Vivre sans télé




Accueil » Nouvelles » À la Une » Vivre sans télé

Vivre sans télé

De tous les chroniqueurs télé, je suis sans doute celui qui fait le plus office de cordonnier mal chaussé. Alors que je dois remplir occasionnellement cette chronique, le sujet qui doit l’alimenter est une denrée dont je me suis volontairement passé il y a de ça quelques années.

tv

Pour faire une histoire courte, je n’ai acheté une télé qu’une seule fois dans ma vie, soit en août 2001. Une toute petite télé dans laquelle il y a un magnétoscope VHS, chose qui avait encore une certaine utilité en cette époque où le numérique en était à ses premiers balbutiements. J’ai trimballé ce téléviseur partout où je suis allé, dans ma vie de nomade animateur radiophonique qui a sillonné le Québec et l’Ontario en déménageant une dizaine de fois entre 2001 et 2007.

Pendant une bonne partie de ce laps de temps, j’étais abonné à la télévision par câble. Puis vinrent des difficultés financières – c’est pas payant les librairies – et j’ai du décrocher le téléphone pour dire à Pierre-Karl Péladeau que son câble me coûtait trop cher et que je m’en désabonnais illico. Heureusement, je pouvais compter sur mes bonnes vieilles antennes de lapin pour écouter quelques affaires que j’aimais bien regarder. C’est vrai que je devais me passer de Météomédia, de RDS et de l’information en continu, mais j’ai quand même survécu à cet abandon qui n’a pas eu tant d’impacts négatifs dans ma vie.

no-tv

Puis arriva le 1er septembre 2011, date où cessa la diffusion analogique au profit de la diffusion numérique. Dès cet instant précis, mes oreilles de lapin – achetées pour 3$ dans un marché aux puces de Chicoutimi le même jour où j’ai acheté ma télé – sont devenues aussi obsolètes qu’inutiles. Je les ai donc crissées aux vidanges. Et ma télé n’est devenue qu’un gigantesque ramasse-poussière qui servait de temps en temps à regarder un VHS de vieilleries ou encore un film sur DVD, chose que je fais maintenant sur mon ordinateur portable.

Je pouvais aussi regarder des affaires sur internet, puisque j’avais dit à Pierre-Karl que j’avais encore assez d’argent pour me permettre une connection internet par câble quand j’ai décidé de me désabonner illico de sa télé. Mais vinrent d’autres difficultés financières et j’ai dû encore une fois prendre mon cellulaire et dire à Pierre-Karl que je le sortais de ma vie, puisqu’étant donné qu’il y a de toute façon chez moi une connection WiFi accessible à tous et que sa connection internet était devenue un luxe inutile dont je n’avais plus les moyens de me payer, j’avais décidé de ne plus recourir à ses services. Aussitôt débranché de l’internet à Pierre-Karl, ma vie se continua sans trop que son absence de ma vie ne dérange quoi que ce soit.

Cependant, à voir les internautes discuter sur les réseaux sociaux, il paraît que je manque plein d’affaires qui en valent la peine. Les Olympiques, Unité 9, Éric Salvail, L’Arbitre, etc. Et comme il faut que je chronique sur la télé, je me suis mis à magasiner une antenne pour ma télé de 2001, que j’endure encore jusqu’à ce que mon occupation de blogueur-chroniqueur-journaliste-indépendant-et-autonome me permette de mieux gagner ma vie que ce que je fais présentement – c’est pas payant les librairies – .

J’ai acheté un modèle d’antenne au coût de 20$ dans un Future Shop qui ne marche pas et que je vais retourner bientôt. Chers lecteurs, que me recommandez-vous comme oreilles de lapin pour une télé de 2001?

L’avenir de cette chronique en dépend!

Articles connexes

Jean Tremblay

Ex-animateur de radio qui a parcouru le Québec et l'Ontario pour faire son métier entre 2001 et 2008, Jean Tremblay a animé successivement à CKAJ Saguenay (janvier à juin 2001), CHAI Châteauguay (août 2001-août 2002), CFZZ St-Jean-sur-Richelieu (novembre 2001-janvier 2002), CHOC Saint-Rémi (novembre 2001 à février 2002), CHVD Dolbeau-Mistassini (août 2002-septembre 2003), KYK-FM/CFGT-AM Alma (septembre 2003-avril 2004), CKGN Kapuskasing Ontario (avril 2004-mars 2005), CIEL-CIBM Rivière-du-Loup (juin 2005-mars 2006), Rock-Détente Estrie (juin-août 2006), Radiosphere.ca (septembre 2006-juillet 2007), un deuxième séjour à CHOC Saint-Rémi (septembre 2007-avril 2008) et un dernier tour de piste à KYK-FM Alma et Saguenay (mai à août 2008).  Après une retraite volontaire du monde des médias, Jean Tremblay s'est recyclé comme blogueur, auteur et journaliste indépendant.