The Whispers : on sait déjà comment ça finit




Accueil » Nouvelles » À la Une » The Whispers : on sait déjà comment ça finit

The Whispers : on sait déjà comment ça finit

The Whispers est une nouvelle série de 13 épisodes diffusée depuis le début juin sur les ondes d’ABC aux États-Unis.

THE WHISPERS -  BRIANNA BROWN, KYLIE ROGERS, BARRY SLOANE, LILY RABE, KYLE HARRISON BREITKOPF, MILO VENTIMIGLIA

THE WHISPERS – BRIANNA BROWN, KYLIE ROGERS, BARRY SLOANE, LILY RABE, KYLE HARRISON BREITKOPF, MILO VENTIMIGLIA

The Whispers

L’action tourne autour de Claire Bennigan (Lily Rabe), une agente du FBI, mais aussi spécialiste auprès des enfants après que l’un d’eux ait tenté d’assassiner sa propre mère. C’est que la fillette se défend en affirmant que c’est son ami imaginaire, surnommé Drill, qui lui a fait commettre son geste. Le plus inquiétant dans toute cette histoire est que plusieurs enfants du voisinage sont aussi sous l’emprise de cet être; ce qui à long terme, pourrait représenter une menace sérieuse pour le pays… et le monde entier apparemment.

Série d’abord programmée pour la mi-saison, puis repoussée à l’été (des déplacements comme ceux-ci n’augurent jamais rien de bon), The Whispers ne marquera pas l’été, tant pour ses épisodes décousus que pour ses protagonistes qui nous laissent indifférents. Mais son défaut ultime est d’être aussi obscure que transparente : c’est qu’on tente de prolonger indéfiniment et inutilement un mystère dont on connaît déjà partiellement l’explication.

Ces méchants enfants

Le tout commence chez la famille Weil alors que la jeune Harper (Abby Ryder Forston) communique avec un ami imaginaire qui la persuade d’attirer sa mère dans une maisonnette construite à la cime d’un arbre. À peine celle-ci y a-t-elle mis les pieds que le plancher s’effondre et qu’elle fait une chute qui a failli lui coûter la vie. Tout de suite au FBI, on enjoint Claire d’aller questionner la jeune fille qui ne se montre pas très bavarde. Par contre, il s’avère qu’Harper n’est pas la seule contactée par Drill puisque quelques mois auparavant, un jeune garçon du nom de Jackson, sous ses ordres, a fait déclencher une bombe qui l’a tué. Un homme se trouvait sur les lieux de l’accident (un témoin ou l’instigateur?) qui ressemble comme deux gouttes d’eau au mari de Claire et que l’on nomme pour le moment John Doe (Milo Ventimiglia). Pourtant, celui-ci a été tué depuis peu alors qu’il pilotait un avion qui s’est écrasé dans le désert du Sahara. Or, ce n’est que maintenant que l’engin est retrouvé… sans cadavre. Depuis, John a vraisemblablement perdu la mémoire, mais est au service de Drill qui communique avec lui (et tous les enfants) en faisant vaciller les lumières. Histoire en parallèle, un autre agent, Wes Lawrence (Barry Sloane) enquête sur les événements. Ancien amant de Claire, sa fille Minx (Kylie Rogers) aussi est sous l’emprise de cette voix. Ainsi, une véritable petite armée se met en branle.

The Whispers abc

Dans la (seconde) vague de promotion de The Whispers, on a mis l’accent sur ces enfants animés d’une force maléfique, tout en prenant bien soin de mentionner que le producteur exécutif de la série était nul autre que Steven Spielberg. Or, une fois qu’on a attisé notre attention au point d’écouter le premier épisode, on n’a plus grand-chose à se mettre sous la dent. C’est qu’en fin de compte, la contribution des enfants à l’évolution du scénario se révèle négligeable et les protagonistes agissent davantage en agents du FBI qu’en parents qui craignent pour leur progéniture, ce qui ne fait aucun sens. On est loin d’un synopsis fort du genre Exorcist et même la petite série événement The Enfield Haunting de Sky Living nous faisait plus d’effet que cette nouveauté d’ABC. En terme d’intrigues, on se contente dans les trois premiers épisodes de faire des liens entre les protagonistes (l’amant, le mari, etc.), comme si c’était assez prenant pour nous garder captifs alors que la grande intrigue, qui viendra beaucoup plus tard au cours de la saison a déjà été largement publicisée.

