The Red Pill: des féministes bloquent la projection du film




Accueil » Genre » Au féminin » The Red Pill: des féministes bloquent la projection du film

The Red Pill: des féministes bloquent la projection du film

The Red Pill, un nouveau film documentaire sur les militants des droits des hommes (ou MRA), est sorti en version limitée dans quelques théâtres sélectionnez aux États-Unis, mais les pressions exercées par des groupes féministes ont poussé une salle de cinéma australienne à annuler la projection du film documentaire.

The Red Pill

The Red Pill

Selon le site Heat Street, le film documentaire devait être projeté en Première à Melbourne, en Australie, le 5 novembre prochain à guichet fermé, mais la productrice du film, Cassie Jaye, a dû faire face aux réaction négatives et violentes des groupes féministes parc qu’elle veut présenter « une approche équilibrée » sur le sujet des activistes pour les droits des hommes. Alors que ceux-ci ont longtemps été vilipendé par les guerriers de la justice sociale (social justice warriors) et sont décrit par ceux-ci à la fois en ligne et hors ligne comme des misogynes.

David Futrelle

David Futrelle

Tout au long de la production de son documentaire, Cassie Jaye a fait souvent l’objet de critiques de la part du blogueur féministe David Futrelle, un homme qui défend la pédophilie, le viol et la pornographie infantile et qui dirige We Hunted the Mammoth un blog supposément destiné à exposer la misogynie, qui ironiquement parle contre une PRODUCTRICE.

Elle a produit précédemment The Right to Love: An American Family, un documentaire sur l’égalité du mariage aux Etats-Unis, The Story of GoldieBlox sur les jouets genrés pour les filles, Daddy I Do sur les programmes d’abstinences, mais aucun de ces films n’a jamais été aussi controversé que sa dernière production.

The Red Pill: le film que les féministes veulent bloquer

Cette semaine, une pétition frauduleuse a été mis en place par les féministes australiennes exhortant Kino Cinema d’annuler la projection du film et décrivant le film en des termes trompeurs. La plainte commence avec cette phrase « La cinéaste Cassie Jaye suit les membres du groupe Reddit haineux The Red Pill, connu pour sa concentration d’hommes sexistes sur l’Internet ». « L’intrigue générale resemble à ceci: La féministe Cassie Jaye décide d’enquêter sur le mythe de culture du viol, ouvre le premier lien sur Google (Red Pill) et avant même de le savoir, elle a vu la lumière et se converti au masculinisme. »

Cassie Jaye

Cassie Jaye

« S’il vous plaît ne pas associer votre cinéma avec ce genre de personnes qui enseignent aux hommes comment violer les femmes physiquement et émotionnellement. S’il vous plaît alliez-vous avec les femmes partout dans le monde, et ne favorisez pas la haine misogyne » disent-elles dans un délire dogmatique absolu.

Une grande partie de l’hostilité envers The Red Pill vient de la façon dont il présente l’activiste pour le droit des hommes Paul Elam, qui écrit des commentaires et des articles incendiaires sur les féministes sur son site A Voice for Men. Bien qu’il défende une grande partie de ce qu’il a dit, le film lui-même ne favorise pas ses opinions les plus choquantes et ne diffame pas les femmes de la façon dont certaines féministes font aux hommes. Il présente simplement les MRA d’une lumière plus sympathique.

Le film est loin d’être parfait et il omet certains des pires choses que les personnes interrogées comme Elam ont écrit, mais il offre également un regard intérieur sur un sujet que si peu d’autres sont prêts à explorer. Comme Cathy Young écrit pour Street Heat dans sa critique de The Red Pill et son entrevue avec Jaye, le film offre « une pensée provocante sur des questions qui sont rarement diffusées. »

Les tentatives de censurer The Red Pill et empêcher les cinéphiles de voir le film vient du même manuel d’exploitation idéologique qui a conduit au harcèlement des élèves assistant à des conférences pro-hommes données par Milo Yiannopoulos dans les universités et collèges à travers les États-Unis et au Canada. Ces efforts pour harceler et réduire les gens au silence sont un atout majeur du film.

La récente annulation de la projection de The Red Pill dans un cinéma australien, ne fait que renforcer l’idée du documentaire selon laquelle une certaine franche du féminisme est totalitaire et anti-liberté. Les appels incessantes à annuler la projection du film de Cassie Jaye, que ce soit au nom du féminisme ou par opposition aux masculinistes qu’elles décrivent comme un mouvement idéologiquement «incorrect» ne fait que prouver le point de son documentaire. Et le soi-disant «patriarcat» n’a rien à voir avec cette forme d’oppression.

Articles connexes

Jean-François Cloutier

Je suis le fondateur de TVQC.com. Vous êtes passionnés de séries télévisées et vous trouvez que les médias de masse traditionnels font piètre figure à ce niveau? Soyez sans crainte, nous aussi!