La Voix: les 24 finalistes qui tenteront de devenir La Voix du Québec

La Voix: les 24 finalistes qui tenteront de devenir La Voix du Québec

12 mars 2013 0 Par Jean Francois Cloutier

Mise à jour: 5 août, 2016 @ 21:34

540816_406082212820626_1950163363_n

Grâce aux quatre derniers duels et à quatre Chants de bataille épiques où les candidates et candidats ont puisé au plus profond d’eux-mêmes pour donner tout ce qu’ils avaient, on connaît maintenant les 24 rivaux qui s’installeront sur la ligne de départ la semaine prochaine avec un rêve plus grand que nature : celui de devenir “La Voix du Québec”.

Et quelles belles luttes que celles dont les téléspectateurs ont été témoins, comme si le nombre réduit de places disponibles dans les équipes des Ariane Moffatt, Jean-Pierre Ferland, Marie-Mai et Marc Dupré avait injecté une puissante dose d’adrénaline aux derniers aspirantes et aspirants.

Des duels dont on se souviendra
Oscillant entre une pop dansante et des balades particulièrement touchantes, les quatre derniers duellistes ont offert des performances hors de l’ordinaire à un public ravi.

Premiers à prendre la scène d’assaut, Stevens Simeon et Henrik Lajoie ont livré une lecture bondissante de L’Amour, de Karim Ouellet. Stressés mais néanmoins confiants, les deux chanteurs ont non seulement assuré une présence énergique sur les planches, mais ont aussi surpris les Coachs par la justesse de leurs harmonies vocales. Le commentaire, très éloquent, de Jean-Pierre Ferland : « Vous savez chanter pis vous êtes bons! ».

Ce fut ensuite au tour de Priscilla Vatrano et de Léa Morgane – à 16 ans, la plus jeune compétitrice – de se relancer l’une et l’autre en relevant l’impressionnant défi rythmique proposé par Regarde-moi, de Céline Dion. Brillamment coachées par Marie-Mai, les deux candidates devaient relever ce défi avec brio, tout en défendant chacune leur territoire avec une énergie qui ne mentait pas. Ariane Moffatt ne devait d’ailleurs pas s’y tromper en commentant : « Comme deux tigresses, un peu plus et vous vous arrachiez les cheveux. »

Puis, changement d’ambiance avec l’incroyablement touchante Calling You, de Bob Telson, une pièce dont plusieurs se rappellent aujourd’hui comme « la chanson de Bagdad Café » et dont Sylvie Pellerin et Myranie Castilloux ont offert une brillante interprétation. Formant un duo – ou un duel – atypique, les deux candidates ont révélé des personnalités et des timbres de voix on ne peut plus différents, tout en sachant émouvoir un public conquis avec une chanson exigeant un registre vocal très étendu. Jean-Pierre Ferland a d’ailleurs bien décrit le duel et résumé la tâche des Coachs en affirmant « C’est difficile, parce que vous êtes deux mondes. »

Le dernier duel s’est aussi avéré très émouvant, Jael Bird Joseph et la Congolaise d’origine Mathilda Kamuena alliant leur sensibilité pour interpréter Parce qu’on vient de loin, de Corneille. Bouleversée par le texte – « C’est comme si je chantais ma vie » – Mathilda devait finalement offrir une prestation parfaitement contrôlée, aux côtés d’un Jael démontrant une maîtrise vocale rare, tout en s’appropriant magnifiquement le rythme chaloupé de la chanson.

Les Chants de bataille : tout donner pour se rendre aux Directs
La seconde partie de la soirée allait être encore plus fertile en émotions, chaque équipe comptant alors sept candidats pour… six places disponibles. Cinq membres de chaque formation étaient invités à prendre une de ces six places sans avoir à chanter de nouveau. Les deux derniers coéquipiers de chacune des équipes allaient par contre devoir s’affronter et interpréter une chanson de leur Coach sur le Chant de bataille afin de décrocher la place restante. Ariane Moffatt devait résumer l’esprit de l’exercice en offrant ce conseil : « Ceux qui veulent rester vont devoir me donner leur essence la plus pure. »

C’est à Émanuelle Robitaille et à Karine Deschamps qu’est revenu l’honneur de lancer le bal, en interprétant tour à tour Réverbère, d’Ariane Moffatt. Émotion à fleur de peau chez la première et interprétation complètement assumée chez la seconde devaient forcer l’auteure à consulter son mentor, Daniel Bélanger. Jacynthe Véronneau et Léa Morgane soulevaient ensuite la foule avec Emmène-moi, de Marie-Mai et Fred St-Gelais. Inflexions orientales d’un côté et inspiration reggae de l’autre suggéraient le commentaire suivant à Marie-Mai : « Ayoye, je peux pas prendre cette décision-là », ouvrant de ce fait la porte à une intéressante discussion entre la chanteuse et son mentor.

646555-marc-dupre-marie-mai-jean

Des relectures étonnantes de Un peu plus loin, de Jean-Pierre Ferland, ont par la suite été proposées à la foule par Maria Janice Galvez – dont l’interprétation a fait dire à Claude Dubois « C’est la première fois que j’entends modifier la toune de Jean-Pierre. Jamais personne ne l’a modifiée, tout le monde l’a toujours faite “classique” » – et Myranie Castilloux, qui a donné à la célèbre chanson un rythme latin des plus aguichants. Enfin, avec la magnifique Entre deux mondes – composée par F. Baron et C. Dion et interprétée par Marc Dupré – c’est sur la voix feutrée de Amy-Jade Leblanc et le grandiose chant de désespoir livré par Edi Hysi que s’est conclue une autre soirée qui a, de toute évidence, surpassé les attentes des Coachs, de leurs mentors et du public.

Avec 24 concurrents en route pour Les Directs, les semaines qui viennent promettent!
Dès dimanche prochain, ne manquez pas La Voix en direct, puisque vous pourrez vous en mêler en votant pour vos candidats favoris! Dans l’intervalle, pour tout savoir sur les coulisses de l’émission, ne ratez pas nos autres rendez-vous hebdomadaires : lundi et mercredi, 19 h 30.