Accueil » Nouvelles » À la Une » Fausse couche, vrai deuil : comment réussir à faire deux pas en avant après un pas en arrière?

Fausse couche, vrai deuil : comment réussir à faire deux pas en avant après un pas en arrière?

Ma fiancée a donné naissance à Marilou Coutu, notre premier enfant, le 29 novembre 2013. 40 heures plus tard, soit le 1er décembre, le combat de notre petite guerrière a pris fin. Diffusé sur les ondes de Canal Vie avant-hier, le documentaire Fausse couche, vrai deuil donne la parole à des parents qui, comme nous, doivent vivre avec le poids du deuil périnatal. Il est en rediffusion aujourd’hui (20 août) à 16h00 et demain (21 août) à 6h00.

faussecouchevraideuil

Ce documentaire a vu le jour en 2012 grâce à l’initiative d’Isabelle Clément, recherchiste et scénariste qui travaille dans le milieu des communications depuis plus de 15 ans. Bien qu’il date de trois ans, le sujet est toujours d’actualité. Chaque année au Québec, près de 20 000 femmes connaissent une fausse couche. Si certaines d’entre elles vivent cette épreuve comme une simple déception, d’autres font face à un véritable deuil en se heurtent la plupart du temps à une profonde incompréhension, non seulement de la part de leurs proches, mais aussi du système de santé.

Une heure durant, pauses publicitaires incluses, cinq mères (et un père) endeuillées nous ouvrent la porte de leur intimité et nous racontent leur histoire. Les téléspectateurs comprennent ainsi mieux la tristesse, la honte, le sentiment d’échec et la culpabilité de ces personnes qui ont perdu un enfant à naître à différents stades de la grossesse. Avec l’aide de spécialistes, elles tentent de faire le deuil de ces petits êtres qui n’ont jamais existé aux yeux d’autrui, et de leurs rêves devenus souvenirs.

Les parents :

    Marilou Cardinal
    Mélissa Gilbert
    Geneviève Normandeau et son conjoint Benoit Maisonneuve
    Anabelle Rousse
    Martine Vézina

Les spécialistes :

    Manon Cyr, infirmière au CSSS de Vaudreuil-Soulanges
    Josée Jacques, psychologue
    Francine de Montigny, chercheuse, Inf. Ph. D. Université du Québec en Outaouais
Marie Plourde (qui a signé la préface), Manon Cyr et Isabelle Clément.

Marie Plourde (qui a signé la préface), Manon Cyr et Isabelle Clément.

J’ai fait quelques recherches pour savoir ce que ces mères sont devenues à la suite du documentaire et j’ai découvert deux faits intéressants. Au moment du tournage, Geneviève était enceinte pour une quatrième fois après trois fausses couches. Elle a eu des jumeaux non identiques. Quant à Anabelle, au cours des trois dernières années, elle a donné naissance à deux garçons. Un beau message d’espoir, quoi!

Le 8 octobre 2013, le documentaire a fait l’objet d’un livre de 232 pages publié aux Éditions Caractère sous le même titre. L’auteure Manon Cyr a dit : « En 2012, Isabelle Clément avait produit un documentaire sur la fausse couche et elle avait été approchée pour écrire un livre à partir de son documentaire. Elle m’a donc contacté pour que nous le produisions ensemble. »

Parsemé de confessions, ce livre a la même visée que le documentaire : offrir du réconfort aux parents qui vivent une fausse couche et aussi à les encourager à laisser une place à leur deuil.

    Un rêve a pris naissance dans leur tête des mois, voire des années avant de prendre naissance dans leur ventre.

    Un rêve qui, avec la fausse couche, vient de s’évanouir.

    Un rêve de famille qui s’éteint.

    Mais est-ce possible de ressentir tant de peine pour un rêve perdu ?

livre

J’ai visionné ce documentaire en compagnie de ma fiancée. Le souvenir de notre fille reste tant présent que vivant, même 627 jours après son décès. Au fil du temps, de moins en moins de gens admettent qu’elle a existé, qu’elle a été parmi nous, que nous sommes et resteront des parents. Ses parents. En attendant la naissance de son petit frère ou de sa petite soeur, elle continue de veiller sur nous et d’éclairer notre chemin.

Fausse couche, vrai deuil est en rediffusion sur les ondes de Canal Vie le jeudi 20 août à 16h00 et le vendredi 21 août à 6h00. Son point fort? Expliquer comment la femme et l’homme vivent différemment leur processus de deuil. Son point faible? Privilégier le deuil prénatal et passer sous silence le deuil postnatal, comme nous avons vécu.

Verdict : 9 sur 10

Articles connexes
Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Véritable cinéphile, Louis-Philippe Coutu-Nadeau est un scénariste-réalisateur-monteur qui a une cinquantaine de contrats à son actif en tant que vidéaste (mariages, captations d'événement, publicités, vidéoclips). Il s'occupe d'ailleurs de toutes les vidéos du concessionnaire Alix Toyota depuis juin 2013. Il a aussi été pigiste pour trois boîtes de production, soit le Studio Sonogram, VLTV Productions et Ikebana Productions. Sa filmographie personnelle présente pas moins d'une vingtaine de titres dont le film Khaos et la websérie Rendez-vous. Il possède un baccalauréat en études cinématographiques à l'UdeM et un baccalauréat par cumul de certificats à l'UQÀM (en scénarisation cinématographique, en création littéraire et en français écrit). Vous pouvez visionner son expérience contractuelle et son expérience personnelle sur son site officiel : www.lpcn.ca