Accueil » Nouvelles » À la Une » Resurrection : le néo zombie

Resurrection : le néo zombie

Resurection est une nouvelle série de huit épisodes diffusée sur les ondes d’ABC aux États-Unis et CityTV au Canada depuis le début mars.

L’action démarre alors que Jacob (Landon Gimenez), un garçon décédé à l’âge de huit ans, est retrouvé vivant dans une rizière en Chine 32 ans après le drame, mais avec le même aspect physique. Outre ses proches qui sont médusés par ce retour, nait une certaine suspicion au sein de la petite ville d’Arcadia au Missouri. Mais les choses se compliquent encore davantage alors que d’autres êtres humains impliqués dans l’incident trois décennies plus tôt  refont surface.

téléchargement

Bien qu’ABC ne cesse de marteler qu’il s’agit d’une adaptation du best-seller The Returned de de Jason Mott et non d’une version américaine de la série Les revenants (Canal +, 2012- ), on ne peut que constater l’énorme similitude entre les deux et s’adonner au jeu des comparaisons. Il faut par contre avouer que le thème du mort-vivant «  normal » a la cote, mais on se demande si le rythme plutôt lent de la série ne jouera pas en sa défaveur. Et pour revenir sur la série française, on attend toujours que le réalisateur crie « action! » en vue d’une deuxième saison.


Une autre orientation

Resurrection commence alors que le sergent Martin Bellamy (Omar Epps) prend en charge Jacob et suivant les indications de celui-ci, le ramène dans la petite ville d’Arcadia. La réunion avec ses parents a de quoi surprendre l’officier puisqu’ils ont la soixantaine passée. C’est qu’il y a 32 ans, Jason a essayé sans succès de sauver de la noyade sa tante Barbara (April Billingsley) qui se promenait près d’une rivière avec son nouveau-né Maggie (Devin Kelley). Seule cette dernière a survécu et travaille maintenant dans un hôpital en tant que médecin. Le fait que Jacob soit non seulement vivant, mais qu’il ait toujours le même âge suscite des réactions multiples. Sa mère Lucille (Frances Fisher) souhaite tout simplement rattraper le temps perdu alors que son père Henry (Kurtwood Smith) demeure incrédule et prend ses distances. Afin de percer le mystère, Maggie fait passer un test d’ADN à Jacob qui vient prouver qu’il est bel et bien un Langston et Martin obtient des autorités locales la permission d’ouvrir le caveau familial dans lequel… on retrouve les restes de Jacob. Entre-temps, le phénomène se répète chez les Richards alors que Caleb (Sam Hazeldine) ressurgit alors qu’il était décédé d’une crise cardiaque il y a plus de trente ans, au grand dam de ses enfants Elaine (Samaire Armstrong) et Ray (Travis Young). Et pendant que tous essaient de comprendre la situation et de recommencer une nouvelle vie, d’autres « trépassés » refont surface…

Resurrection

Ce qui étonne dans ce nouveau drame d’ABC, c’est la lenteur des épisodes. Loin d’être un défaut, on prend le temps de bien camper les protagonistes et jusqu’ici, l’emphase est mise sur la réaction que les proches éprouvent à ces retours inattendus; inespérés. Lucille considère un moment mentir et dire que Jacob n’est que le fils d’un proche qu’elle élève. Mais voilà que plusieurs se souviennent de l’aspect physique de l’enfant avant sa mort et empêchent leurs propres enfants de s’approcher de lui. Le pasteur de la communauté, Tom Hale (Mark Hildreth) était un ami d’enfance de Jacob. Il tente d’apaiser la crainte que suscite ce retour chez ses ouailles, mais se fait rapidement rabrouer. Le beau-frère de Henry et père de Maggie, Fred (Matt Craven) qui est aussi shérif de la ville voit d’un très mauvais œil ce qui se passe et tente par tous les moyens qu’on évite d’approfondir ce dossier. Chez les Richards, Elaine est ravie du retour de son père alors que Ray n’y croit tout simplement pas.

…et après?

