Undeniable : un policier sans pistes




Accueil » Nouvelles » À la Une » Undeniable : un policier sans pistes

Undeniable : un policier sans pistes

Undeniable est une nouvelle minisérie de deux épisodes qui a été diffusée sur les ondes de ITV en Angleterre les 7 et 14 avril.

UNDENIABLE_EPISODE_ 18.JPG

L’histoire commence alors que Jane Phillips (Claire Goose), âgée de 7 ans, est témoin du meurtre de sa mère par un inconnu. 23 ans plus tard, elle croise dans les couloirs d’un hôpital un homme qui, elle en est certaine, en est responsable. Elle a beau avoir le soutient de sa famille et de la détective Alison Hall (Pippa Haywood), il est difficile d’amasser les preuves nécessaires pour l’inculper. Celui-ci, Edward Rawlins (Peter Firth), est un réputé oncologue qui, médusé de cette accusation, accepte tout de même de coopérer avec la police.

Mais à mesure que le temps passe, c’est la crédibilité de Jane qui est mise en cause et la relation victime / agresseur prend un nouveau tournant. Écrite par Chris Lang, Undeniable est un thriller qui ne livre malheureusement pas la marchandise. L’enquête n’est pas suffisamment bien ficelée pour qu’on ait réponse à toutes nos questions et les zones d’ombres des personnages ne sont pas suffisamment exploitées pour nous tenir en haleine. Série vite consommée, vite oubliée.

Crédibilité mise à rude épreuve

Jane jouait près d’un lac lorsqu’un homme a tué sa mère à coups de roche. Lorsqu’elle découvre le corps ensanglanté, le tueur passe près d’elle comme si de rien n’était. 23 ans plus tard, Jane et Rob (Felix Scott) sont mariés, ils ont une fille et attendent un second enfant. Bien qu’elle semble épanouie, elle a dû consulter un psychologue et prend depuis longtemps des antidépresseurs. C’est justement à cause de cette médication en relation avec sa grossesse qu’elle se rend dans un hôpital. Lorsqu’elle croise le Dr Rawlins, tout semble clair. Elle est assez sûre d’elle-même pour avertir la police et faire rouvrir l’enquête. Le problème, c’est qu’elle a déjà porté les mêmes accusations envers un autre homme lorsqu’elle a eu 18 ans, puis a reconnu s’être trompée par la suite.

Undeniable-300x207

De son côté, Edward semble tomber des nues, de même que sa fille Emma (Christine Bottomley). Celle-ci est avocate et propose de le défendre. Il se trouve que la police a conservé le vêtement que portait la mère de Jane lors du drame et qui serait taché du sang de son agresseur. Edward accepte de se soumettre à un test d’ADN, mais celui-ci s’avère négatif. Bien que Jane affirme à ses proches avoir passé à autre chose, il n’en n’est rien et de nouveau à l’hôpital, elle va même jusqu’à l’agresser. Les rôles changent alors que Jane perd toute crédibilité aux dépens d’Edward. Seulement, l’enquête se poursuit et les langues se délient. Une ancienne infirmière ayant travaillé avec l’oncologue affirme qu’il l’a déjà agressé tandis que l’ex-femme de celui-ci, Beth (Sarah Winman) vient révéler des informations troublantes : il la battait et lui a fait perdre le second enfant qu’elle attendait. Dépressive et alcoolique, Emma a tôt fait de prendre ses distances avec sa mère. Mais pourquoi le test d’ADN a-t-il échoué? (*Spoiler) Il y a plusieurs années, Edward a subi une greffe de la moelle osseuse, ce qui a modifié son groupe sanguin. Edward est arrêté, justice est rendue et le cauchemar de Jane se termine.

