Accueil » Nouvelles » À la Une » LGBT: les « progressistes » au pasdamalgamistan à géométrie variable

LGBT: les « progressistes » au pasdamalgamistan à géométrie variable

La tuerie d’Orlando a été une tragédie et toutes les larmes du monde ne pourraient sans doute même pas soutenir toute la peine des familles éplorées, de ces gais, lesbiennes, bisexuels ou transgenres (LGBT) qui savent qu’ils ne sont pas à l’abri face à une violence d’une telle ampleur dont ils ont été les cibles.

lgbt

SJW et LGBT

Le massacre de plusieurs personnes dans un établissement fréquenté par de nombreux LGBT a choqué. Pourtant aussitôt que l’on a su que le tueur était un Américano-afghan se réclamant de l’État islamique, la réaction d’individus s’identifiant à un progressisme dans la lignée de l’idéologie multiculturalisme, des « social justice warriors », de la gauche « inclusive » et de l’intersectionnalisme ne s’est pas fait attendre tout autant que sa prévisibilité. En fait depuis quelques années, dès qu’un attentat revendiqué par des individus ou des groupes de souche « non occidentale » a lieu on a droit au même genre de réaction de leur part.

Ces « progressistes » se sont dès lors empressés de dénoncer l’instrumentalisation par la droite identitaire de la tragédie tout en faisant des appels contre l’islamophobie et au refus de faire des amalgames. Au risque de lancer des accusations, on a généralement peu entendu parler de leur part du fondamentalisme islamiste, ensemble idéologique ayant résolument servi de bougie d’allumage à l’attaque. Le cas le plus typique est cette vidéo du Familia Trans Queer Liberation Movement

La vidéo ne se gêne pas pour rappeler le passé anti-LGBT des États-Unis et l’homophobie qui y est présente encore chez certains individus. Cependant, on ne mentionne même pas l’intégrisme religieux islamique. La vidéo lance même un appel à la lutte contre suprématisme blanc et le patriarcat. On parle même de la libération des musulmans opprimés.

La gauche « progressiste »

Au lieu de pointer explicitement l’idéologie problématique en cause, on préfère pointer les États-Unis. Plusieurs personnes de cette gauche « progressiste » semblent être gênées de dénoncer l’islamisme radical par peur de stigmatiser les musulmans. On dit dès lors que les musulmans sont des victimes de cette tragédie et que la droite identitaire trouve le moyen de capitaliser sur le dos de l’islam et ses pratiquants. On s’embourbe dans une rectitude à géométrie variable parce que pointer l’extrémisme islamiste risquerait d’augmenter la haine face à une minorité religieuse qui serait opprimée en Occident. On parle dès lors peu de l’idéologie homophobe et sexiste qui est en cause et on se terre au pasdamalgamistan tout en trouvant une occasion de lier de près ou de loin l’Occident à la tragédie ou simplement de rappeler que les Occidentaux, juifs, chrétiens, etc, ont leur historique de racisme, d’homophobie, de discrimination et que certains le sont encore.

Familia Trans Queer Liberation Movement

Familia Trans Queer Liberation Movement

Force est de constater que ces progressistes s’empêtrent dans leurs contradictions. En voulant, lutter contre l’homophobie et les minorités opprimées, ils finissent par négliger certains faits fondamentaux : si la cause LGBT a fait bien des progrès en Occident, ce n’est pas le cas partout dans le monde et dans toutes les cultures. En refusant de dénoncer avec vigueur les fondamentalismes sexistes et homophobes, dont celui de l’islamisme radical, par crainte de stigmatisation des groupes « opprimés », ils finissent par faire preuve d’un laxisme qui en fait des alliés assez peu cohérents pour la cause LGBT. Au contraire, en criant à l’excès à l’islamophobie, à l’homophobie et à l’instrumentalisation d’un drame par une certaine droite, ils poussent à leur manière la rectitude médiatique. Heureusement des leaders musulmans comme Tarek Fatah, fondateur du Congrès musulman canadien, ne se gênent pas pour dénoncer la chose.

Il en faudra combien d’attaques comme celles d’Orlando sur des femmes ou/et des LGBT pour que ces « progressistes » acceptent de voir que certains courants religieux non occidentaux, notamment ceux liés à l’islamisme, ont peut-être de quoi de malsain et le pointent sans être complexés par rapport au fait de se faire traiter ridiculement de raciste, d’islamophobe ou de xénophobe ? Les activistes de la cause progressiste féministe LGBT doivent dénoncer la haine injustifiée et la violence contre ceux pour qui ils se battent partout où elles se trouvent même si ça implique les courants extrémistes-intégristes d’une minorité religieuse qui vit parfois injustement de la discrimination. Les fondamentalistes religieux qui s’en prennent aux LGBT se fichent quant à eux certainement éperdument de la question des amalgames.
 

Articles connexes