Le genre « zombie » (s’il existe) a pris un tournant différent ces dernières années. Buffy the vampire slayer (The WB, 1997-2003) ou The walking dead (AMC, 2010- ) incarnent une forme plus traditionnelle où priment les effets spéciaux (les maquillages, entre autres) et l’action (combats, etc.). À l’inverse, on peut associer Resurrection avec Les revenants bien sûr, mais aussi à In the flesh (BBC Three). Pour décrire ces deux tendances d’un même genre, Pierre Sérisier écrit à propos de ces trois dernières : «Les morts reviennent parmi les vivants et le désordre qu’ils apportent n’est plus physique mais émotionnel et intellectuel.» Seulement, on se demande où ABC s’en va avec la série. Chacun des trois épisodes a débuté avec le retour d’un mort et l’adaptation des proches et s’est terminé sur le retour d’un autre mort. Jusqu’ici, on n’a pas assez installé d’éléments attisant notre curiosité si bien que la ligne directrice est difficile à identifier : resterons-nous dans le mélodramatique et les sentiments humains? La série prendra-t-elle un tournant science-fiction quant à l’origine de ces retours sur terre? Ou alors tombera-t-on dans le polar avec des meurtres et la découverte de secrets enfouis? Il faut rappeler que la série ne compte que huit épisodes et qu’il est grand temps de se mettre en selle.

Les revenants reviendront-ils?

La première saison a été diffusée à partir de novembre 2012 en France et outre son succès dans l’Hexagone, elle a été vendue dans plus d’une vingtaine de pays. Son succès est incontestable d’autant plus qu’une infime poignée de séries françaises peuvent se targuer d’un tel succès à l’international, autant critique que populaire. Mais voilà qu’en février, le producteur chez Haut et Court de Canal +, Jimmy Desmarais, confiait à spin-off qu’aucune date de tournage n’avait été confirmée et que c’était « la vie normale d’une série en train de se faire ». Les revenants effectueraient donc un retour au minimum à l’hiver 2015… ce qui laisse amplement le temps d’oublier le buzz que la production avait généré, tout en discréditant la France aux yeux de diffuseurs à l’étranger qui n’ont certainement pas la même patience en termes de productivité. Un détail diégétique et non le moindre : dans l’histoire, les morts-vivants ne vieillissent plus. Pour les acteurs adultes, passe encore, mais que fera-t-on de Victor et de Camille qui ont respectivement 8 et 15 ans? Modifier la ligne principale du scénario ou changer les acteurs? Dans les deux cas, on est perdant.

Resurrection a attiré 13 million de téléspectateurs lors de la diffusion de son pilote et ABC croyait tellement en son produit qu’elle a déplacé la solide série Revenge dans sa case horaire, question de donner à la nouvelle plus de rayonnement. Seulement, l’auditoire s’effrite et le troisième opus a rassemblé environ 9 millions. Reste à savoir si les chiffres se stabiliseront où s’ils continueront à dégringoler, mais tout dépend de l’orientation que l’on entend donner aux épisodes, laquelle reste pour le moment incertaine.

Articles connexes

Jean-François Chartrand-Delorme

Ayant étudié en cinéma et en communications, depuis longtemps je suis habitué à l'évaluation, à l'analyse et à la critique de films. Au fil des ans, cette passion s'est davantage transférée vers les séries télé. La fiction m'intéresse davantage, mais les séries documentaires me fascinent aussi. Chacun de ces deux genres nous offrent un portrait de la société, son évolution et parfois sa régression. De plus, je me suis rendu compte assez vite qu'outre les séries québécoises et américaines que nous connaissons davantage, plusieurs autres pays dans le monde représentent une compétition sérieuse... au grand plaisir des téléspectateurs. Depuis quelques mois, je me suis mis à écrire des critiques, tout en travaillant dans les médias à temps plein. Ma règle d'or est de ne jamais juger une série par un seul épisode. Dans mon cas, la règle de trois s'applique, question de laisser la chance au coureur. En espérant pouvoir partager avec les lecteurs mes appréciations, découvertes et déceptions du petit écran et surtout échanger avec ceux-ci. Venez me lire!

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com