Ma rencontre avec Amysweet - entrevue avec Amy Sweet




Accueil » Nouvelles » À la Une » Ma rencontre avec Amysweet – entrevue avec Amy Sweet

Ma rencontre avec Amysweet – entrevue avec Amy Sweet

Mylène Lavallée mieux connue sous le nom d’Amysweet est le phénomène de l’heure sur facebook au Québec.

À lire: Amy Sweet : entrevue #2

J’entends déjà les éternels chialeurs m’expliquer  »on s’en fout des médias sociaux », ce à quoi nous pouvons répondre d’accord, mais dans ce cas comment expliquez-vous qu’une majorité d’adultes au Québec sont des internautes et qu’une écrasante majorité d’entre-eux utilisent facebook sur une base régulière? (1) En attendant qu’ils puissent répondre à cette question, sa vidéo obtient 337 501 vues en 4 jours (2) soit +/- 5% de la population Québécoise âgée entre 15 et 100+ ans (3).

amy sweet

Maintenant que cela est dit, entrons dans le vif du sujet. Comme bien des internautes, je fus légèrement choqué en visionnant le vidéo. Par contre, je fus troublé par la violence des commentaires. Attaques gratuites sur sa personne, sa famille parfois de façon crue comme des appels à se suicider. Ce qui dérange quand on lit ce torrent de haine c’est toute l’hypocrisie qu’il y a derrière car entendons-nous, qui n’a jamais écouté de pornographie? De plus, nous pouvons cerner une contradiction majeure : les mêmes personnes qui lui disent de  »se respecter » lui envoient un tas de bêtises sans aucune considération. Le commentaire récoltant le plus de  »likes » (1251) va comme suit :  »Chu entrain de souper avec ton père, la larme a l’œil lui est venu quand je lui ait montré le video, il est si fiere de sa grande fille. » Dans la réalité, son père est mort.

.

Comment expliquer ces réactions? Selon moi, cela est principalement dut au fait qu’elle est Québécoise. Les Québécois vivent parfois dans leur bulle en se disant  »Nous, on est pas comme les méchants américains, on est meilleurs qu’eux. La porno, les armes etc… c’est pas nous. » Ils regardent majoritairement de la production américaine et ne s’identifient pas aux actrices, les voyant comme de simples objets. Par contre, quand ils tombent sur une fille venant de leur coin, qui parle leur langue et qui pourrait bien être leur fille ou leur cousine, ils se sentent blessé et vont dire qu’elle leur fait honte. Le lendemain, elle réalisa un vidéo de réponse et d’explication de ce qu’est son travail (4).

Je ne sais pas pourquoi, mais je m’intéressa à cette affaire et quand j’appris qu’elle participerait à un événement à Montréal (5) je voulais la voir. Je ne pensais pas faire une entrevue avec elle. En fait, j’ai décidé de prendre des notes après la discussion que nous avons eut avec mon chumé poète et rockeur Evan J. Demers. Il ne s’agit donc pas d’une réelle entrevue préparé mais d’une discussion autours d’un verre.

Évidemment, je suis consciens que ce qu’elle m’a dit entre dans un personnage tout comme son attitude de fille super ouverte et joyeuse prête a parler avec le premier inconnu. On est à un événement promotionnel de porno, c’est sûr que s’il s’agissait d’une fille exploité détestant le milieu, elle ne nous le dirait pas. Je préviens aussi qu’il y a quelques éléments que j’ai volontairement coupé de mes notes car je les trouve trop personnels et sujet à interprétation. J’étais un peu confus en prenant mes notes, voici l’ordre le plus fidèle de la conversation que je peux fournir :

.

ENTREVUE 

.

S : Salut Amy, je m’appelle Simon, je t’ai écris sur facebook y’a pas longtemps pour t’encourager.

A : Allo, désolé mais je reçois tellement de messages en ce moment c’est juste fou, je ne me rappelle pas de tous ceux qui m’écrivent.

S : Des messages plus positifs? Car en tout cas dans les commentaires c’est assez haineux par bouts.

