Accueil » Nouvelles » À la Une » Back to the Future Day : quand Marty et Doc réécrivent leur futur et notre présent!

Back to the Future Day : quand Marty et Doc réécrivent leur futur et notre présent!

Merci de partager !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mercredi 21 octobre 2015, à 16h29, une DeLorean volante fait irruption dans le ciel de Hill Valley sous une pluie battante. Ses passagers sont le docteur Emmett Brown (Christopher Lloyd), le jeune Marty McFly (Michael J. Fox) et sa petite amie Jennifer Parker (Elisabeth Shue). Partis de 1985, ils viennent de faire un bond de 30 ans dans cette machine à voyager dans le temps.

backtothefuturetitre01

INTRODUCTION

Qui n’a jamais rêvé de tomber nez à nez avec son soi futur? De savoir si vous alliez devenir un vieux con ou quelque chose comme ça? D’assister à votre mariage qui, par tous les pépins de la pomme de Newton, serait peut-être minable? Personne, nom de Zeus!

Le 3 juillet 2015, le premier film de la trilogie Back to the Future fêtait son trentième anniversaire. C’est au tour du deuxième film d’attirer l’attention, étant donné que nous sommes le jour exact où ces trois voyageurs sont arrivés dans le futur, devenu aujourd’hui… notre présent.

Dès 1985, Robert Zemeckis réalisait, sans le réaliser vraiment, une trilogie qui allait séduire toute une génération de cinéphiles et s’inscrire dans les annales du cinéma de divertissement. Le mérite revient à la qualité de son scénario et à la chimie de son équipe de production, tant derrière la caméra que devant.

« À moins que ce ne soit qu’une vulgaire coïncidence… »

Atteignons donc 88 miles à l’heure (141,62 km/h) et remontons jusqu’en 1985, année de ma naissance, alors que le premier film de Back to the Future sortait au cinéma.

LA PETITE HISTOIRE DE BACK TO THE FUTURE (1985)

Columbia considérait que le scénario n’était pas assez osé pour séduire les adolescents. Disney ne tolérait pas qu’une mère tombe amoureuse de son fils. Back to the Future n’a pas eu une génèse facile, boudé par pratiquement tous les studios dès 1981. Bob Gale et Robert Zemeckis, coscénaristes, ont retravaillé l’intrigue par deux fois, jusqu’à ce que finalement une porte s’ouvre. Merci à leur contact Steven Spielberg!

En effet, grâce au réalisateur qui avait déjà connu le succès (Jaws, Close Encounters of the Third Kind, Raiders of the Lost Ark et E.T. the Extra-Terrestrial), Universal accepte d’investir 19 millions de dollars en échange de quelques modifications dans l’histoire. Le producteur Sidney Sheinberg propose notamment de transformer le nom du Professeur Brown en Doc Brown, celui de la mère en Lorraine plutôt que Meg, et de remplacer le chimpanzé baptisé Shemp par un chien baptisé Einstein. Il souhaitait également que le titre devienne Spaceman from Pluto, mais tous s’opposèrent à cette suggestion. À noter qu’à l’origine la machine à voyager dans le temps devait être un réfrigérateur…

Eric Stoltz et Christopher Lloyd.

Eric Stoltz et Christopher Lloyd.

Eric Stoltz et Lea Thompson.

Eric Stoltz et Lea Thompson.

Les caméras commencent à tourner en 1984, après une phase de casting compliquée. Au bout de quelques semaines, il devient évident qu’Eric Stoltz (The Fly II, Pulp Fiction) n’est pas idéal pour le rôle de Marty McFly. Ni assez drôle, ni assez détendu. Il faut le remplacer, même si l’opération allait coûter la bagatelle de trois millions de dollars. En attendant de trouver une solution, l’équipe continue de filmer sans informer Stoltz qu’il va devoir partir prochainement et en profite pour faire les contrechamps des autres acteurs.

Gale, Zemeckis et Spielberg parviennent finalement à engager Michael J. Fox (The Frighteners, Greedy, voix dans Stuart Little 1 & 2 et Homeward Bound 1 & 2), qu’ils voulaient d’emblée, mais qui était trop occupé par le tournage de la sitcom Family Ties. Le contrat est signé et Fox se retrouve à retourner toutes les scènes de son prédécesseur qui avait alors tourné cinq semaines de rushes. L’acteur entre alors dans la période la plus épuisante de sa carrière : la journée est consacrée aux caméras de la télésérie et le soir à celles du film. Un rythme effréné qui allait durer plus de cent jours, jusqu’au clap final le 20 avril 1985.

