Accueil » Nouvelles » À la Une » Mission: Impossible – Rogue Nation ou quand le Cruise control maintient l’erre d’aller sur la bonne voie!

Mission: Impossible – Rogue Nation ou quand le Cruise control maintient l’erre d’aller sur la bonne voie!

Merci de partager !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

mi5titre

Bonjour, Monsieur Cruise. Cette cinquième mission, si toutefois vous l’acceptez, consiste à reprendre le rôle d’Ethan Hunt et à démanteler le Syndicat. Cette organisation est déterminée à mettre en place un nouvel ordre mondial à travers des attaques terroristes de plus en plus violentes. Bonne chance, Monsieur Cruise, même si votre franchise ne s’autodétruira pas de sitôt…

mi504

Le nom seul de Tom Cruise suffit à être un gage de succès. De Top Gun à Rain Man, en passant par Born on the Fourth of July et Minority Report, sa filmographie éclectique témoigne de cette facilité /faculté qu’il a de transformer en succès commercial chaque film dans lequel il apparaît depuis 1981, se contentant d’un succès d’estime dans de rares cas ou d’un succès de circonstance dans de rarissimes cas.

« Je travaille toujours de la même manière pour chaque film, j’aime commencer ma préparation physique des mois à l’avance en anticipant tout. Je prépare les séquences en les morcelant et en effectuant l’entrainement nécessaire. Je débute chaque long métrage en voulant apprendre de nouvelles choses et en apprenant de nouvelles manières de faire. »

Pour Mission: Impossible – Rogue Nation, l’acteur de 53 ans revient en force/forme sans recours à aucune doublure ni effets spéciaux. Il touche à tout : la course à pied, le combat à mains nues, la poursuite en moto, la plongée en apnée et l’accrochage à l’extérieur d’un avion en vol. Il va sans dire qu’impossible est un « moT » qui ne figure pas dans le dictionnaire de « Tom »!

Si la saga Alien peut se vanter d’avoir eu de grands noms aux commandes de sa réalisation (Ridley Scott, James Cameron, David Fincher, Jean-Pierre Jeunet et bientôt Neill Blomkamp), celle de Mission: Impossible n’est pas en reste :

    – Brian De Palma (Scarface, The Untouchables, Carrie) pour Mission: Impossible en 1996;

    – John Woo (Face/Off, Windtalkers, Lat sau san taam) pour Mission: Impossible II en 2000;

    – J.J. Abrams (Star Trek, Star Trek Into Darkness, le très attendu Star Wars: Episode VII – The Force Awakens) pour Mission: Impossible III en 2006;

    – Brad Bird (The Incredibles, Ratatouille, Tomorrowland) pour Mission: Impossible – Ghost Protocol en 2011;

    – et Christopher McQuarrie (The Way of the Gun) pour MI5 en 2015.

McQuarrie, le scénariste derrière l’excellent The Usual Suspects réalisé par Bryan Singer en 1995, est devenu le collaborateur privilégié de Tom à la fin des années 2000. En effet, depuis 2008, il a écrit les scénarios des films Valkyrie, Jack Reacher et Edge of Tomorrow, en plus de servir de scénariste-conseil pour MI4 et de réaliser le susmentionné Jack Reacher.

L’acteur Simon Pegg commente le travail de l’auteur-réalisateur : « L’idée de Chris, c’était de se lancer dans une espèce de grande rétrospective de la saga (qui a quand même bientôt 20 ans, mine de rien) et de s’approprier des éléments de chacun des films. Vous avez vu le trailer? On aperçoit une patte de lapin accrochée au trousseau de clés de Rebecca Ferguson. Ça, ça vient bien sûr de l’épisode 3. Il y aura plein de choses comme ça dans Rogue Nation. Le tout fondu dans le style de Chris. »