A : Oui, je reçois plein d’encouragements en privé. Les gens me disent que je suis belle, que je dois faire ce que j’aime et continuer. Ceux qui me bash ne viennent pas me l’écrire. Mais j’arrête pas de recevoir des dickpics, je sais pas ce qu’y leur passe par la tête. Ils croient vraiment qu’en m’envoyant une photo de leur graine je vais leur faire une pipe? Tu veux me montrer ta graine, viens me voir, sonnes chez nous, montres moi là pis après bin va ailleurs car je baise pas avec n’importe qui.

amysweet

S : Tu viens d’avoir 18 ans puis tu es déjà danseuse et pornstar, est-ce que tu faisais déjà des choses comme ça avant? D’où est venu ce trip sur le cul…Est-ce que ça fait longtemps….?

A : J’ai commencé à tripper cul à 12 ans. Je dansais sexy devant mon miroir.

S : Première relation sexuelle?

A : 14 ans avec une fille. J’étais lesbienne pendant toute mon adolescence, j’ai couché avec un gars quand à 17 ans et je n’ai baisé qu’avec 6 gars depuis si on inclue la scène que j’ai tourné.

S : Est-ce qu’être lesbienne t’as posé des problèmes?

A : Oui, je ne parle plus à mon frère ni une de mes sœurs car ils sont homophobes. À l’école, j’ai été intimidé pendant 2 ans à cause de ça et parce que j’avais des piercings, tatous. Je n’ai jamais eu beaucoup d’amis.

S : Parlant de famille, ne crains tu pas que d’être pornstar pourrait nuire à tes enfants?

A : Je déteste les enfants.

S : Tu ne l’as jamais été?A : Oui mais non, je n’en veux juste pas.

S : Viens-tu d’une famille riche ou d’une famille pauvre?

A : On est pas riche mais on est pas dans rue non-plus, je dirais dans la moyenne.

.

Nous fumes interrompus par le barman qui lui demanda si elle voulait un shooter. Elle due insister pour refuser, après l’avoir dit 2 fois le barman finit par dire qu’il acceptait son choix. .

S : Tu ne prend jamais de shooter?

A : Non, je bois surtout des drinks de fille comme des sex on the beach, si j’bois de la bière c’est qu’il y a rien d’autre. Ah pis j’aime aussi le vin blanc. A la dernière St-Jean, j’ai bu une bouteille de blanc à la paille.

S : Tu fêtes la St-Jean, fêtes-tu aussi la fête du Canada?

A : Non, juste la St-Jean. Le Canada….. juste non, je sais pas là, c’est pas moi.

S : Je vais à l’UQAM, je suis entouré constamment de féministes. Que penses-tu du féminisme au Québec?

A : Je sais pas vraiment c’est quoi le féminisme…

S : Bin, en ce moment, une bonne partie du mouvement féministe veut fermer les bars de danseuses (6), surtaxer les produits de beauté, combattre les  »pubs sexistes » ou abolir la prostitution dans certains cas.

A : Ah non, j’aime pas ça là, m’a faire quoi?

S : Est-ce que tu penses que les hommes dominent notre société?

A : Oh, t’es intense toi…. tu m’poses des grosses questions à soir. Je dirais oui

S : Est-ce que tu penses que c’est une mauvaise chose?

A : Oui et non là, ça a des bons et des mauvais côtés j’imagine. J’vois pas ce qui serait mieux.

.

S : Est-ce que tu allais un peu dans les bars de danseuses avant de devenir danseuse nue?

A : Le seul bar ou je suis allé c’est le Zipper pis c’est là ou je travaille.

S : Comment s’est passé ta première danse?A : Je shakais de partout en arrivant sur le stage, mais après dans la loge j’étais fière de moi.

S : Tu travailles depuis 2 mois dans ce club, comment ça se passe maintenant?A : Super bien, je suis amie avec plusieurs des filles, on ***** ********. Aux danseuses, c’est les filles qui dominent les gars, vous êtes la bouche ouverte devant nous pis on vous fait cracher le plus de cash.

S : Tu es danseuse et pornstar, mais tu n’es pas escorte? A : Non, je suis pas une salope, je veux pas être prostitué.

