Get Hard ou quand l'usine à idées devient une usine de recyclage...




Accueil » Nouvelles » À la Une » Get Hard ou quand l’usine à idées devient une usine de recyclage…

Get Hard ou quand l’usine à idées devient une usine de recyclage…

gethardtitre

Mettant mon cerveau en veilleuse, je suis entré dans la salle #2 du cinéma Starcité pour assister à l’avant-première de Get Hard. J’en suis ressorti ni totalement déçu, ni agréablement surpris, moi qui n’ai jamais tenu Will Ferrell (Anchorman, Elf, Blades of Glory) en haute estime (exception faite du film culte A Night at the Roxbury en 1998).

gethard3

Condamné pour malversations financières, le millionnaire James King (Will Farrell) se retrouvera dans la prison d’État de San Quentin en Californie. Innocent, il a 30 jours avant de purger sa peine. Il sollicite aussitôt le coup de main de Darnell Lewis (Kevin Hart), le patron d’une entreprise de lavage de voiture, pour l’endurcir. Se préparer mentalement/physiquement pour un séjour derrière les barreaux ou rechercher l’auteur du complot qui pèse contre lui, telle est la question que devra se poser James King. En d’autres mots, dans Get Hard, Jordan Belfort du film The Wolf of Wall Street rencontre Michael Oher du film The Blind Side.

Le réalisateur est le méconnu Etan Cohen (scénariste derrière Men in Black 3, Tropic Thunder et Madagascar 2), à ne pas confondre avec le reconnu Ethan Coen (scénariste et producteur derrière Fargo, The Big Lebowski et No Country for Old Men). Avec Get Hard et pour la première fois, Etan-sans-le-H s’est vu offrir l’opportunité de troquer son crayon contre une caméra. Un pari risqué, mais qui ne déroge pas de son mandat.

gethard2

Cette comédie s’ouvre sur un très gros plan du visage de Farrell en pleurs. Déjà, je me suis dit que son protagoniste avait une mine affreuse, voire hideuse, mais ce n’était rien à côté de la mauvaise mine du crayon des scénaristes Jay Martel, Ian Roberts et… Etan Cohen.

En effet, ce trio de gratte-papier ont recyclé tous les clichés inimaginables, allant de ceux du tandem riche/pauvre à ceux du tandem noir/blanc, sans oublier ceux reliés au quotidien d’un prisonnier. Or, cette tentative de remettre au goût du jour les ingrédients d’une recette éprouvée avorte plus qu’elle accouche…

gethard1

Extrêmement décevant, Will Farrell démontre à nouveau qu’il n’a pas l’étoffe d’un rôle-titre. Il n’arrive pas à la cheville de d’autres comédiens issus du Saturday Night Live tels qu’Adam Sandler, Ben Stiller ou même Rob Schneider (ce n’est pas rien!). À mon avis, il aurait dû se contenter de rôles secondaires (je pense ici à celui de Mustafa dans les deux premiers Austin Powers en 1997 et 1999)…

Agréablement surprenant, Kevin Hart est comme du ketchup sur un repas réchauffé au micro-onde, à savoir que son énergie et son charisme rendent le film supportable. À mi-chemin entre Eddie Murphy et Chris Tucker, il incarne ce petit je-ne-sais-quoi qui évite la catastrophe. Il est particulièrement efficace dans deux scènes, celle où il imite tour à tour des prisonniers (un black, un latino et un homme rose) sur un court de tennis et celle où il raconte pourquoi il a été en prison (en résumant l’intrigue du classique de John Singleton, Boyz n the Hood!).

Bref, n’allez surtout pas payer pour voir Get Hard au cinéma ni pour l’acheter en DVD, sans quoi il fera l’objet d’une suite dans deux ou trois ans. Attendez plutôt de l’écouter à la télévision ou, mieux encore, de le visionner en dix parties sur YouTube…

Verdict : 4 sur 10

Articles connexes

Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Véritable cinéphile, Louis-Philippe Coutu-Nadeau est un scénariste-réalisateur-monteur qui a une cinquantaine de contrats à son actif en tant que vidéaste (mariages, captations d'événement, publicités, vidéoclips). Il s'occupe d'ailleurs de toutes les vidéos du concessionnaire Alix Toyota depuis juin 2013. Il a aussi été pigiste pour trois boîtes de production, soit le Studio Sonogram, VLTV Productions et Ikebana Productions. Sa filmographie personnelle présente pas moins d'une vingtaine de titres dont le film Khaos et la websérie Rendez-vous. Il possède un baccalauréat en études cinématographiques à l'UdeM et un baccalauréat par cumul de certificats à l'UQÀM (en scénarisation cinématographique, en création littéraire et en français écrit). Vous pouvez visionner son expérience contractuelle et son expérience personnelle sur son site officiel : www.lpcn.ca