Accueil » Nouvelles » À la Une » Le baseball Labatt 50 des Expos à Radio-Canada

Le baseball Labatt 50 des Expos à Radio-Canada

Il ne suffit que d’assister à deux rencontres pré-saison du baseball majeur au Stade Olympique pour voir resurgir en soi des souvenirs impérissables, ceux de ces soirées d’été où j’étais agglutiné devant la télévision pour voir les exploits des Tim Raines, Andre Dawson et Gary Carter.

À chaque début de saison, c’était le même branle-bas de combat. Je faisais le tour des dépanneurs et épiceries de mon village pour trouver le petit calendrier des Expos, celui qui nous disait quand je pourrais regarder mes Amours à la télévision. C’était à une époque où il n’y avait ni câble, ni RDS, ni poste anglais pour me permettre de regarder mon sport favori, que je suivais déjà à la radio, qui pouvait se permettre de présenter chacune des rencontres, même celles disputées au Wrigley Field de Chicago – où on ne jouait qu’en après-midi car le stade n’a pas été équipé de réflecteurs avant la saison 1988 -, même celles disputées en Californie, où les matches étaient présentés à notre heure en fin de soirée ou en fin d’après-midi en raison du décalage de trois heures entre le Québec et les villes des Dodgers, Giants et Padres.

900191_product_front

Quand j’étais en contact avec mon calendrier, je regardais scrupuleusement chacune des dates encerclées d’un écran de télé dont la couleur changeait avec les années. Une année, c’était vert. La suivante, c’était bleu. C’était la couleur qui représentait les matches présentés à Radio-Canada, avec Camille Dubé, Raymond Lebrun et Claude Raymond. Autant Jacques Doucet et Rodger Brulotte pouvaient me faire embarquer dans leur trip de baseball à la radio, autant les descripteurs de Radio-Canada me permettaient d’associer une image à ce que j’entendais le soir sur la bande AM, à l’antenne du défunt réseau Télémédia.

Je me rappelle d’avoir essayé, pour le plaisir, de mixer les deux signaux. D’un côté, le téléviseur à Radio-Canada avec le volume éteint, de l’autre ma radio AM. C’est à ce moment que j’ai réalisé que les signaux radio voyageaient plus vite que ceux de la télé. Quand Tim Raines frappait un circuit, on le savait une seconde plus tôt à la radio qu’à la télé. Le signal radio ne transporte que du son, celui de la télé transporte du son, de l’image et de la couleur, ce qui est beaucoup plus considérable.

J’ai vécu de biens beaux moments en regardant le baseball à Radio-Canada, qui a diffusé des matches des Expos de leur première saison jusqu’en 1999. J’ai vécu le match fou de 22 manches du 24 août 1989, perdu par les Expos par la marque de 1-0 devant les Dodgers de Los Angeles, rencontre pendant laquelle la mascotte Youppi a été expulsée du match, suite aux récriminations du gérant des Dodgers Tommy LaSorda, excédé de voir le gorille orange faire du tapage sur le toit de l’abri de son équipe.

MontrealExpos2

Je me souviens d’avoir pleuré après avoir vu Rick Monday frapper la balle rapide de Steve Rogers, éliminant les Expos lors de ce qui a été leur seule participation aux séries d’après-saison. J’ai pleuré également quand je saurais que je ne verrais jamais les rencontres des 1er et 2 octobre 1994, prévues pour être disputées au Stade Olympique contre les Braves d’Atlanta, une grève des joueurs déclenchée le 12 août précédent ayant mis fin abruptement à une saison dans laquelle les Expos étaient assurés de participer pour une deuxième fois aux séries d’après-saison.

Je me souviens d’avoir vu Gary Carter frapper le dernier circuit de sa carrière dans un match présenté en après-midi à Chicago, mais seulement diffusé en fin de soirée à Radio-Canada, le 12 août 1992. Ce jour-là, RDI n’existait pas et la programmation radio-canadienne était monopolisée par les négociations constitutionnelles menant à l’Accord de Charlottetown, rejeté par les canadiens lors d’un référendum tenu le 26 octobre suivant. Il avait fallu interrompre la diffusion des discussions pour présenter le match, déjà prévu à l’horaire depuis longtemps, sauf qu’il pleuvait à boire debout à Chicago, ce qui a retardé de deux heures le début du match. Radio-Canada est donc revenu aux discussions constitutionnelles et a décidé de pré-enregistrer le match et de le présenter en fin de soirée, à la place du film de fin de soirée habituel. J’ai regardé ce match, présenté à la même heure qu’une rencontre en fin de soirée des Expos quand ils allaient affronter les Dodgers, Giants et Padres chez eux, dans le confort de leur Californie.

Bref, que de souvenirs télévisuels qui me sont remontés à la mémoire quand j’ai vu les deux rencontres entre Mets et Blue Jays au Stade Olympique. Et si l’histoire des Expos était pour reprendre? Pourquoi pas! Nous avons deux réseaux de télé pour les regarder (RDS et TVA Sports) et sans doute que Cogeco les diffuserait. Je sais que ce n’est pas pour demain matin, et que ça risque d’être coûteux. En attendant, on peut toujours rêver. Ça coûte rien!

Articles connexes

Jean Tremblay

Ex-animateur de radio qui a parcouru le Québec et l'Ontario pour faire son métier entre 2001 et 2008, Jean Tremblay a animé successivement à CKAJ Saguenay (janvier à juin 2001), CHAI Châteauguay (août 2001-août 2002), CFZZ St-Jean-sur-Richelieu (novembre 2001-janvier 2002), CHOC Saint-Rémi (novembre 2001 à février 2002), CHVD Dolbeau-Mistassini (août 2002-septembre 2003), KYK-FM/CFGT-AM Alma (septembre 2003-avril 2004), CKGN Kapuskasing Ontario (avril 2004-mars 2005), CIEL-CIBM Rivière-du-Loup (juin 2005-mars 2006), Rock-Détente Estrie (juin-août 2006), Radiosphere.ca (septembre 2006-juillet 2007), un deuxième séjour à CHOC Saint-Rémi (septembre 2007-avril 2008) et un dernier tour de piste à KYK-FM Alma et Saguenay (mai à août 2008).  Après une retraite volontaire du monde des médias, Jean Tremblay s'est recyclé comme blogueur, auteur et journaliste indépendant.

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com