The Gift ou quand le passé se prend pour un boomerang et nous revient en pleine figure…




Accueil » Nouvelles » À la Une » The Gift ou quand le passé se prend pour un boomerang et nous revient en pleine figure…

The Gift ou quand le passé se prend pour un boomerang et nous revient en pleine figure…

thegifttitre

Joel Edgerton s’offre un cadeau à lui-même en s’assurant à la fois de la scénarisation, de la réalisation et de la coproduction du thriller psychologique The Gift, sans oublier qu’il s’est réservé le rôle du bizarroïde Gordo. En effet, ce personnage est le genre de gars qui n’a qu’à dire un mot pour que vous sortiez n’importe quelle excuse afin de mettre fin à la conversation. Sauf que lui, Gordo l’idiot, il ne lésine pas sur les efforts pour donner au couple « d’amis » dans sa mire tantôt du fil à retordre, tantôt des cadeaux empoisonnés…

thegift01

L’acteur australien de 41 ans a commencé sa carrière en jouant Owen Lars dans Star Wars: Episode II – Attack of the Clones et Star Wars: Episode III – Revenge of the Sith. Il a ensuite enchaîné coup sur coup des rôles dans d’autres productions d’envergure (King Arthur, Warrior, The Thing, Zero Dark Thirty, The Great Gatsby et Exodus: Gods and Kings) avant de réaliser The Gift. Il sera finalement de la distribution du drame criminel Black Mass dès le 18 septembre 2015, aux côtés de Johnny Depp, Benedict Cumberbatch, Dakota Johnson, Corey Stoll et Kevin Bacon. C’est là un parcours impressionnant en seulement une décennie!

Voici le synopsis de sa première expérience derrière la caméra d’un long métrage :

    Une nouvelle vie en Californie commence pour l’ambitieux Simon (Jason Bateman) et sa fragile épouse Robyn (Rebecca Hall). Ils viennent d’acheter une belle maison et songent à fonder une famille. Lors d’une visite au magasin, ils tombent sur Gordo (Joel Edgerton), un ami d’enfance de Simon qui s’incruste rapidement dans leur existence. Ses visites et ses cadeaux se multiplient, surtout quand Simon est au travail, rendant ainsi le couple mal à l’aise. À la suite d’une série d’accidents, Simon envisage de prendre ses distances, tandis que Robyn ne se sent plus en sécurité. Elle commence à se renseigner sur le passé de Gordo, découvrant au passage une vérité troublante qui aurait dû rester enterrée.

thegift02

Edgerton livre une performance tout en retenue et laisse la place aux deux autres interprètes qui complètent un cercle vicieux et non un triangle amoureux.

Jason Bateman (Horrible Bosses 1 & 2, The Change-Up, Juno) est parfait dans le rôle de Simon, un homme à deux visages qui montrent le bon à sa femme Robyn et le mauvais à son vieil ami Gordo. Sa facette dominante prend le pas sur l’autre au fur et à mesure que l’intrigue progresse. L’acteur prêtera prochainement sa voix au personnage principal du prochain film d’animation de Disney, Zootopia, dont la sortie est prévue le 4 mars 2016. Elle est loin cette époque où il jouait le petit James Cooper Ingalls dans la télésérie Little House on the Prairie!

Quant à Rebecca Hall (Transcendence, The Town, The Prestige), elle joue Robyn avec beaucoup de caractère et d’émotion. C’est, à mon avis, celle qui s’en sort le mieux parmi le trio. Son regard à lui seul en dit beaucoup sur ce que son personnage pense.

thegift03

Le réalisateur suggère là où d’autres auraient exagéré. Le passé entre Simon et Gorgo est donc dit, jamais montré sous forme de flashback, ce qui permet à chaque spectateur d’en générer lui-même les images selon le bon vouloir de son imagination.

« Quand j‘étais derrière la caméra, mon frère qui est réalisateur était là, m’offrant un regard extérieur. Et puis, Ridley Scott, avec qui j’ai travaillé sur Exodus, m’a fait un joli cadeau en m’envoyant un mot me disant : ne te laisse impressionner par personne! »

The Gift n’a pas attiré l’attention du public, comme en attestent ses recettes de 36,2 millions de dollars pour trois semaines d’exploitation en dépit de son budget de cinq millions de dollars pour trois semaines de tournage. La raison est fort simple : sa bande-annonce ne promettait rien de nouveau.

De Cape Fear à The Cable Guy, en passant par Pacific Heights, Bad Influence, Sleeping With the Enemy, Single White Female et The Hand That Rocks the Cradle : le thème de l’harceleur pris dans une amitié à sens unique et/ou qui s’en prend à un couple n’est pas né d’hier!

Or, il n’en est rien. Le résultat se rapproche davantage d’un Gone Girl que d’un Fatal Attraction. Je suis las de ces bandes annonces qui, encore en 2015, tentent de nous faire passer une tomate pour un légume…

thegift04

Le voile se lève sur la vérité, lentement mais sûrement, au gré des revirements qui sont nombreux. Le punch final est à couper le souffle, au point de donner envie de revoir le film en entier afin d’en déceler toutes les subtilités.

Edgerton résume bien : « De tout ce que j’ai écrit, c’est ce qui a été le plus méticuleusement et finement orchestré, et aussi le plus scruté. Je détesterais découvrir que j’ai laissé des questions sans réponse… mais je sais que j’ai répondu à toutes. Sauf que je ne suis pas prêt à donner les réponses. Bref, les indices sont là, les clés sont dans le film. »

Je vous le recommande The Gift dans la mesure où vous aimez les films sous-estimés, les climats de tension haletants et les rebondissements bien ficelés. À noter qu’à la fin du film Robyn séjourne dans la chambre 237 d’un hôpital, clin d’œil au film d’épouvante The Shining qui jouait aussi dans le registre psychologique.

Verdict : 7 sur 10

Articles connexes
Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Véritable cinéphile, Louis-Philippe Coutu-Nadeau est un scénariste-réalisateur-monteur qui a une cinquantaine de contrats à son actif en tant que vidéaste (mariages, captations d'événement, publicités, vidéoclips). Il s'occupe d'ailleurs de toutes les vidéos du concessionnaire Alix Toyota depuis juin 2013. Il a aussi été pigiste pour trois boîtes de production, soit le Studio Sonogram, VLTV Productions et Ikebana Productions. Sa filmographie personnelle présente pas moins d'une vingtaine de titres dont le film Khaos et la websérie Rendez-vous. Il possède un baccalauréat en études cinématographiques à l'UdeM et un baccalauréat par cumul de certificats à l'UQÀM (en scénarisation cinématographique, en création littéraire et en français écrit). Vous pouvez visionner son expérience contractuelle et son expérience personnelle sur son site officiel : www.lpcn.ca