La vidéo de la femme saoule en public est un canular




Accueil » Nouvelles » À la Une » La vidéo de la femme saoule en public est un canular

La vidéo de la femme saoule en public est un canular

La vidéo Drunk Girl in Public qui visait à montrer des hommes qui profitent d’une femme ivre dans les rues de Hollywood se révèle être un canular.

Jennifer Box

Jennifer Box

Dans la vidéo, Drunk Girl in Public (fille saoule en public), un actrice de 24 ans du nom de Jennifer Box se fait passer pour une femme ivre demandant aux hommes de l’aider à trouver l’arrêt de bus. Au lieu de venir à son secours, presque tous les hommes tentent de la convaincre de venir avec eux à la maison, alors qu’un seul homme veut réellement l’aider. La vidéo, Drunk Girl In Public, est décrite comme une « expérience sociale » par le créateur Stephen Zhang, 20 ans, qui a apparemment atteint plu de 35 millions de vues et a retirer la dite vidéos après que les acteurs aient dévoilé le pot aux roses!

Maintenant, l’un des hommes de la vidéo a dit sur Facebook que la vidéo est fausse, et que les hommes étaient des acteurs qui suivaient la direction des réalisateurs Stephen Zhang et Seth Leach, selon le site Smoking Gun.

Les hommes ont été approchés dans les rues de Los Angeles et ont leur a demandé de participer à un vidéo de caméra caché pour le fun. On ne leur a pas dit le sujet et l’objectif de la vidéo, on ne leur a pas dit non plus que la vidéo serait décrite comme des vrais événements et qu’ils seraient présenté comme des prédateurs sexuels. Mike Koshak, que nous pouvons voir dans la vidéo en essayant de d’entraîner la fille à la maison, s’est fait dire que c’était pour un film étudiant. Il a écrit sur Facebook que « c’était tout mis en scène et toutes les personnes jouaient un rôle. »

Mike Koshak

Mike Koshak

La vidéo Drunk Girl in Public « ne me décrit pas bien et ne décrit aucun des hommes présent dans la vidéo correctement » , le qualifiant « de fausse représentation merdique et ils m’ont menti sur l’objectif de la vidéo. » Plus tard, il a écrit que l’un des réalisateur de la vidéo, Seth Leach, lui a envoyé des messages lui disant de se tenir tranquille et de laisser ça aller. « La chose importante à considérer est que cette vidéo va te faire connaitre et avoir un avenir avec nous et notre société », Selon ce que M. Leach aurait écrit. « Il suffit de suivre mec, tu es dans notre équipe maintenant et nous prendrons soin de toi. »

confessionfb

Un autre homme dans la vidéo, Josh Blaine, qui est vu essayant de trainer Jennifer dans sa camionnette, a aussi écrit sur Facebook qu’il « a fait une faveur à l’équipe de tournage, il semble que c’est ce que je récolte pour avoir aider le projet de ces gens. »

La fin justifie t’elle les moyens?

Dans un article du site The Daily Dot, la journaliste féministe Rebecca Vipond Brink nous explique que même si la vidéo est fausse, « Cela reste un élément important qui parle des questions culturelles plus vastes en matière d’agression sexuelle. » En gros, même si la vidéo est une fraude, la cause qu’elle défend est plus importante et doit être poussée même si ceci implique de publier des faussetés et détruire des réputations, ces hommes qui se sont fait arnaquer par le réalisateur, ne seraient en fait que des dommages collatéraux, ce n’est pas important.

Drunk-girl-video

Selon elle, « La prémisse de “l’expérience sociale” est de voir comment les hommes réagiraient à une femme visiblement ivre en public. Spoiler: Quatre des cinq hommes tentent de l’a ramener chez eux. Un seul tente de l’emmener à l’arrêt de bus qu’elle cherche. » Mais oublie de souligner que la vidéo est fausse, que ce sont des acteurs qui suivent un scénario, ce n’est pas une vraie expérience sociale. En fait, on appelle ça de la propagande, utiliser de fausses situations, les diffuser et faire à croire que ce qui arrive est vrai, même si celui qui diffuse cette vidéo sait pertinemment quelle est fausse..

Le fait est que seule une poignée d’hommes qui ont vu cette femme se sont approché d’elle. La plupart d’entre eux ont continué leurs activités. Le site Marie Claire dit « Nous ne sommes pas à l’aise avec la façon dont cet expérience sociale semble suggérer que tous les hommes sont des prédateurs. Ils ne sont pas tous. » En fait la vidéo essaie de nous faire à croire que les hommes sont presque tous des prédateurs sexuels « En se concentrant sur les hommes qui ont réellement interagi avec la femme, la vidéo implique qu’environ 80 pour cent des hommes réagissent aux femmes en état d’ébriété de façon prédatrice. Le problème c’est qu’il y a peut-être 50 ou 60 hommes présents dans la vidéo et la grand majorité la laisse aller et ne s’en occupe même pas. » Le reste du texte de Rebecca Vipond Brink tombe dans une genre d’hystérie ultra-féministe à saveur de Social Justice Warrior, un monde manichéen ou toutes les femmes sont des victimes et les hommes des agresseurs potentiels et des «asshole».

En fait comme un des commentateurs explique, la vidéo est trop professionnel pour être tourné en mode caméra caché. Un peu comme la fille qui déambule dans les rues de New York et se fait supposément harceler, la caméra était trop fixe et l’image trop clean et stable pour être un simple film caméra caché. Faire ce type de film, même avec une caméra GoPro, demande de l’équipement qui est VISIBLE. Tout le monde qui travail en télévision ou cinéma vous dira que ces vidéos sont des montages.

Pour les gens qui produisent ce type de vidéo, la fin justifie les moyens, peut importe le prix à payer et les vies détruites, ce qui importe est de pousser le message et la cause et personnellement je trouve ça dégueulasse. Pire, ça devient des «clickbait», en devenant virale, les gens derrière la vidéo font de l’argent avec cliques et les publicités YouTube tout en diffusant des faussetés!! Pensez- y bien la prochaine fois que vous voyez un vidéo avec un fort message social, c’est peut-être un canular qui veut vous vendre une cause!

Source: The Daily Dot, Smoking Gun, Newscom.au

Articles connexes

Jean-François Cloutier

Je suis le fondateur de TVQC.com. Vous êtes passionnés de séries télévisées et vous trouvez que les médias de masse traditionnels font piètre figure à ce niveau? Soyez sans crainte, nous aussi!