K2-39b: une planète qui ne devrait pas exister




Accueil » Genre » Actualités » K2-39b: une planète qui ne devrait pas exister

Les astronomes de la NASA ont réussi à retrouver une planète dont l’existence même défie toutes les lois de la physique.

K2-39b

K2-39b

Les scientifiques de la NASA ont découvert une nouvelle exoplanète gigantesque, K2-39b, qui défie toutes les lois de la physique: elle est tellement rapprochée de son « soleil » qu’elle aurait dû éclater depuis longtemps. Cependant, cette planète continue d’exister comme si de rien n’était…

Cette planète hors du commun, écrit le site Phys.org, a été retrouvée grâce au télescope Kepler (K2), d’après lequel elle a été nommée par la suite. Les astronomes ont réussi à étudier ses caractéristiques à l’aide du télescope de l’observatoire de La Silla (Chili) et aux équipements des observatoires de Las Campanas (également au Chili) et de La Palma (îles Canaries).

Les observations faites depuis la terre ont permis notamment de déterminer quelle influence exerce cette planète sur son « soleil », dont la taille est aussi très impressionnante.

Notons au passage que le poids de la planète en question est 50 fois plus grand que celui de la Terre et son rayon 8 fois plus long que celui de notre planète. En outre, l’année solaire de K2-39b ne dure que 4,6 jours terrestres. Tout cela, soulignent les chercheurs, laisse à supposer que la planète se trouve très près de son astre, si bien que la force de marée engendrée par ce dernier la détruit progressivement.

À en croire les chercheurs, les planètes de ce genre sont très rares dans notre Univers et leur espérance de vie ne dépasse habituellement pas 150 millions d’années, tout au plus.

Le télescope Kepler, une mission de 600 millions de dollars lancée en 2009, a scruté 150.000 étoiles dans la constellation du Cygne jusqu’en 2013 pour trouver des signes de planètes, en observant leur ombre quand elles passaient devant l’astre.


A partir de 2018, la NASA utilisera le successeur de Kepler, le Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS) qui va scruter pendant deux ans 200.000 étoiles parmi les plus brillantes dans notre voisinage cosmique en quête notamment de planètes de taille terrestre.

Source: SputnikNews, Paranormalqc, Phys.org

Articles connexes

Jean-François Cloutier

Je suis le fondateur de TVQC.com. Vous êtes passionnés de séries télévisées et vous trouvez que les médias de masse traditionnels font piètre figure à ce niveau? Soyez sans crainte, nous aussi!