons pas l’oublier cette semaine… Le dessert de Nina, un Thé impossible, lui, sera facilement oublié. La crème glacée maison était très liquide, et la tarte aux œufs était peu goûteuse. Malgré ce petit accroc, Nina a livré une soirée conviviale, et son service l’a certainement aidée à remporter quelques points. En effet, la bonne ambiance autant que la bonne bouffe de Nina lui ont fait mériter un joli score de 30 points (7+7+8+8). Un excellent départ pour un lundi!

Mardi, c’est Dave, un autre infirmier auxiliaire, qui sert son repas à ses collègues. Métier oblige, il a décidé d’adopter une thématique hôpital. Denise aussi a voulu poursuivre dans cette lancée : elle est est arrivée avec un déguisement digne d’un patient dans une salle d’urgence. Par chance, il ne lui est rien arrivé de grave avant le tournage, même s’il en a tout l’air! Les invités avaient des attentes quant à l’entrée, un Champ stérile ou un potage avec un pétoncle. S’ils s’attendaient à un plat complètement blanc, ils ont été déçus, mais le goût était quand même au rendez-vous. Un potage n’est pas nécessairement un plat particulièrement original pour une compétition culinaire : est-ce que cela lui nuira? La simplicité tue à Un souper presque parfait

Dave, concurrent à <strong>Un souper presque parfait</strong>

Dave, concurrent à Un souper presque parfait

Le plat principal, un Triple pontage, ou des frites avec trois petits hamburgers et une petite salade, a été décrit comme un «plat de maison» par Philippe, un concurrent de la semaine. Cela est-il une manière d’exprimer la simplicité de la recette? L’hôte a eu un petit imprévu pendant la confection : il a dû emprunter le barbecue de ses voisins, et cela a causé un retard à table. Malgré tout, les plats étaient chauds, et la cuisson n’a pas été un problème. Il semble que le fromage emmental à l’intérieur des burgers ait apporté une belle touche, mais il manquait peut-être une petite touche supplémentaire pour rendre le plat exceptionnel. Quant au dessert, un Code blanc et son PRN, un mélange de chocolats variés et de la crème avec des fruits, il a plu en général, mais la simplicité n’a pas été à l’avantage de Dave, encore une fois. Tout compte fait, les concurrents ont aimé leur soirée malgré la nervosité de l’hôte et l’attente, et ils lui ont accordé une honnête note de 28 (6+8+7+7). Dave est peut-être content de sa note, mais celle-ci ne sera pas suffisante pour remporter la compétition…

Mercredi, c’est la flamboyante Denise qui concocte son repas. Elle a décidé de respecter la thématique médicale de la semaine, tout en y ajoutant sa touche personnelle. Pas n’importe laquelle : elle a préparé un menu moyenâgeux avec de la viande chassée par son mari. Les concurrents se feront servir des mets dignes de ceux apportés aux patients des hôpitaux au Moyen-Âge! S’ils s’attendent fermement à une soirée conviviale, il ne s’attendent pas du tout à une thématique pareille… Comment ont-ils trouvé la nourriture de Denise? D’emblée, le Pain de canardeau sauvage des hospices servi en entrée a déçu en raison de la trop petite portion. Si le goût du canardeau et l’effort mis dans la confection ne laissaient aucun doute, il semble que les candidats auraient préféré avoir plus de nourriture dans leur assiette! Dave aurait préféré ne pas manger un «canard adolescent», de son côté…

