Orphan Black : entrevue avec Tatiana Maslany (Sarah)

Orphan Black : entrevue avec Tatiana Maslany (Sarah)

29 avril 2013 0 Par Annabelle Thibault

Mise à jour: 5 août, 2016 @ 21:30

Ce texte est une traduction intégrale d’une entrevue d’Assignment X

Dans la série Orphan Black, diffusée les samedis à 21h sur Space, Tatiana Maslany joue le rôle de Sarah, une survivante ayant adopté l’identité de Beth, un sosie de Sarah s’étant suicidée devant les yeux de cette dernière. Sarah apprend en temps et lieu qu’elle et Beth sont en fait des clones. Par ailleurs, elles ne sont pas les seules, et quelqu’un tente de tous les éliminer.

Originaire de la Saskatchewan, Maslany a une bonne expérience au cinéma et à la télévision : elle a occupé un rôle dans les films The Vow et Diary of the Dad et dans des séries comme Instant Star, Heartland et World Without End. En entrevue avec Assignment X dans la tournée de presse de la Television Critics Association, elle a discuté de ses multiples rôles dans Orphan Black, et Maslany semble très satisfaite d’être un clone professionnel. Voici les détails de cette entrevue.

orphanblack_banner_01_web2

ASSIGNMENT X: Est-il amusant de jouer plusieurs personnages dans le même projet?

TATIANA MASLANY: Oui, ce l’est. Je n’avais jamais fait cela auparavant, et encore moins à cette échelle.

AX: Combien y a-t-il de Sarah?

MASLANY: Je ne peux pas vous le dire, mais il est certain qu’il y en a beaucoup.

AX: Comment faites-vous pour différencier les personnages? Le script le fait-il pour vous, ou est-ce votre rôle en tant qu’actrice?

MASLANY: Le script nous aide beaucoup. Graeme Manson (le créateur d’Orphan Black avec John Fawcett) est génial en matière de création de personnages. Il a imaginé des personnages magnifiques, complexes et particuliers. Beaucoup de ces détails sont dans le script, mais pour moi, il s’agit aussi de travailler avec les coiffeurs et maquilleurs, qui sont de vrais artistes dans leur domaine. Ils apportent énormément à ces personnages esthétiquement, et cela me donne beaucoup de matériel pour travailler. Je me regarde dans le miroir et j’ai un look complètement différent. Cela a beaucoup à voir avec la perspective du monde des personnages. Voir le monde différemment signifie aussi bouger différemment à l’intérieur de celui-ci.

À mon avis, jouer plusieurs personnages est le plus beau cadeau du monde parce que cela me rappelle mon enfance. Je jouais avec mes amis, mes amis étaient des policiers, et moi j’étais une voleuse. Puis, mes amis étaient des dinosaures, et j’étais un dinosaure moi aussi. Il n’y a pas de gêne, ni de jugement. La peur du ridicule est vécue par les adultes seulement, pas vrai? Il est inacceptable socialement d’agir comme cela. J’ai pris beaucoup de cours de théâtre, et honnêtement, me laisser aller est la chose avec laquelle j’ai eu le plus de difficulté. Nous voulons tous être en contrôle et connaître le résultat final, alors nous ne voulons pas faire d’erreurs ni avoir l’air idiots. En tant qu’actrice, je crois que le plus grand plaisir et de jouer comme un enfant, et de se dire tout de suite : «Vous savez quoi? Je suis cette personne, une personne totalement différente.» On bouge comme elle, on marche lentement, on parle comme elle. Je dois souvent m’imaginer en tant qu’animal, alors j’imagine l’espèce d’animal que cette personne pourrait être…
orphan-black

AX: Quelle espèce d’animal Sarah est-elle?

MASLANY: Sarah est plusieurs espèces en même temps, mais surtout une mère lion. Elle a les pieds sur terre, elle est féroce, elle est stable, mais elle est aussi agressive. Elle est également une mère effrayante et protectrice. Elle a plusieurs facettes.

AX: Avant d’être dans Orphan Black, aviez-vous une image préconçue des clones?

MASLANY: Je crois que je n’en ai jamais eu. Je me sens un peu déconnectée de l’aspect scientifique de la chose parce que je vois cela du point de vue de Graeme : c’est notre identité vue de la perspective d’autrui, des différentes versions de nous-mêmes. Pour moi, il s’agit plus d’un combat contre le manque d’authenticité du monde, d’un sentiment de dépossession, et du fait que Sarah ne connaisse ni ses parents, ni sa famille. Il est très difficile dans ce cas de bien se connaître et de faire confiance aux autres car elle n’a pas cette confiance naturelle qui vient en ayant une famille très unie. On évolue différemment dans l’univers lorsqu’on a un sentiment d’appartenance et qu’on se sent soutenu. Je pense que, étrangement, ce que les clones apportent à Sarah est un endroit où s’enraciner.

Source: Assignment X