Lucas l'iconoclaste : les épisodes IV à VI de Star Wars sous des couches de maquillage numérique!




Accueil » Nouvelles » À la Une » Lucas l’iconoclaste : les épisodes IV à VI de Star Wars sous des couches de maquillage numérique!

Lucas l’iconoclaste : les épisodes IV à VI de Star Wars sous des couches de maquillage numérique!

Les dommages d'avant 2011 et les hommages d'après 2012!

starwarsoriginaltitre

En 1997, deux ans avant la sortie de Star Wars: Episode I – The Phantom Menace, George Lucas a ramené sur grand écran sa première trilogie (épisodes 4 à 6, sortis en 1977, 1980 et 1983). Une nouvelle génération de spectateurs a ainsi pu découvrir cette galaxie lointaine, très lointaine, qui a bercé la jeunesse de leurs parents. Dans un souci de continuité avec les films à venir (épisodes 1 à 3, sortis en 1999, 2002 et 2005), cette « édition spéciale » misait sur plusieurs ajouts numériques. Les férus de la saga d’origine ont aussitôt crié au scandale…

George Lucas entouré de Mark Hamill, Carrie Fisher et Harrison Ford.

George Lucas entouré de Mark Hamill, Carrie Fisher et Harrison Ford.

LES DOMMAGES DE LUCAS

George Lucas a déclaré : « Pour moi, l’Édition Spéciale est la version définitive. Je ne m’inquiète même plus des autres, car il a fallu passer par de nombreuses étapes avant d’arriver au résultat final. » Évidemment, c’était des paroles en l’air de la bouche d’un éternel perfectionniste. L’auteur-réalisateur n’a jamais pu se contenter d’une seule et même version, et ce, jusqu’en 2011…

En 1997, à l’occasion de la ressortie en salles des épisodes 4 à 6, il a retouché nombre de scènes afin de rendre le résultat soi-disant plus spectaculaire et esthétique. Il a même ajouté quelques scènes. Par exemple, dans A New Hope, il y a une conversation exclusive entre Han Solo et un Jabba the Hutt de synthèse avant le décollage du Faucon Millenium de l’astroport de Mos Eisley.

En 2004, dans le cadre de la sortie en DVD de la trilogie originale, il a peaufiné encore une fois ses films pour viser plus de cohérence et d’uniformité vis-à-vis la prélogie des épisodes 1 à 3. Par exemple, dans The Empire Strikes Back, pour personnifier l’hologramme de l’Empereur, Elaine Baker (à qui on avait superposé des yeux de chimpanzé) a été remplacée par Ian McDiarmid qui jouait Palpatine dans les épisodes 1, 2, 3 et 6. Aussi, dans la scène finale de Return of the Jedi, le fantôme d’Anakin Skywalker n’est plus incarné par Sebastian Shaw, mais bien par Hayden Christensen qui jouait le jeune Anakin dans les épisodes 2 et 3.

empereuravantapres

starwarsanakin

En 2011, pour souligner la sortie en Blu-ray de la trilogie originale, il fait d’autres nouveaux changements. Par exemple, dans Return of the Jedi, Darth Vader crie « Nooooo! » lorsqu’il tue l’Empereur au lieu de conserver le silence. Les spectateurs ont crié la même chose en entendant cette réplique inutile…

Toutes les copies DVD sorties jusqu’à maintenant proposent ces versions dites officielles, forçant les plus nostalgiques à dépoussiérer leurs copies VHS pour revisionner la version jugée officieuse.

Fort heureusement, au printemps 2015, le YouTuber Marcelo Zuniga a fait LE travail de moine que tout le monde attendait : il a mis en ligne des vidéos montrant l’avant et l’après de toutes les modifications effectuées par Lucas entre la version d’origine et les différentes versions restaurées (1997, 2004 et 2011). Vous croyez que Lucas s’est arrêté là? Que non! Pour ajouter l’insulte à l’injure, dans la version Blu-ray de The Phantom Menace, la marionnette de Yoda a été remplacée par un Yoda numérique. Voici les vidéos en question :

Star Wars: Episode IV – A New Hope

anewhope


Star Wars: Episode V – The Empire Strikes Back

empirestrikesback

Star Wars: Episode VI – Return of the Jedi

returnofthejedi

Star Wars: Episode I – The Phantom Menace

phantommenace

LES HOMMAGES DE DISNEY

Le 30 octobre 2012, The Walt Disney Company a racheté Lucasfilm pour 4,05 milliards de dollars. C’en était fini du règne de terreur d’un créateur qui n’en finissait plus de travestir sa créature sous des couches de maquillage numérique, à l’image d’un iconoclaste qui s’amuse à profaner délibérément des œuvres d’art. Or, le studio aux grandes oreilles avait une toute autre idée derrière la tête. De 2015 à 2020, au rythme d’une sortie par an, une nouvelle trilogie et trois spin-offs individuels vont ravir les fans. À noter d’au-delà de 2020, si le public est toujours au rendez-vous, l’univers continuera de s’étendre avec d’autres films. Voici le calendrier Star Wars prévu jusqu’à présent :

    Star Wars: The Force Awakens : 18 décembre 2015

    Rogue One: A Star Wars Story : 16 décembre 2016

    Star Wars: Episode VIII : 15 décembre 2017

    Untitled Han Solo Star Wars Anthology Film : 25 mai 2018

    Star Wars: Episode IX : 24 mai 2019

    Untitled Star Wars Anthology Film : 2020

Une troisième génération de spectateurs fait la connaissance avec ce space opera qui se développe tout en respectant le matériel d’origine et la mythologie établie par son père fondateur. Même s’il approuve chaque projet, Lucas l’iconoclaste doit se retourner dans son lit en attendant de le faire dans sa tombe!

chewbacca

Rassurez-vous, il ne s’agit pas d’une énième retouche numérique effectuée par Lucas l’iconoclaste, mais bien d’un plan de Star Wars: The Force Awakens qui rappelle aux fans de la première heure le passage du temps, 28 ans pour être précis, entre 1977 et 2015. Disney a bel et bien compris une chose depuis le rachat de 2012 : il faut privilégier les hommages plutôt que les dommages!

Articles connexes
Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Véritable cinéphile, Louis-Philippe Coutu-Nadeau est un scénariste-réalisateur-monteur qui a une cinquantaine de contrats à son actif en tant que vidéaste (mariages, captations d'événement, publicités, vidéoclips). Il s'occupe d'ailleurs de toutes les vidéos du concessionnaire Alix Toyota depuis juin 2013. Il a aussi été pigiste pour trois boîtes de production, soit le Studio Sonogram, VLTV Productions et Ikebana Productions. Sa filmographie personnelle présente pas moins d'une vingtaine de titres dont le film Khaos et la websérie Rendez-vous. Il possède un baccalauréat en études cinématographiques à l'UdeM et un baccalauréat par cumul de certificats à l'UQÀM (en scénarisation cinématographique, en création littéraire et en français écrit). Vous pouvez visionner son expérience contractuelle et son expérience personnelle sur son site officiel : www.lpcn.ca