Chappie ou le Prométhée postmoderne




Accueil » Nouvelles » À la Une » Chappie ou le Prométhée postmoderne

Chappie ou le Prométhée postmoderne

chappietitre

Il était une fois un enfant pas comme les autres. À cause de son intelligence supérieure à la moyenne, il a appris très vite à s’exprimer, à agir et à réagir. Il mémorisait tout, absolument tout. Mais il se sentait quand-même rejeté, jusqu’à devenir le mouton noir de la ville. En vérité, peu importe la façon dont il s’adapterait à son environnement, il allait rester… un robot.

CHAPPiE4

Ce conte d’anticipation pour « éternels enfants » est le dernier-né du réalisateur Neill Blomkamp. Après avoir surpris avec District 9 en 2009 et déçu avec Elysium en 2013, il récidive avec ce nouveau film de science-fiction cent pour cent réaliste qui raconte les tribulations d’un robot doté de l’intelligence artificielle. Pour ce faire, ce digne successeur de David Cronenberg (The Fly, Videodrome) nous replonge dans les bas-fonds sud-africains de Johannesburg, sa ville natale, à un moment critique où plane l’ombre d’une guerre civile. Il y est question de ségrégation, de lutte des classes ou encore de délinquance, alors que cette métropole de la province de Gauteng se place sous surveillance policière robotisée.

Dès sa mise au monde/en marche, Chappie se situe à la croisée des chemins. Créé pour devenir policier, éduqué pour devenir gangster et encouragé à devenir artiste, il cherche la bonne voie à suivre. Il possède à la fois l’IA et la conscience de sa propre mortalité (sa batterie a une durée de vie de cinq jours). Sa capture de mouvement est le travail de l’acteur Sharlto Copley, ami d’enfance et collaborateur fidèle du réalisateur, qui jouait Kruger dans Elysium et Wikus Van De Merwe dans District 9.

Hugh Jackman (la saga X-Men, The Prestige, Prisoners) se démène pour jouer Vincent Moore, méchant de service et ancien soldat qui met au point une machine de guerre superpuissante quoiqu’inhérente au contrôle humain (baptisée La Bête). Il s’oppose à Dev Patel (Slumdog Millionaire, The Last Airbender) qui se dévoue à Deon Wilson, inventeur au grand cœur qui crée le premier robot humanoïde doté d’une conscience (Chappie). C’est à nouveau le combat de la science contre Dieu, ou de Goliath contre David. Or, que Diable vient faire Sigourney Weaver dans un rôle aussi secondaire et aussi accessoire? Je me le demande encore…

chappie1

Rares sont les fois où un film de science-fiction, pour ne pas dire n’importe quel blockbuster de l’olympe hollywoodien ayant recours aux effets spéciaux numériques, m’a semblé aussi près de la réalité. Bien que la présence de l’ordinateur s’immisce probablement dans la quasi-totalité des plans, jamais je n’ai été en mesure de le pointer du doigt. L’univers fictif de cette fable futuriste s’avère donc crédible et le robot criant de vérité, ce qui confirme en même temps le talent du réalisateur au lieu de l’infirmer.

Ce n’est pas pour rien que la Twentieth Century Fox a demandé à Neill Blomkamp de s’attaquer à Alien 5 dont la sortie est prévue en 2016. Il succédera ainsi à Ridley Scott, James Cameron, David Fincher puis Jean-Pierre Jeunet, lesquels ont respectivement réalisé les quatre premiers films de la saga. Le projet est entre de bonnes mains, un peu comme Star Wars: Episode VII – The Force Awakens entre celles de J.J. Abrams.

chappie2

Hormis la participation de l’interprète d’Ellen Ripley, s’il est trois choses à reprocher à Chappie, ce sont celles-ci :

    1. Le placement on ne peut plus gratuit de produits tels que PlayStation, Red Bull, quelques voitures de luxe (Mercedes, BMW, Nissan GTR) et le logo du géant de télécommunication Vodafone.
    2. La publicité faite au groupe de rap-rave sud-africain Die Antwoord. Non seulement leur musique cotoie celle du compositeur Hans Zimmer (Interstellar, Pirates of the Caribbean, The Dark Knight) sur la bande sonore, mais deux des trois membres jouent leur personnage de scène à l’écran! Il s’agit de Ninja (Watkin Tudor Jones) et Yo-Landi (Anri du Toit) qui deviennent le Daddy et la Mommy du robot.
    3. Le fait que Chappie soit élevé par un ersatz de parents adoptifs sortis tout droit de Mad Max: Fury Road et qu’il apprenne à parler/marcher/agir comme un gangster de moindre envergure dérange. L’histoire perd ainsi de son sérieux et le personnage de son charme.

chappie3

Il sied de mentionner que le vidéoclip All is Full of Love de Björk, réalisé en 2002 par l’expert en effets spéciaux Chris Cunningham (le concepteur de créatures pour Alien 3 et Alien: Resurrection, tiens tiens) a grandement aidé Neill Blomkamp à trouver sa propre signature dans le genre de la SF. De plus, le manga japonais Appleseed de Masamune Shirow et le robot Johnny 5 des films Short Circuit ont servi de base pour le design de Chappie.

L’idée de départ de Chappie combine deux de ses courts-métrages, à savoir les docufictions Tetra Vaal (2004) et Tempbot (2006). Le premier suivait une escouade policière robotisée et le second la vie d’un robot employé de bureau. Visionnez-les en intégralité ci-dessous.

Bref, sans sa grande beauté plastique et son protagoniste en titane, ce film aurait pu tomber beaucoup plus bas. Heureusement, il l’a éCHAPPIE belle…

Verdict : 8 sur 10


Articles connexes

Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Véritable cinéphile, Louis-Philippe Coutu-Nadeau est un scénariste-réalisateur-monteur qui a une cinquantaine de contrats à son actif en tant que vidéaste (mariages, captations d'événement, publicités, vidéoclips). Il s'occupe d'ailleurs de toutes les vidéos du concessionnaire Alix Toyota depuis juin 2013. Il a aussi été pigiste pour trois boîtes de production, soit le Studio Sonogram, VLTV Productions et Ikebana Productions. Sa filmographie personnelle présente pas moins d'une vingtaine de titres dont le film Khaos et la websérie Rendez-vous. Il possède un baccalauréat en études cinématographiques à l'UdeM et un baccalauréat par cumul de certificats à l'UQÀM (en scénarisation cinématographique, en création littéraire et en français écrit). Vous pouvez visionner son expérience contractuelle et son expérience personnelle sur son site officiel : www.lpcn.ca