MI5 est une mission des plus spectaculaires, en ce sens que son scénario n’accorde aucun temps mort à une réalisation qui relève le défi de dépasser la barre fixée par ses prédécesseurs. La célébrissime musique de Lalo Schifrin, accompagnant déjà la série télévisée diffusée entre 1966 et 1973, revient à quelques reprises pour rythmer nombre de scènes d’action qui nous tiennent en haleine du début à la fin.

mi503

Le sous-titré Rogue Nation marque le retour de visages familiers des quatre volets précédents. Ving Rhames (MI1 à MI4, en plus de Pulp Fiction, Con Air et Undisputed) revient dans la peau de Luther Stickell, tandis que Simon Pegg (MI3 et MI4, en plus de la Cornetto Trilogy signée Edgar Wright) et Jeremy Renner (MI4, en plus d’Avengers: Age of Ultron, The Hurt Locker et The Bourne Legacy) reprennent respectivement leur personnage de Benji Dunn et William Brandt.

À cette équipe de l’unité IMF (Impossible Missions Force) s’ajoute la révélation suédoise Rebecca Ferguson (Hercules, les téléséries The White Queen et Nya tider) qui succède à Emmanuelle Béart, Thandie Newton, Michelle Monaghan et Paula Patton en tant que nouvelle Ethan Hunt Girl. Son personnage d’Ilsa Faust, une agente double britannique dont nul ne sait de quel côté elle est vraiment (sauf à la fin), lui permettra assurément de gagner en notoriété.

Elle assure même en grande partie ses cascades : « Dès que j’ai eu le rôle, je me suis mise à m’entraîner six heures par jour, six jours par semaine. C’était beaucoup de courses et de Pilates. Le premier jour de tournage, je me suis retrouvée à Vienne avec Tom, à filmer une chute du haut d’un toit [celui de l’opéra d’État, NDLR], et on était à 75 pieds du sol. »

Je dois souligner ici une mauvaise habitude qui revient chez les personnages féminins des films d’action, alimentant à chaque fois mon écoeurantite aiguë. Elles se battent toutes façon mixed martial arts et font le même skill : s’agripper au cou de l’adversaire avec leurs jambes avant une projection au sol qui défie la gravité (avancez la vidéo ci-dessus à une minute pile)!

Des exemples pêle-mêle :

    – Jennifer Lawrence/Rebecca Romijn et leur personnage de Mystique dans la saga X-Men;

    – Scarlett Johansson et son personnage Black Widow dans la Marvel Cinematic Universe;

    – Anne Hathaway et son personnage de Selina dans The Dark Knight Rises;

    – Zoe Saldana et son personnage de Gamora dans Guardians of the Galaxy;

    – la championne féminine UFC Ronda Rousey et ses rôles de tomboy dans Furious 7, The Expendables 3 et Entourage.

Trop, c’est comme pas assez!

Tom Cruise s'envoie en l'air à 1 500 mètres d'altitude...

Tom Cruise s’envoie en l’air à 1 500 mètres d’altitude…

Difficile de repenser à Ghost Protocol sans repenser à la cascade où Tom gravit lui-même une dizaine d’étages de la Burj Khalifa, ce gratte-ciel en plein coeur de Dubaï qui culmine à 828 mètres. Cette scène oblige désormais la saga à repousser les limites du possible. Chose obligée, chose due.

McQuarrie : « Lors de ses repérages, le chef décorateur James Bissell m’a acheté une maquette d’avion Airbus et m’a soufflé que l’on pourrait l’utiliser dans le film. J’ai suggéré à Tom : “Et si tu te trouvais à l’extérieur de cet appareil lors du décollage?” C’était plus ou moins une plaisanterie, mais il m’a répondu “Oui, je pourrais le faire!” »

Le 31 octobre 2014, debout sur l’empennage d’un Airbus A400M, Tom est monté à 1 500 mètres d’altitude et a atteint une vitesse de pointe de 400 km/h! Pis encore, il a fait cette cascade aérienne non pas une fois, mais huit, afin que le réalisateur dispose de toutes les angles et de toutes les images nécessaires!