Fox a donné la raison pour laquelle il a accepté le rôle : « J’ai passé mon temps au lycée à faire du skateboard, courir après les filles et jouer dans des groupes. J’ai même rêvé de devenir une star du rock. ».

À noter que Christopher Lloyd (The Addams Family 1 & 2, Dennis the Menace, Angels in the Outfield) a été préféré à John Lithgow pour le rôle de Doc Brown, un homme de science plus près de l’expérimentateur que du théoricien, et que Claudia Wells a remplacé Melora Hardin dans le rôle de Jennifer Parker.

Les deux Bob (Gale et Zemeckis) ont choisi comme voiture la DeLorean DMC-12 à cause de son design futuriste pour l’époque (ses portes papillon et sa carrosserie en acier inoxydable).

« Quitte à voyager dans le temps au volant d’une voiture, autant en choisir une qui ait de la gueule! »

Le film a pris du retard et sa sortie prévue en mai est repoussée au 3 juillet 1985. Il est monté dans l’urgence et sans relâche par Arthur Schmidt et Harry Keramidas qui doivent enlever huit minutes de scènes superflues.

LA PETITE HISTOIRE DE BACK TO THE FUTURE PART II (1989)

Les deux Bob regrettent vite d’avoir fini le premier film avec Marty, Doc et Jennifer partant en voiture, car ils devaient obligatoirement repartir de là. Gale écrit un premier jet seul, Zemeckis étant très occupé par Who Framed Roger Rabbit. L’histoire se déroule alors en 1967. Mais Zemeckis souhaite retourner en 1955, jongler avec les paradoxes temporels et ainsi revoir différemment certains éléments du film original.

Notes manuscrites de Bob Gale pour Back to the Future Part II & III et datées du 1er avril 1986.

Notes manuscrites de Bob Gale pour Back to the Future Part II & III et datées du 1er avril 1986.

Notes manuscrites de Bob Gale pour Back to the Future Part II & III et datées du 1er avril 1986.

Notes manuscrites de Bob Gale pour Back to the Future Part II & III et datées du 1er avril 1986.

Crispin Glover ne revient pas, quoiqu’un plan de lui est recyclé, sans sa permission, durant la Féerie dansante des sirènes à travers les jumelles de Marty. Cette décision a engendré un procès, l’acteur reprochant au studio l’utilisation de son image sans sa permission : un accord a finalement été trouvé avant de conduire la SAG (le syndicat des acteurs américains) à adopter de nouvelles lois sur la réutilisation du travail des acteurs. Le rôle de George McFly est alors réécrit, ce qui explique qu’en 2015 le personnage (joué par Jeffrey Weissman) apparaisse âgé et la tête à l’envers suite à un tour de rein et que dans le 1985 alternatif il soit déclaré mort assassiné.

Elisabeth Shue (Leaving Las Vegas, Hollow Man, The Saint) a remplacé Claudia Wells, celle-ci étant indisponible pour des raisons personnelles. La dernière scène du premier film, qui fait office d’ouverture dans le second, a dû être entièrement retournée plan par plan avec la nouvelle actrice.

Quant à Fox, il a dû refaire les scènes de guitare de Johnny B. Goode (classique du rock de Chuck Berry) sous des angles différents afin d’incorporer l’autre Marty (et les copains de Biff) dans la même séquence.

Back to the Future Part II et Back to the Future Part III ont été tournés simultanément, ce qui explique la présence de la bande-annonce du troisième à la fin du deuxième. Au départ, ces deux suites ne formaient qu’un film intitulé Paradox.

LA PETITE HISTOIRE DE BACK TO THE FUTURE PART III (1990)

Lorsque Zemeckis a demandé à Fox quelle époque il aimerait visiter pour le troisième et dernier film, l’acteur a répondu le vieil « Ouest américain » pour y rencontrer des cow-boys. Il a gardé l’idée.

