Paranormal Activity: The Ghost Dimension ou comment faire trembler à la fois le spectateur et la caméra?




Accueil » Nouvelles » À la Une » Paranormal Activity: The Ghost Dimension ou comment faire trembler à la fois le spectateur et la caméra?

Paranormal Activity: The Ghost Dimension ou comment faire trembler à la fois le spectateur et la caméra?

paranormalactivitytitre

Les films 3D et les films found footage revendiquent tous deux le statut de réalisme au cinéma. Le premier demande au spectateur de voir l’action à travers une troisième dimension simulée, tandis que le second force une participation active comme s’il y était. Deux formes diamétralement opposées, deux expériences immersives. Paranormal Activity: The Ghost Dimension propose un audacieux mélange des deux, quoique la question se pose à savoir si le recours à la tridimensionnalité était réellement un passage obligé…

paranormalactivity01

Avant d’aborder ma critique, il sied de situer ce cinquième et prétendument final chapitre sur la ligne du temps de l’intrigue. Paranormal Activity (2007) s’étendait du 18 septembre au 8 octobre 2006 et faisait entrer l’horreur dans le confort de nos foyers. Paranormal Activity 2 (2010) se présentait comme un prequel se déroulant antérieurement de 60 jours, en août 2006. Paranormal Activity 3 (2011) prenait place en 1988, soit plus de deux décennies avant les deux premiers films, et racontait l’enfance de deux protagonistes féminins. Paranormal Activity 4 (2012) devenait la première suite du film original en se déroulant postérieurement de cinq années, en novembre 2011. Paranormal Activity: The Marked Ones (2014) se voulait un spin-off qui brisait le huis clos pour sortir des quatre murs de la maison, en commençant d’abord en juin 2012 et en revenant ensuite le 8 octobre 2008 grâce à une porte temporelle. En ce qui concerne Paranormal Activity: The Ghost Dimension (2015), ses événements ont lieu en décembre 2013 et en divulguent de nouveaux datés entre 1988 et 1992 grâce à des enregistrements trouvés…

Ainsi, à l’image des sagas Star Wars (4-5-6-1-2-3-7-8-9) et Fast and Furious (1-2-4-5-6-3-7), dont l’action nous a été présentée de manière pêle-mêle et non-chronologique, les films de Paranormal Activity peuvent être vus dans un autre ordre que celle des sorties en salles : 3-2-1-4-spin-off-5.

À noter que si Paranormal Activity reprenait le flambeau des mains du désormais culte The Blair Witch Project en 1999, il a lui-même inspiré Paranormal Entity en 2009 ainsi que ses trois suites (8213: Gacy House en 2010, Anneliese: The Exorcist Tapes en 2011 et 100 Ghost Street: The Return of Richard Speck en 2012). Passons finalement sous silence Paranormal Activity: Tokyo Night, un spin-off japonais sorti en 2010, lequel n’avait aucune incidence sur la franchise et se servait du succès du premier film comme point de départ.

paranormalactivity02

Voici un bref résumé :

Ryan (Chris J. Murray) et Emily (Brit Shaw) Fleeges emménagent dans une nouvelle maison et découvrent dans le garage des cassettes VHS de l’enfance de Katie (Chloe Csengery) et Kristi (Jessica Tyler Brown) entre 1988 et 1992. De plus, ils mettent la main sur un modèle curieux de caméra vintage qui leur permet de voir des phénomènes impossibles à distinguer à l’œil nu. Ils réalisent vite que leur fille Leila (Ivy George) court un grand danger.

Gregory Plotkin (Black Mass, un court métrage d’horreur loin du Black Mass avec Johnny Depp) en est a sa première expérience derrière la réalisation d’un long métrage, lui qui a monté les épisodes 2-3-4 et The Marked Ones et coproduit les épisodes 3-4 et The Marked Ones. Il fait sien des idées de ce film dérivé de 2014 qui abordent le palladisme, autrement dit les cultes sataniques.

Que sont devenues les deux sœurs après la mort de leur mère? À quoi ressemble le démon Toby? Que cherche-t-il à accomplir? Autant de questions qui trouvent des réponses dans ce nouveau film.

paranormalactivity03

Ne sursautez pas en lisant ceci : au total, le budget dérisoire des quatre films et du spin-off ne s’élève qu’à 18,015 millions de dollars, soit 45 fois moins que leurs recettes démentielles de 811,6 millions de dollars!

Or, après tout, les hommes d’affaires de la Paramount ont toujours eu une pensée verte pour la planète cinéma quand vient le temps de penser recyclage (d’idées), et ce, afin que la récolte (des billets verts) connaisse chaque année l’abondance avec le moins de semences possible.

Toby hante une nouvelle famille qui ne sait pas quelle épée de Damoclès pend au-dessus de leur tête. Nous le voyons enfin et j’ai été franchement déçu. Il ressemble à un odieux mélange entre un Détraqueur de la saga Harry Potter et le symbiote de Spider-Man 3 (2007). Difficile donc de ressentir la moindre peur devant un tel antagoniste qui n’apparaît que sous forme de jump scares!

Les personnages filment vraiment sans raison, surtout dans les premières vingt minutes. Jouant un personnage secondaire, l’actrice Olivia Taylor Dudley (Transcendence) affiche un décolleté inutilement plongeant, d’autant plus qu’il reste en deux dimensions. Paradoxalement, le recours à la technologie du 3D va à l’encontre de la technologie du VHS utilisée par les personnages.

De ce fait, la tridimensionnalité était-elle réellement nécessaire? La réponse est non, puisque les effets spéciaux numériques foisonnent tellement qu’ils favorisent davantage une distanciation qu’une identification. L’effet recherché saute aux yeux, certes, mais n’apporte rien de mieux que ce que des films d’horreur en relief comme Friday the 13th Part III (1982) ou Jaws 3-D (1983) ont offert jadis pour susciter l’engouement du public.

Bref, à vouloir tout révolutionner au niveau de la forme et tout solutionner au niveau du contenu, Paranormal Activity: The Ghost Dimension fait du sur place et se contente d’interrompre notre coït au moment du générique de fin.

Articles connexes

Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Véritable cinéphile, Louis-Philippe Coutu-Nadeau est un scénariste-réalisateur-monteur qui a une cinquantaine de contrats à son actif en tant que vidéaste (mariages, captations d'événement, publicités, vidéoclips). Il s'occupe d'ailleurs de toutes les vidéos du concessionnaire Alix Toyota depuis juin 2013. Il a aussi été pigiste pour trois boîtes de production, soit le Studio Sonogram, VLTV Productions et Ikebana Productions. Sa filmographie personnelle présente pas moins d'une vingtaine de titres dont le film Khaos et la websérie Rendez-vous. Il possède un baccalauréat en études cinématographiques à l'UdeM et un baccalauréat par cumul de certificats à l'UQÀM (en scénarisation cinématographique, en création littéraire et en français écrit). Vous pouvez visionner son expérience contractuelle et son expérience personnelle sur son site officiel : www.lpcn.ca