Peu de pièces pour le puzzle

Ce qu’il y a d’intéressant avec les séries européennes, particulièrement anglaises, c’est qu’elles sont de courte durée et par le fait même très intenses. Mais dans le cas d’Undeniable, on peut justement blâmer cette brièveté. Comme l’écrit Gerard O’Donovan dans son article : « Sadly the headlong rush to wrap things up left little room for ambiguity thereafter ». Il faut dire que toute l’intrigue au sujet de l’ADN et de la moelle osseuse était bien pensée et surtout inédite. Voilà, l’auteur avait son plan A (le meurtre) qui devait mener au plan B (la résolution), mais c’est tout l’entre-deux, l’essentiel de l’histoire, qui est escamoté. Lorsque le test d’ADN se révèle négatif, Jane ne lâche pas le morceau.

Undeniable itv

Elle enquête d’abord avec Alison, puis en solo lorsque cette dernière est sommée par ses supérieurs d’arrêter le tout. Voir le tueur dénoncé vire à l’obsession, si bien que son mari, avant de la quitter avec leur fille, lui dit :« No one is leaving you, it’s you who left us ». Persuadée qu’elle a raison, elle est prête à tout pour se faire justice et on aurait aimé voir les rôles s’inverser : alors que la victime se transforme en véritable vengeresse, peu d’attention et de scènes sont dédiées à Edward qui se montre passif jusqu’au bout. Jamais on ne sait ce qu’il pense; comment il gère la situation. L’omission de nous le présenter sous quelque jour que ce soit rend Undeniable très inégale.

Très tôt dans la série, Jane identifie Edward comme étant le tueur de sa mère et dès lors, on s’attend à une série policière où les indices récoltés mèneront soit à l’innocence, soit à la culpabilité de l’oncologue. Malheureusement, nous n’avons rien à nous mettre sous la dent. Lorsqu’Alison retrouve l’infirmière, tout ce qu’elle peut récolter est un témoignage sans preuve. C’est définitivement Beth qui clôt l’intrigue en révélant ce qu’elle sait. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour l’interroger? On peut bien comprendre qu’Emma se soit tenue loin de sa mère pendant plusieurs années, mais son père étant l’objet d’accusations si graves, n’aurait-il pas été normal qu’elle tente de la recontacter? Et pourquoi finalement Edward a-t-il commis le meurtre? Comme jamais il ne se confesse, on n’a qu’à conclure qu’il lui manque quelques neurones. Côté investigation, Jane veut se rendre chez Edward et tape dans Google :« how to find someone’s home address ». Pour la subtilité, on repassera…

Undeniable ne marquera pas les esprits, loin de là. Côté policier, ITV aura la chance de sa rattraper bientôt. En mars a commencé le tournage d’une nouvelle fiction de six épisodes intitulée Grantchester et adaptée du roman Sidney Chambers and the Shadow of Death de James Runcie dans lequelun charismatique ecclésiastique sera appelé à enquêter sur un vicaire alors qu’un de ses paroissiens est retrouvé mort dans d’étranges circonstances. Souhaitons à cette fiction plus de profondeur et surtout un scénario qui nous engagera jusqu’au bout.

Articles connexes

Jean-François Chartrand-Delorme

Ayant étudié en cinéma et en communications, depuis longtemps je suis habitué à l'évaluation, à l'analyse et à la critique de films. Au fil des ans, cette passion s'est davantage transférée vers les séries télé. La fiction m'intéresse davantage, mais les séries documentaires me fascinent aussi. Chacun de ces deux genres nous offrent un portrait de la société, son évolution et parfois sa régression. De plus, je me suis rendu compte assez vite qu'outre les séries québécoises et américaines que nous connaissons davantage, plusieurs autres pays dans le monde représentent une compétition sérieuse... au grand plaisir des téléspectateurs. Depuis quelques mois, je me suis mis à écrire des critiques, tout en travaillant dans les médias à temps plein. Ma règle d'or est de ne jamais juger une série par un seul épisode. Dans mon cas, la règle de trois s'applique, question de laisser la chance au coureur. En espérant pouvoir partager avec les lecteurs mes appréciations, découvertes et déceptions du petit écran et surtout échanger avec ceux-ci. Venez me lire!