Denise, concurrente à <strong>Un souper presque parfait</strong>

Denise, concurrente à Un souper presque parfait

Le plat principal, une Damoiselle garde l’Oie sauvage, ou une oie sauvage accompagnée de sauce, a été louangée pour sa recherche culinaire, mais le goût très fort de l’oie n’a peut-être pas plu à tous. En fait, le plat a confondu une majorité des invités. Ce n’est pas à chaque jour qu’on déguste de la viande d’oie, et Dave a été dégoûté par la petite bête dans son assiette, évidemment! L’appréciation a quand même été partagée par les gens présents à table. Malheureusement, ce n’est pas le cas du dessert de Denise, une Tranchée d’Argentine et ses croustilles sur garbat qui n’a pas eu beaucoup de fans. Le manque d’harmonie entre la crème et les tranches de poires ainsi que la simplicité de la recette n’ont pas fait gagner beaucoup de points à l’hôte, malgré la belle présentation. Grâce à sa soirée très originale et chaleureuse, Denise a davantage remporté des points pour son hospitalité que pour sa nourriture, qui n’était pas si mal malgré tout. Les invités n’ont pas chômé sur les scores qu’ils ont attribué à leur hôtesse : Denise a remporté un excellent score de 32 (9+6+8+9), ce qui la place en première position devant Nina. Qui fera mieux que Denise?

Jeudi, c’est au tour de Mélissa, une autre infirmière auxiliaire, de relever le défi de la compétition. Elle a décidé de faire honneur à son copain libanais et de servir des mets de son pays d’origine. Pas de chance pour les invités: le menu est incompréhensible! Nos concurrents sans attentes ont-ils été agréablement surpris des plats libanais de Mélissa? En tout cas, le Fattouch et babaganough servi en entrée, une salade fraîche avec des pitas et la purée babaganough aux aubergines, a été aimé de tous. Mélissa a réussi le pari de faire découvrir aux concurrents de nouvelles saveurs. Un bon départ.

Mélissa, concurrente à <strong><p class=Un souper presque parfait » class /> Mélissa, concurrente à Un souper presque parfait

Dans la même lancée, le plat de résistance, un Samke harra ou un poisson avec un riz avec des amandes, a plu en général, même si le poisson n’était peut-être pas au goût de tout le monde. La simplicité de la recette a été soulevée, mais son exotisme a quand même séduit nos infirmiers. Du côté du dessert, un Kataef, ou des crêpes avec du miel, de l’eau de rose et des petits fruits, les concurrents ont été conquis par la magnifique présentation, très minutieuse, et son goût succulent. Bref, Mélissa a mis autant d’amour dans ses recettes que les candidats lui ont donné en échange. C’est ainsi qu’ils lui ont accordé une belle note de 29 (7+6+8+8). Elle sera sûrement contente, mais Denise mène toujours le bal…

Vendredi, Philippe a mis le paquet pour son repas. Il doit réussir à faire mieux que les autres infirmiers qui ont déjà reçu avant lui… A-t-il réussi à convaincre son public à table? Et bien, son entrée, un Saumon au bistouri, ou un tartare de saumon avec un mélange de fruits, a été un succès. L’originalité du plat et l’effort mis par Philippe n’ont pas raté leur cible. Malheureusement, Philippe a rencontré un obstacle à table, hors du contexte culinaire. Un conflit et des larmes à table ont forcé la production à arrêter le tournage le temps de laisser la poussière tomber, juste avant de servir le plat principal…

Philippe, concurrent à <strong>Un souper presque parfait</strong>

Philippe, concurrent à Un souper presque parfait

Le plat de résistance a fini par être servi, après une pause nécessaire. La Fracture ouverte de Philippe, ou de l’agneau saignant accompagné de légumes et d’une sauce aux fruits ont plu, mais l’os a dégoûté le pauvre Dave… En général, la nourriture a été appréciée, mais l’ambiance aura peut-être gâché le plaisir qu’il y avait autour. Du côté du dessert, intitulé L’asystolie, les concurrents ont eu droit à une mousse au chocolat, aux noix et aux fruits: simple, mais sans faute. Finalement, afin de récompenser Philippe pour sa belle soirée malgré le désastre à table, les candidats ont été très généreux avec lui: il a reçu une note de 35 (10+10+8+7), soit 3 points au dessus du score de Denise. Le jeune homme a un talent culinaire et une personnalité attachante, ce qui lui a valu la victoire, et le 2000$! Félicitations au gagnant!

Un souper presque parfait est diffusé du lundi au vendredi à 18h30 sur V Télé. Les épisodes et les recettes sont disponibles sur le site officiel de l’émission.

Articles connexes
Annabelle Thibault

Annabelle Thibault

Je suis traductrice et rédactrice d'articles dans les domaines de la télévision et du cinéma. Les traductions que je publie ne reflètent pas nécessairement ma pensée.