S : Ça revient pas un peu au même escorte et pornstar?A : Non, car une escorte baise avec n’importe quel client alors qu’une pornstar baise avec un pro. Pis en plus, dans le porn, TOUT EST FAKE. Pour faire une scène de 20 minutes, ça a prit 6 heures. C’est juste du montage, on fourre, on arrête on va aux toilettes, ou le gars arrive pas a bander, ou on est trop fatigué. Aussi, c’est que faire des scènes hardcore ça fait mal. S : Qu’est-ce qui t’as mené a devenir pornstar? A : *réponse censuré*

S : Est-ce que tu l’as dis à ta famille que tu allais faire ça?A : Non, après ma première scène, j’suis rentré chez moi en pleurant. J’avais des bleus partout. J’ai dis à ma mère :  »Man, on doit s’parler. Je suis danseuse nue et pornstar ».

S : J’ai vu un message de ta mère sur facebook, elle semble accepter ton choix.

A : Oui, elle n’est pas d’accord mais elle me laisse car c’est mon choix.

S : Combien ça paye?A : Depuis que j’ai commencé, je fais ****$ par semaine. Je fais entre *** et ***$ par soir comme danseuse pis j’en fais 4. Les scènes c’est ****$ chaque. En plus, la compagnie va nous payer pour aller faire des événements.

S : Es-tu payé pour être là ce soir?A : Non pas ce soir, mais en aout, je vais faire un événement en Beauce et je vais être bien payé.

S : Que fais-tu avec autant de cash? A : Je me gâte mais j’en met aussi à la banque pour que ce soit placé intelligemment…. oui c’est ça le terme me semble  »intelligemment ».

S : J’t’écoute pis j’ai encore de la misère, t’es sûr que t’as pas peur des conséquences? Tu fera pas ça toute ta vie, tu va trouver comment un emploi après?

A : Je m’en criss, toute ma vie j’ai juste écouté ce que le monde me disait de faire pis j’me souciais du jugement des autres. Là, je fais ce que je veux pis je pense pas que ça me nuira trop anyway

S : Si j’me trompe pas, t’es aux études. T’as pas peur de comment tu va être vu par les autres? Tu étudies quoi? T’es ou là au cégep?

A : J’ai fini mon secondaire 5. Là je suis trop prise avec les tournages pis le bar pour aller aux études. Mais je vais aller au Cégep Rosemont l’an prochain pour étudier en thanatologie.

S : What is thanatologie….?A : C’est s’occuper des morts, de l’embaumement.

*effet de surprise dans mon visage*

A : Eh oui, y’a Mylène qui est timide, Amy qui est super cochonne pis y’a aussi celle qui trip sur les cadavres.

***Réflexion personnelle : avec le vieillissement de la population au Québec, tu manquera pas de job. Rendu ou t’es, t’es mieux de faire le plus de cash possible pis de te partir ta propre business. Tu va finir millionnaire.***

S : Bon bien merci Amy pour notre discussion, je t’enverrais mon article sur facebook.

A : Bonne soirée à toi.

.

Puis elle partie vers d’autres clients.

.

NOTES & RÉFÉRENCES :

.

(1) http://www.cefrio.qc.ca/media/uploader/NETendances1-reseauxsociauxLR.pdf

(2) https://www.facebook.com/AD4DistributionCanadaInc/videos/933397536722598/?pnref=story

(3) http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/structure/index.html

(4) https://www.facebook.com/mylene.lavallee.92/videos/610660225704051/?pnref=story

(5) https://www.facebook.com/mylene.lavallee.92/videos/611218595648214/?pnref=story

(6) C’est vrai, QS ne veut pas fermer les bars de danseuses, juste les surtaxer jusqu’à la faillite. C’est plus subtil mais l’idée derrière est quand même là, je pense que pas mal toutes celle qui défendent les surtaxes assument qu’au fond elles voudraient que ces endroits n’existent plus.

Articles connexes

Simon Lefranc

Étudiant en journalisme à l'UQAM. Je m'intéresse à tout ce dont les médias mainstream ne s'intéressent pas.