Le tournage a été très éprouvant pour le réalisateur qui tournait ce film le jour et supervisait le montage du deuxième la nuit. Toutes les scènes de western ont été tournées dans le site naturel de Monument Valley.

BTTFTimelines_png

CLINS D’OEIL

– Dans BTTF1, il y a une référence explicite à deux sagas de science-fiction bien connues, Star Wars et Star Trek. En 1955, lorsque Marty s’immisce dans l’ancienne maison de son père pour le convaincre d’inviter Lorraine, il enfile sa combinaison antiradiation pour l’effrayer. Il dit s’appeler Darth Vador et provenir de la planète Vulcain. De plus, Marty adresse un bonjour à son père de la même façon que Monsieur Spock (Leonard Nimoy), un salut dans lequel l’annulaire et le majeur sont séparés des autres doigts par un espace en V.

– Nombre d’éléments renvoient à Clint Eastwood dans BTTF2 et surtout BTTF3. Dans le deuxième film, Biff visionne le film A Fistful of Dollars (1964) avant que Marty ne jette la télécommande dans le bain tourbillon. Ce western a lancé la carrière d’Eastwood et donne l’idée à Marty d’utiliser une plaque en fonte comme gilet pare-balles dans BTTF3. Dans le troisième film, Marty fait sien le nom de Clint Eastwood en 1885.

– Dans BTTF3, le mouvement de caméra qui nous fait découvrir dans un plan d’ensemble le Hill Valley de 1885 est identique à celui du film Once Upon a Time in the West (1968) quand Jill McBain (Claudia Cardinale) débarque à la gare.

– Dans BTTF1, le générique d’ouverture montrant une succession de plans d’horloges et de montres est un hommage appuyé au film The Time Machine (1960) qui débute de la même façon. Celui de BTTF2 montrant une succession de plans de nuages ressemble à celui du film Firefox (1982) mettant en vedette… Clint Eastwood.

– Dans BTTF1, la scène dans laquelle Doc se retrouve accroché à l’une des aiguilles de l’horloge de l’hôtel de ville renvoie au film muet Safety Last! (1923) dans lequel Harold Lloyd se retrouvait dans la même position précaire.

– Dans BTTF2, le cinéma de 2015 propose Jaws 19 réalisé par Max Spielberg. Ce dernier est le véritable fils de Steven Spielberg, le producteur exécutif de la trilogie. De plus, à travers la vitrine de la boutique d’antiquités, Marty découvre notamment un jeu vidéo Jaws (ainsi qu’une peluche de Roger Rabbit).

– Dans BTTF2, le tunnel où Marty tente de reprendre l’Almanach des sports aux mains de Biff est le même tunnel qui donne accès à ToonTown dans Who Framed Roger Rabbit.

– Dans BTTF1, lorsque Marty allume l’amplificateur chez Doc, il manipule un bouton étiqueté « CRM 114 ». Il s’agit d’un hommage direct à Stanley Kubrick, puisqu’il renvoie au nom de la bombe dans Dr. Strangelove (1964), du « sérum 114 » dans A Clockwork Orange (1971) et, sans le vouloir, à l’aile « C room 114 » de la morgue dans Eyes Wide Shut (1999).

crm

PREMIERS RÔLES ET CAMÉOS

– Elijah Wood (la trilogie Lord of the Rings, Flipper, The Good Son) fait sa première apparition à l’écran dans BTTF2. Dans le Hill Valley de 2015, il incarne l’un des deux enfants (celui avec la casquette) du Café 80’s qui jouent au jeu d’arcade Wild Gunman sorti sur NES en 1984.

elijah-wood-back-to-the-future

– Billy Zane (Titanic, The Phantom, Dead Calm) joue Match dans BTTF1 et BTTF2. Il est l’un des copains de Biff Tannen dans le Hill Valley de 1955 et dans celui du 1985 alternatif.

billyzane01

– Jason Scott Lee (Dragon: The Bruce Lee Story, The Jungle Book, Rapa Nui) joue Whitey dans BTTF2. Il est l’un des copains de Griff Tannen dans le Hill Valley de 2015.

jasonscottlee01

– Michael Peter « Flea » Balzary, le bassiste de Red Hot Chili Peppers, joue Douglas J. Needle dans BTTF2 et BTTF3.

