Jacques Duchesneau et Denise Bombardier à Tout le monde en parle

Jacques Duchesneau et Denise Bombardier à Tout le monde en parle

23 septembre 2011 0 Par Jean Francois Cloutier

Mise à jour: 5 août, 2016 @ 22:33

Voici un liste des invités du 25 septembre à Tout le monde en parle, le premier épisode de la saison.

Jacques Duchesneau, le directeur de l’Unité anticollusion; Denise Bombardier pour l’essai Ne vous taisez plus! en lien avec l’affaire Dominique Strauss-Khan (DSK); Olivia Chow, la veuve de Jack Layton; Les BB pour leur nouvel album Univers; Laurent Paquin et Boucar Diouf pour le spectacle S.O.S. Afrique où des humoristes se rassemblent pour lutter contre la famine qui affecte l’Afrique de l’Est; le réalisateur, producteur et metteur en scène Jean Bissonnette qui est entre autres connu pour Moi et l’autre, plusieurs Bye bye, Un gars, une fille et La Petite vie et Kevin Parent, Hélène Florent et Évelyne Brochu pour le film Café de Flore.

Jacques Duchesneau et Denise Bombardier à Tout le monde en parle

Ne vous taisez plus!

Ne pas se taire. Ne plus taire. C’est facile à dire et à faire quand on s’appelle Denise Bombardier ou Françoise Laborde, quand on a la réputation justifiée de ne pas avoir sa langue dans sa poche. Cette réputation de « grande gueule » qui nous a valu parfois quelques ennuis, ou inimitiés, nous avons dû la conquérir, et c’est elle qui nous permet aujourd’hui de dire haut et fort : « Ne vous taisez plus ! »

Nous ne savons pas encore ce qui s’est exactement passé le 14 mai dans la suite 2806 du Sofitel de New York, mais ce que nous savons c’est ce qui s’est dit et écrit en France : un ouragan de réactions sexistes, misogynes, de réactions de caste, … dans un assourdissant silence des femmes. Où sont les grandes philosophes féministes – Où sont les chiennes de gardes – Seules les associations d’aides aux victimes de violence se sont manifestées… et quelques femmes qui ont eu le courage de dénoncer l’omerta. Les hommes en revanche n’ont pas faibli dans le sexisme. Du « il n’y a pas mort d’homme » au « troussage de domestique » en passant par «Est-ce un tort d’aimer les femmes ou « on ne pourra plus vous faire la cour désormais- »… Au Québec, les hommes ne sont pas plus vertueux qu’en France. Il y a des abuseurs mais ils savent ce qui peut leur en coûter d’agresser une femme. Hélas, le Québec n’est pas la France et ce que les femmes québécoises ont obtenu de haute lutte, les Françaises qui subissent encore un machisme archaïque sous couvert de séduction, en sont encore loin. 75 000 femmes sont violées chaque année en France, c’est- à-dire 200 femmes par jour ! Mais la majorité des femmes violées ne portent pas plainte. Par peur, par honte, par soumission. Il n’y a qu’une façon de briser ce cercle infernal : que les femmes cessent de se taire. Qu’elles aient le courage, au nom de leur intégrité et leur dignité de mettre un terme aux comportements des abuseurs en tous genres. Car au pays de Montesquieu, de Voltaire, de Rousseau et de Colette, les femmes sont encore considérées par trop d’hommes comme des proies, toutes classes sociales confondues, et ceux-ci ont souvent l’outrecuidance de prétendre défendre l’égalité des sexes.

P.S. En 2009 le nombre de femmes victimes de violences physiques ou sexuelles a augmenté , selon le rapport annuel de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. Au moins deux millions de femmes sont victimes de violences conjugales en France et 460 meurent chaque année sous les coups de leur conjoint, soit plus d’une femme par jour ! Un chiffre à rapprocher de la délinquance routière contre laquelle nous sommes tous appelés à nous mobiliser : 70 000 blessés et 4 000 morts … mais tous les combats ne se valent pas

Jacques Duchesneau et Denise Bombardier à Tout le monde en parle

Café de Flore
Il n’est pas facile de dire adieu à ceux qu’on aime; pour y parvenir, il faut parfois toute une vie – ou deux.

Entre le Paris des années 1960 et le Montréal d’aujourd’hui se déploie une vaste histoire d’amour aux accents épiques, à la fois sombre et lumineuse, troublante et malgré tout pleine d’espoir. Film teinté de fantastique, baigné d’une lumière parfois presque surnaturelle, Café de Flore raconte les destins croisés de Jacqueline une jeune Parisienne mère d’un enfant unique, d’Antoine un DJ montréalais ainsi que des femmes qui l’entourent. Ce qui les relie : l’amour, troublant, maladroit, imparfait et inachevé… humain.