Loto-Québec : la morale de l’argent à Télé-Québec




Accueil » Nouvelles » Vidéos » Bandes-annonces » Loto-Québec : la morale de l’argent à Télé-Québec

Loto-Québec : la morale de l’argent à Télé-Québec

Avec ses 45 ans d’existence, Loto-Québec fête plusieurs décennies de popularité sans égal.

Depuis le début, cette société d’État est associée à notre essor national, à ce qui marche, à ce qui nous rend riches et prospères. Mais ses belles années sont derrière elle : les profits ne sont plus ce qu’ils étaient et la multiplication des offres de jeux pose de plus en plus de problèmes. Diffusé à Télé-Québec le lundi 18 mai à 20 h, le documentaire Loto-Québec : la morale de l’argent, réalisé par Francine Pelletier et coscénarisé par Hugo Latulippe, propose une réflexion de fond sur l’organisme, qui a suscité son lot de questions et de critiques au fil des années. Quel avenir pour la société d’État?

Loto-Québec  la morale de l’argent

Constitué en partie de publicités télévisées incontournables de Loto-Québec mettant en vedette plusieurs personnalités chouchous des Québécois (Anthony Kavanagh, Benoît Brière, Janine Sutto, Normand Brathwaite, Sophie Lorain), Loto-Québec : la morale de l’argent présente les changements culturels qui se sont opérés dans notre rapport à l’argent depuis la création de la société d’État. De nombreux intervenants ayant été au coeur de la mêlée pendant ces quatre décennies (voir liste ci-après) ajoutent à la crédibilité de la démarche par la pertinence de leurs réflexions.

« C’est grâce à un regard posé, mais critique, documenté, mais pas trop dirigé, qu’on a droit à un questionnement sincère et pertinent sur la place de l’État dans l’industrie du jeu du hasard, une industrie qui évolue et dont les frontières ne cessent d’être brouillées avec l’arrivée du jeu en ligne. Un documentaire rigoureux et fascinant de Francine Pelletier. » — Joseph Elfassi, Voir Montréal.

Loto-Québec : la vache à lait
En 1969, l’idée du maire Jean Drapeau de rembourser le métro et l’Expo avec une taxe volontaire – le jeu – tombe à point. Son succès phénoménal pave la voie à la légalisation des jeux de hasard et d’agent : le Québec devient d’ailleurs la première province à les légaliser. Dès ses balbutiements, Loto-Québec incarne l’âme du Québec. La magie opère! Et très vite, Loto-Québec doit gérer l’abondance; elle apporte une contribution sensationnelle aux coffres de l’État. Même si certaines questions éthiques sont parfois soulevées, aucun gouvernement n’est prêt à remettre en question cette manne tombée du ciel, dont on redistribue les profits dans des missions d’État telles la santé, l’éducation et la culture. On parle de 50 milliards de dollars! « Très très vite, les appareils de loterie vidéo sont devenus la vache à lait de Loto-Québec. Quand je suis arrivé là, j’ai été énormément surpris de voir la profitabilité annuelle des appareils de loterie vidéo », affirme Gaétan Frigon, président de Loto-Québec en 2002-2003.

image (1)

Loto-Québec : la dangereuse
Mais Loto-Québec n’a pas que du bon. Au début des années 2000, l’histoire d’amour entre Loto-Québec et les Québécois se gâte : un recours collectif impliquant pas moins de 125 000 joueurs pathologiques est lancé. Le lien de confiance entre les Québécois et Loto-Québec est sérieusement ébranlé. L’avocat Jean-Paul Michaud explique : « Le recours qu’on a entrepris est une première mondiale. On a réveillé la planète, et c’était l’un des objectifs visés : sensibiliser les gens au danger d’utiliser des appareils de loterie vidéo. »

« J’avais honte! J’avais honte d’être tombée en amour avec une ogresse en métal. Qu’elle me commande à ses pieds comme un chien. C’est ça, le jeu pathologique! C’est ça, l’industrie du jeu! » — Suzanne Barre

Loto-Québec : la morale de l’argent met ainsi en lumière de sérieuses interrogations et préoccupations éthiques. Si Loto-Québec est le miroir de ce que nous sommes, plusieurs questions de taille s’imposent : sommes-nous intoxiqués à l’argent au point de sacrifier les plus fragiles d’entre nous? Sommes-nous à l’aise avec l’idée d’investir collectivement plus de 60 millions de dollars en commandites et en publicités pour se convaincre que l’argent fait le bonheur et qu’il faut jouer pour y arriver?

La version long-métrage du documentaire a été présentée en première le 20 février aux Rendez-vous du cinéma québécois ainsi que le 22 avril au Théâtre Outremont.

Articles connexes

Jean-François Cloutier

Je suis le fondateur de TVQC.com. Vous êtes passionnés de séries télévisées et vous trouvez que les médias de masse traditionnels font piètre figure à ce niveau? Soyez sans crainte, nous aussi!