Accueil » Nouvelles » À la Une » Vivre sans télé (Un gars se tanne)

Vivre sans télé (Un gars se tanne)

J’avais écrit l’hiver dernier que je vivais bien sans télé, mais un moment donné on se tanne. On se tanne de manquer plein de trucs qu’on aimerait pouvoir suivre, on se sent devenir marginal parce qu’on ne peut pas parler avec autrui de ce qui a été vu à la télé la veille, etc.

Las de vivre pareille situation, j’ai décidé, quand le temps fut venu d’installer internet chez moi, de m’abonner enfin à un service télé digne de mention. C’est ainsi donc que Pierre-Karl Péladeau a envoyé dans mon nouvel appartement de Rosemont un de ses techniciens, dont le mandat était d’installer l’internet, le téléphone et la télé numérique de Vidéotron.

Cela faisait presque quatre ans que je vivais sans signal télé qui entrait dans mon domicile. Il y a eu certes une période pendant laquelle je me suis servi de mes bonnes vieilles oreilles de lapin, mais dès que le passage au numérique a été effectué, ces dernières n’ont été bonnes que pour les vidanges, transformant au passage mon vétuste téléviseur – modèle 2001 avec lecteur VHS intégré – à l’état de vulgaire ramasse-poussière.

Pendant longtemps, le peu de télé que je regardais chez moi était visionné grâce à internet. Et encore, je n’en regardais pas tant que ça!

Je me suis mis à m’ennuyer des séances de twivage pendant Tout le monde en parle. Je suis allé assister à deux émissions d’En mode Salvail et y ait vu tout l’aspect interactif et ait eu l’envie même de m’y impliquer, sauf que sans télé qui capte ladite émission, la chose était plutôt impossible.

Tout comme celle de collaborer à un site internet consacré à la télévision sans pouvoir la regarder. J’ai bien essayé, mais après quelques trucs, j’ai tout arrêté. On ne demande pas à un chroniqueur aveugle de critiquer un strip-tease.

Mais là, ma vieille télé de 2001 a cessé de servir de ramasse-poussière depuis la fin de l’avant-midi du samedi 13 septembre 2014, ayant été branchée illico à une grosse boîte branchée à un câble qui lui transmet des émissions de dizaines de chaînes d’ici et d’ailleurs.

Je pourrai regarder Tout le monde en parle et faire du cancan sur Twitter avec tous ceux qui le regardent en même temps que moi. Je pourrai faire pareil aussi en regardant En mode Salvail et plein d’autres émissions.

Je pourrai aussi regarder les matches du Canadien et suivre les séries de championnat de base-ball, chose que je n’ai pas pu faire depuis quatre ans!
Mais surtout, je pourrai devenir un chroniqueur télé efficace qui voit enfin ce quoi il critique, et qui sera productif.

Articles connexes

Jean Tremblay

Ex-animateur de radio qui a parcouru le Québec et l'Ontario pour faire son métier entre 2001 et 2008, Jean Tremblay a animé successivement à CKAJ Saguenay (janvier à juin 2001), CHAI Châteauguay (août 2001-août 2002), CFZZ St-Jean-sur-Richelieu (novembre 2001-janvier 2002), CHOC Saint-Rémi (novembre 2001 à février 2002), CHVD Dolbeau-Mistassini (août 2002-septembre 2003), KYK-FM/CFGT-AM Alma (septembre 2003-avril 2004), CKGN Kapuskasing Ontario (avril 2004-mars 2005), CIEL-CIBM Rivière-du-Loup (juin 2005-mars 2006), Rock-Détente Estrie (juin-août 2006), Radiosphere.ca (septembre 2006-juillet 2007), un deuxième séjour à CHOC Saint-Rémi (septembre 2007-avril 2008) et un dernier tour de piste à KYK-FM Alma et Saguenay (mai à août 2008).  Après une retraite volontaire du monde des médias, Jean Tremblay s'est recyclé comme blogueur, auteur et journaliste indépendant.

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com