Accueil » Nouvelles » À la Une » The Shallows – Critique du nouveau film de Blake Lively

The Shallows – Critique du nouveau film de Blake Lively

Vous avez visionné la bande-annonce? Vous avez vu l'essentiel du film!

En 1975, le deuxième film de Steven Spielberg a marqué l’histoire du cinéma en tant que premier blockbuster au sens où nous l’entendons aujourd’hui, c’est-à-dire une superproduction qui provoque le déplacement des foules grâce à une campagne publicitaire efficace. Il s’agit de Jaws, lequel a aussi marqué l’imaginaire collectif en faisant du grand requin blanc un « mangeur d’hommes ». Ce terme est plus qu’inapproprié, surtout pour ceux et celles qui savent que, s’il y a 80 attaques de requins chaque année dont seulement cinq mortelles, nous en tuons annuellement 70 millions. En 2016, ce monstre des eaux est de retour…

The Shallows

Avec The Shallows, le grand requin blanc revient plus de 40 ans après avoir terrorisé les salles du monde entier. Or, cette fois, l’artifice n’est pas un animatronique en polyuréthane conçu par Robert A. Mattey, sympathiquement baptisé Bruce, mais bien une créature conçue à l’ordinateur. Autres temps, autres moeurs. Qu’à cela ne tienne, les codes du film d’horreur ont changé en quatre décennies et le résultat sait tenir en haleine les gens les plus confortables. Les autres seront toutefois déçus.

L’histoire est la suivante :

Nancy Adams (Blake Lively) part surfer en solitaire dans une zone particulièrement isolée du Mexique (le tournage a eu lieu sur l’île de Lord Howe, en Australie) et se retrouve vite coincée sur un minuscule récif, à 200 mètres du rivage, alors qu’un grand requin blanc rôde dans les parages.

Ce scénario d’Anthony Jaswinski figurait en 2014 sur The Black List sous le titre In the Deep. Il s’agit d’un sondage qui, depuis plus de 10 ans, recense annuellement les manuscrits les plus appréciés par les cadres des studios, sans toutefois avoir reçu l’aval d’un producteur pour leur mise en chantier. Parmi les 1067 titres répertoriés dans cette liste, 322 d’entre eux font maintenant l’objet d’un long métrage dont Demolition pour lequel ma critique avait déjà souligné cette information. À noter que, en 2014, In the Deep figurait également sur BloodList qui se veut l’équivalent de The Black List pour les films d’horreur.

Blake lively est en vedette dans The Shallows

Blake Lively est en vedette dans The Shallows

Le réalisateur espagnol Jaume Collet-Serra délaisse son acteur fétiche Liam Neeson avec qui il a tourné trois films d’action (Run All Night, Non-Stop, Unknown) pour nous offrir son troisième film d’horreur après Orphan et House of Wax. Bien que l’idée de départ de privilégier une unité de lieu et de temps soit louable sur papier, le résultat de 86 minutes à l’écran n’est pas achetable…

En effet, ce huis clos en pleine mer tombe à l’eau en raison d’une longue introduction inutile qui ne sert qu’à nommer le personnage principal, à mentionner son futur métier qui lui sera évidemment utile (la médecine) et justifier sa présence loin de tous (l’endroit préféré de sa maman décédée, sortez les violons), puis coule à pic en raison d’une succession de scènes prévisibles où tout semble arrangé avec le gars des vues (la GoPro en tête de liste). La goutte qui fait déborder le vase? Placer l’application de covoiturage Uber au beau milieu d’une réplique dans le seul but de faire cool!

theshallows03

Blake Lively (The Sisterhood of the Traveling Pants 1 & 2, Green Lantern, la télésérie Gossip Girl) a plongé tête première dans la peau de son personnage. Entre deux grossesses, l’égérie de Gucci, Chanel et L’Oréal a retrouvé sa taille svelte (l’antagoniste semble donc plus énorme!) afin d’incarner avec crédibilité une jeune surfeuse endeuillée qui exhibe ses courbes sans pudeur. À part les scènes de surf qui sont brillamment filmées, elle reste d’ailleurs le seul élément qui mérite notre attention.

L’actrice de 28 ans au sujet de son entraînement : « Il a vraiment fallu que je sois capable, physiquement, d’assumer ce rôle. Vous savez, je n’ai eu une doublure pour les cascades que pour les deux dernières semaines du tournage. […] J’ai eu la chance de pouvoir compter sur Isabella Nichols, la surfeuse junior, première mondiale. »

Don Saladino, un entraîneur de New York, était en charge de la préparation physique de la star. Le secret pour raffermir son corps? Elle s’est astreinte à des exercices avec une kettlebell, un outil de musculation d’origine russe qui ressemble à une boule d’acier munie d’une poignée. Cinq séries de cinq relevés, une fois par semaine. Ne lésinant devant rien, elle a aussi suivi à la lettre un programme alimentaire strict.

theshallows02

La naturaliste Sy Montgomery explique que celui que les scientifiques appellent le Carcharodon carcharias (son nom vernaculaire) n’a pas vraiment d’appétence pour la chair humaine : « Ils ne veulent pas nous manger, ils veulent manger des phoques. Mais ils font des erreurs, tout comme nous. Pour un grand requin blanc, un phoque est un bon steak juteux avec une part de gâteau au chocolat. Un homme est un vieux morceau de céleri, resté toute la journée sur la table. »

La preuve, c’est que la plupart des gens survivent à une telle attaque. Les requins confondent souvent les surfeurs allongés sur leur planche avec des otaries ou des phoques, erreur qui s’explique par son sens de la vue sous-développé. C’est pourquoi les personnages du film deviennent des proies à portée de dents.

Les requins ont la cote ces dernières années, notamment dans le registre de la série B comme en témoignent Deep Blue Sea, Open Water, Open Water 2: Adrift, The Reef, Bait, Beach Shark, Ghost Shark, Jurassic Shark, 2-Headed Shark Attack ou encore la tétralogie Sharknado

theshallows04

Bref, The Shallows est un survival à petit budget (17 millions de dollars) dans lequel une mouette blessée remplace le ballon Wilson. Il aurait mérité une campagne de marketing moins mensongère, voire une sortie directe sur DVD, Blu-ray et VOD. Blake Lively navigue en eaux troubles dans un scénario prévisible qui multiplie les coïncidences douteuses (des boucles d’oreilles en forme de crochet afin de suturer une plaie!). Je préfère revoir Buried, un suspense qui met en vedette son mari Ryan Reynolds (Deadpool) et qui se déroule sous terre plutôt que sur mer. Qui est le plus véritable superprédateur, les grands requins blancs ou les requins de la finance qui acceptent de produire ce genre de scénario?

Verdict : 5 sur 10

Articles connexes
Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Véritable cinéphile, Louis-Philippe Coutu-Nadeau est un scénariste-réalisateur-monteur qui a une cinquantaine de contrats à son actif en tant que vidéaste (mariages, captations d'événement, publicités, vidéoclips). Il s'occupe d'ailleurs de toutes les vidéos du concessionnaire Alix Toyota depuis juin 2013. Il a aussi été pigiste pour trois boîtes de production, soit le Studio Sonogram, VLTV Productions et Ikebana Productions. Sa filmographie personnelle présente pas moins d'une vingtaine de titres dont le film Khaos et la websérie Rendez-vous. Il possède un baccalauréat en études cinématographiques à l'UdeM et un baccalauréat par cumul de certificats à l'UQÀM (en scénarisation cinématographique, en création littéraire et en français écrit). Vous pouvez visionner son expérience contractuelle et son expérience personnelle sur son site officiel : www.lpcn.ca