– Huey Lewis, le chanteur de Huey Lewis and the News, compte parmi les membres du jury du concours de rock dans BTTF1, celui qui trouve que la musique de Marty McFly (son propre hit The Power of Love présent sur la bande sonore du film) est trop assourdissante…

– Les ZZ Top font une brève apparition dans BTTF3. Ils jouent les musiciens de la kermesse de Hill Valley.

– Dean Cundey, le directeur-photo de la trilogie, est l’homme qui prend la photo de Marty et Doc devant l’horloge de l’hôtel de ville dans BTTF3.

FAITS INTÉRESSANTS

– Au début de BTTF1, en 1985, Marty arrive dans le stationnement du Twin Pines Mall. Plus tard, dès qu’il arrive en 1955, la DeLorean arrache un pin sur son passage. À la fin du film, revenu en 1985, le centre d’achat est rebaptisé Lone Pine Mall…

041004-adf2a6ee-1777-11e4-9008-27f67b099eee

– Le prénom du personnage de Emmett Brown est judicieusement choisi. Il correspond au mot « time » à l’envers et décomposé en deux syllabes, ce qui donne « Em-It ».

– Dans A Million Ways to Die in the West, Albert Stark (Seth MacFarlane) s’approche d’une grange émettant des étincelles, puis y découvre Doc Brown (Christopher Lloyd) en train de travailler sur la DeLorean comme dans BTTF3.

CONCLUSION

La trilogie Back to the Future est à la fois un divertissement familial, une comédie romantique, un film fantastique, un teen movie d’une efficacité incroyable. Ces trois films cultes intemporels avaient tout pour plaire : un récit complexe et sans temps mort, des acteurs dévoués et charismatiques, des répliques punchées et entrées dans la culture populaire, une musique dynamique et mémorable signée Alan Silvestri.

Christopher Lloyd, Lea Thompson et Michael J. Fox en 2015.

Christopher Lloyd, Lea Thompson et Michael J. Fox en 2015.

Bob Gale a énuméré quelques points communs entre le 2015 fictif et le 2015 réel dans une série de questions-réponses avec les internautes via CNN : « Nous avons pensé que les dispositifs biométriques existeraient (et nous avions raison), nous avons envisagé les téléviseurs à écran vidéoconférence dans la maison (et nous avions raison), nous ne nous attendions pas à ce que les drones arrivent (mais ils l’ont fait). Nous nous attendions à ce qu’il y ait beaucoup de technologie à commande vocale (nous avions raison) et nous nous attendions à ce que l’information médicale soit accessible par l’empreinte du doigt d’un patient (ce qui est presque la réalité). »

Si le fax (« You’re fired!!! ») et le partage d’écran (Skype) sont choses courantes, si le Hoverboard et les Nike Air Mags à laçage automatique sont choses (presque) nouvelles, les pizzas ne s’hydratent pas en cinq secondes et les voitures ne sont pas volantes (juste volées!)…

Dommage qu’il n’y aura jamais de suite. En effet, Zemeckis le répète depuis des années : « La trilogie est parfaite comme elle est, on n’y touche plus, j’en suis très fier. Je suis très honoré que les films aient une telle longévité, que les gens les adorent après tant d’années. Mais leur époque est révolue, et il n’y en aura plus. »

Articles connexes
Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Véritable cinéphile, Louis-Philippe Coutu-Nadeau est un scénariste-réalisateur-monteur qui a une cinquantaine de contrats à son actif en tant que vidéaste (mariages, captations d'événement, publicités, vidéoclips). Il s'occupe d'ailleurs de toutes les vidéos du concessionnaire Alix Toyota depuis juin 2013. Il a aussi été pigiste pour trois boîtes de production, soit le Studio Sonogram, VLTV Productions et Ikebana Productions. Sa filmographie personnelle présente pas moins d'une vingtaine de titres dont le film Khaos et la websérie Rendez-vous. Il possède un baccalauréat en études cinématographiques à l'UdeM et un baccalauréat par cumul de certificats à l'UQÀM (en scénarisation cinématographique, en création littéraire et en français écrit). Vous pouvez visionner son expérience contractuelle et son expérience personnelle sur son site officiel : www.lpcn.ca

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com