Le phénomène Takashi Miike




Accueil » Nouvelles » À la Une » Le phénomène Takashi Miike

Le phénomène Takashi Miike

Quiconque initié ou converti au cinéma asiatique connais Takashi Miike, ce prolifique réalisateur japonais de 45 ans compte plus d’une centaine de productions de tout acabit en 24 ans de carrière.

Takashi Miike

Takashi Miike

Son style caustique et tout a fait unique ont fait de lui le principal vecteur d’une nouvelle vague de cinéma non-conventionnel mixant horreur, Yakuzas et comédie .

À ses débuts , dans les années ’90 , il fait sa marque avec quelques 28 productions mettant en scène les gangsters nommés Yakuzas , criminels japonais semblables a la mafia . Ses films , peu connus, sont immédiatement dirigés en vidéo sans sortir en salle et étiquetés comme étant du « V-Cinéma » par la communauté cinématographique locale, Miike profite de cette époque pour produire une multitude de films avec peu de budget afin de parfaire son art.

On assiste durant cette période a 2 crystallisations de son oeuvre , la première étant l’apogée des Yakuzas avec sa trilogie Dead or alive, l’ascension et la déchéance du crime organisé dans cette masterpiece empreint d’une ultra-violence sans merci à la Miike dans 3 films extrêmement bien tournés et qui plaira a tout adepte de gangstérisme nouveau genre.

Suivra en deuxième étape en 1999 une autre belle oeuvre nommée Audition, ou Miike met en scène la belle Eihi Shiina, une tortionnaire recrutée par un homme en détresse via un site de rencontre. Ce fût un tournant pour sa vision creepy et le début d’une nouvelle ère pour le genre de cinéma qu’il a toujours rêvé de tourner. À sa façon, il rebute le paternalisme de la culture japonaise, non sans opposition a son style.

Takashi Miike Audition

Mon oeuvre préférée de Miike est sans contredit l’adaptation cinématographiqe du manga japonais MPD psycho (Multiple personality detective) .Un jeune enquêteur, 3 personnalités, un maximum de rebondissements dans cette série de courts métrages ahurissants de scènes toutes aussi sordides les unes que les autres.  Yôsuke Kobayashi, le jeune profileur prometteur aux personnalités multiples est rapidement reconnu pas un de ses pairs lors d’une assignation a une scène de crime . Le tueur en série qui sévit envoie pronto a Yôsuke son présent de bienvenue, le corps mourant et mutilé de sa copine.  La vengeance intervient et Yôsuke fait place a Shinji Nishizono, qui traque le tueur et l’abat ; l’engrenage de la multiplicité est amorcé pour Yôsuke. Emprisonné pour meurtre il devient Amamiya  Kazuhiko , pendant son séjour en prison et après sa sortie, il est recruté pour faire la lumière sur une multitude de cas …Mais qu’ont en commun Yôsuke-Shinji-Amamiya et ces meurtiers ?

Un réalisateur prolifique sans contredis , mais surtout un maître a penser qui a fait sa marque et a transformé la vision contemporaine du cinéma Japonais underground .Un must pour tout les amateurs !!!

Articles connexes
Simon Desjardins

Simon Desjardins

Amateur de musique, cinéma et productions underground asiatiques . Débats poliques et supporteur de la liberté d'expression .