Il y a même une seconde scène casse-cou où Tom plonge pendant d’interminables minutes dans une cuve contenant 260 000 litres d’eau pressurisée. Pour ce faire, il s’est pratiqué des semaines durant avec Kirk Krack, un moniteur de plongée, avant de réaliser lui-même cette cascade aquatique filmée sous forme d’un plan-séquence haletant!

Tom : « Christopher et moi y pensions depuis Edge of Tomorrow. J’ai fait beaucoup de séquences sous l’eau, mais on a voulu créer le suspense en tournant sans coupes. On est sous l’eau et on retient notre respiration un peu plus de six minutes. C’était vraiment difficile. »

De ce fait, notre homme-poisson aurait dû remplacer Kevin Costner dans Waterworld!

Tom Cruise plonge dans 260 000 litres d'eau pressurisée...

Tom Cruise plonge dans 260 000 litres d’eau pressurisée…

2015 est une année faste pour les films d’espionnage. Outre MI5, il y a eu plus tôt Kingsman: The Secret Service et Spy, et il y aura plus tard The Man from U.N.C.L.E. (le 14 août) et la 24e aventure de James Bond intitulée Spectre (le 6 novembre).

Mission: Impossible est la seule franchise à suites auquel Tom, exception faite de sa présence au générique d’une suite, The Color of Money, réalisé par Martin Scorsese en 1986. Il changera son fusil d’épaule dans les années à venir, puisque Top Gun 2 et Jack Reacher 2 sont en préparation, et Edge of Tomorrow 2 en pourparlers!

Le 28 juillet 2015, invité sur le plateau de l’émission The Daily Show, Tom a confié à Jon Stewart que son équipe et lui planchent déjà sur l’écriture d’un MI6. « On tournera probablement l’été prochain. » Avec un écart de quatre ans et neuf mois en moyenne entre chaque film, ce sixième épisode sera le plus rapide entré en chantier.

La faute à une influence de la MCU qui bombarde à coups de deux blockbusters par an ou à Tom qui prend conscience de son demi-siècle en âge? Ses personnages sont peut-être invincibles à l’écran, mais pas lui!

mi505

Entre la nolanisation de James Bond et la marvelisation de Fast & Furious, Mission: Impossible reste authentique et ne vend pas son âme au diable au nom de l’entertainment. La saga qui soufflera ses vingt bougies en 2016, marquant par le fait même le cinquantième anniversaire de la série télévisée, ne manque visiblement pas de souffle.

Bref, MI5 rend possible l’impossible en proposant un retour aux sources, c’est-à-dire un style vintage, réaliste et tape-à-l’œil. Le maître-Tom trouve le moyen de garder le speedomètre à une vitesse effrénée et constante. Après tout, c’est ça, le Cruise control!

Verdict : 8,5 sur 10

Commentaires Facebook

Articles connexes
Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Véritable cinéphile, Louis-Philippe Coutu-Nadeau est un scénariste-réalisateur-monteur qui a une cinquantaine de contrats à son actif en tant que vidéaste (mariages, captations d'événement, publicités, vidéoclips). Il s'occupe d'ailleurs de toutes les vidéos du concessionnaire Alix Toyota depuis juin 2013. Il a aussi été pigiste pour trois boîtes de production, soit le Studio Sonogram, VLTV Productions et Ikebana Productions. Sa filmographie personnelle présente pas moins d'une vingtaine de titres dont le film Khaos et la websérie Rendez-vous. Il possède un baccalauréat en études cinématographiques à l'UdeM et un baccalauréat par cumul de certificats à l'UQÀM (en scénarisation cinématographique, en création littéraire et en français écrit). Vous pouvez visionner son expérience contractuelle et son expérience personnelle sur son site officiel : www.lpcn.ca

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com