Suspens périmé

Lorsqu’on se rend sur la page officielle d’ABC dédiée à The Whispers, il est écrit dans le résumé : « We love to play games with our children. But what happens when someone else starts to play with them too? Someone we don’t know. Can’t see. Can’t hear. In The Whispers, someone or something — is manipulating the ones we love most to accomplish the unthinkable. » Pourtant, au printemps 2014 lors des Upfront se déroulant à Los Angeles, voilà comment on décrivait la série à de potentiels acheteurs : « Aliens have invaded Earth by using our most unlikely resource to achieve world domination — our children. As the kids unwittingly help these unseen enemies, the clock counts down in this suspenseful race to save humanity. » Qu’est-ce qui explique ce revirement majeur? En entrevue, le créateur Soo Hugh a mentionné qu’après conciliabule avec l’équipe, il serait préférable que le nœud de l’intrigue porte sur la découverte progressive de l’identité de Drill et non les actions que cet être entend prendre. C’est un peu comme si on annonçait d’office le nom du tueur d’une série policière pour finalement revenir en arrière et se concentrer sur l’enquête!

the-whispers-abc

De plus, lorsqu’on connaît le synopsis complet, il nous est permis d’émettre quelques réserves. C’est que l’on sait maintenant qu’on nous amène vers un mélange de science-fiction et de drame conspirationniste; des genres qui ont peu la cote ces temps-ci auprès du public. Pensons notamment à Intruders (BBC America), The Messengers (The CW), The Returned (A&E), Dig (USA Networks) : toutes des séries annulées après une seule saison et c’est sans compter Zero Hour en 2013 sur ABC qui n’a pas survécu à trois épisodes (d’ailleurs, Soo Hugh était mêlé au projet puisqu’il a scénarisé l’épisode #6, diffusé plus tard en été). Certes, il faut du courage au studio pour se lancer encore une fois dans ce genre de scénario, mais vendre l’intrigue principale pour finalement décider de la transformer en point culminant de la série n’était peut-être pas la meilleure des décisions…

Justement, The Whispers a attiré 5,66 millions de téléspectateurs lors de la diffusion de son premier épisode, 4,24M étaient toujours au rendez-vous pour le second épisode et ce chiffre baissait légèrement la semaine suivante à 4,04M, mais avec un faible taux de 0,9 % sur les 18-49 ans. Ces chiffres, quelque peu décevant n’ont pourtant rien de catastrophique quand on les compare à la compétition sur les autres networks. Depuis son lancement à la mi-mai, l’auditoire moyen de Wayward Pines (Fox) après 5 épisodes tourne autour de 4,2 millions tandis que celui d’Aquarius (NBC) fait 4,5 millions pour le même nombre d’épisodes. Même démarrage couci-couça pour The Astronaut Wives Club lancé le 18 juin à ABC qui en a attiré 5,5 millions. L’été risque d’être long.

Articles connexes

Jean-François Chartrand-Delorme

Ayant étudié en cinéma et en communications, depuis longtemps je suis habitué à l'évaluation, à l'analyse et à la critique de films. Au fil des ans, cette passion s'est davantage transférée vers les séries télé. La fiction m'intéresse davantage, mais les séries documentaires me fascinent aussi. Chacun de ces deux genres nous offrent un portrait de la société, son évolution et parfois sa régression. De plus, je me suis rendu compte assez vite qu'outre les séries québécoises et américaines que nous connaissons davantage, plusieurs autres pays dans le monde représentent une compétition sérieuse... au grand plaisir des téléspectateurs. Depuis quelques mois, je me suis mis à écrire des critiques, tout en travaillant dans les médias à temps plein. Ma règle d'or est de ne jamais juger une série par un seul épisode. Dans mon cas, la règle de trois s'applique, question de laisser la chance au coureur. En espérant pouvoir partager avec les lecteurs mes appréciations, découvertes et déceptions du petit écran et surtout échanger avec ceux-ci. Venez me lire!