Accueil » Nouvelles » À la Une » Jailbreak – Critique du film de Jimmy Henderson

Jailbreak – Critique du film de Jimmy Henderson

Un déluge de coups qui met à la fois les points sur les I et les poings sur les G!
Merci de partager !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En 2003, le cinéma thaïlandais lançait Ong-Bak: The Thai Warrior et mettait Tony Jaa sous le feu des projecteur, contribuant ainsi à faire connaître le muay-thaï. En 2011, le cinéma indonésien nous a ensuite présenté The Raid: Redemption qui permettait à Iko Uwais et Yayan Ruhian de démontrer leur maîtrise spectaculaire du pencak-silat. Cette année, c’est au tour du cinéma cambodgien de nous divertir avec Jailbreak, lequel aspire à populariser l’art martial khmer du bokator. J’ai assisté à la première nord-américaine du film hier à Fantasia.

Le spécialiste de bokator Dara Our en pleine démonstration dans Jailbreak.

On a enfin mis la main au collet de Playboy (Savin Phillip), un criminel hautement recherché qui doit maintenant être transporté à Prei Klaa, une prison à sécurité maximale. Une tâche plutôt banale pour Dara (Dara Our) et son équipe. Pour s’assurer que tout se déroule sans anicroche, ils seront accompagnés dans leur mission par un officier de la police française (Jean-Paul Ly). Ce qui devait être une opération de routine se transforme rapidement en un véritable champ de bataille lorsqu’ils se retrouvent prisonniers d’une émeute à l’intérieur du pénitencier. Ce chaos est en fait une diversion orchestrée par Madame Butterfly (Céline Tran), la chef d’un puissant groupe criminel, afin de sortir Playboy de prison avant qu’il ne parle trop.

Le réalisateur italien Jimmy Henderson habite au Cambodge depuis six ans. En 2015, il a réalisé le premier vrai film d’action cambodgien intitulé Hanuman qui mettait en vedette Dara Our et Savin Phillip. Il propose aujourd’hui un film dans la même veine que The Raid: Redemption, en ce sens qu’il exploite les possibilités d’un environnement claustrophobique composé ici de couloirs, de cellules et de toilettes. Une école primaire abandonnée depuis 10 ans a d’ailleurs servi de décor pour recréer la prison. L’illusion fonctionne très bien, même si certaines langues sales critiqueront son allure de carton-pâte. 60% des dialogues ont été tournés en khmer, 35% en anglais et 5% en français.

En raison de son budget dérisoire se situant entre 250 000 et 300 000 dollars, il était impossible de défrayer les coûts pour le déplacement d’une équipe de cascadeurs du Royaume-Uni. Le londonien Jean-Paul Ly, qui a effectué des cascades sur des gros films tels que Doctor Strange, Lucy et Now You See Me 2, a donc lancé un appel sur place, à Phnom Penh, parvenant à recruter 75 athlètes et artistes locaux. Ces derniers ont appris les techniques de bases pendant un mois et demi, à raison de six heures par fin de semaine. Laurent Plancel, ami de Ly et cascadeur sur des films tels que The Mummy, Rogue One: A Star Wars Story et Doctor Strange, est venu lui prêter main-forte. Il y a un combat impressionnant entre les deux hommes au milieu du film et il a dû être tourné en seulement cinq heures. Un très court laps de temps!

Céline Tran est Madame Butterfly dans Jailbreak.

Difficile de ne pas souligner la présence au générique de Céline Tran, actrice franco-vietnamienne de 38 ans bien connue de « ceux qui sont mariés à leur main droite » sous le nom de Katsuni. Celle-ci a laissé plus de 423 films pornographiques derrière elle avant de prendre sa retraite en 2013. Un drastique changement de cap après une carrière de 12 ans, quoique, au fond, elle en avait déjà l’habitude!

Céline Tran au sujet de sa préparation : « J’avais déjà rencontré les producteurs du film lors de l’expo Filmart à Hong Kong. Je me sens bénie d’avoir ensuite pu rencontrer une telle équipe de cascadeurs en France. J’ai appris beaucoup avec l’acteur Jean-Paul Ly, qui était sur le plateau pour Jailbreak. Je veux juste continuer. […] Le cinéma porno m’a permis d’expérimenter, d’en apprendre davantage sur le plaisir, la sensualité, la sexualité, les relations, l’intimité, mais après 12 ans, je n’apprenais plus rien, j’ai voulu recommencer à zéro… J’ai vraiment apprécié ma carrière dans le X, mais, aujourd’hui ma place est dans les films traditionnels… »

À noter que Madame Butterfly doit son nom à l’opéra de Giacomo Puccini datant de 1904. L’ex-actrice érotique devenue actrice héroïque s’entraîne au karaté, au taekwondo, au pencak-silat ainsi qu’au katana. Si son personnage se veut la chef d’un gang de femmes redoutablement sexy, elle trouve son pendant féminin du côté de la police en la personne de Tharoth Sam, une championne nationale de MMA. Dommage que Céline Tran apparaisse dans moins de scènes que prévues : elle s’est blessée à la cheville pendant un entraînement juste avant le début du tournage!

Jean-Paul Ly, Céline Tran, Laurent Plancel et le public de Fantasia (je suis au milieu) à la première nord-américaine de Jailbreak le 21 juillet 2017.

Jean-Paul Ly, Céline Tran et Laurent Plancel à la première nord-américaine de Jailbreak à Fantasia le 21 juillet 2017.

Il s’agit du premier film d’action cambodgien à rayonner en dehors des frontières de l’Asie du Sud-Est. Il se distingue de The Raid: Redemption, devenue une référence, de par son humour et son recours aux longues prises obtenues grâce à la technique du « whip pan » pour passer d’un personnage à un autre sans arrêt de la caméra. À titre de comparaison, ces faux plans-séquences ressemblent à ceux dans The Villainess ou Kingsman: The Secret Service.

Bref, Jailbreak se savoure comme un plaisir coupable destiné aux adultes qui restera dans les annales du cinéma d’action. J’entends par là un film pour nous tous et non porno (tousse). J’admire le fait qu’il accorde de l’importance aux femmes combattantes, Tharoth Sam et Céline Tran en tête, puisque cette visibilité stagnait depuis toujours au sein des films d’arts martiaux. Est-ce qu’il y aura une suite? Probablement : un distributeur américain a récemment signalé son intérêt en faisant l’acquisition du film, sans compter que celui-ci attire l’attention dans les festivals. Le cinéma d’action cambodgien fait beaucoup avec des miettes et se doit d’occuper la place qui lui revient.

Verdict : 8 sur 10

Articles connexes
Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Véritable cinéphile, Louis-Philippe Coutu-Nadeau est un scénariste-réalisateur-monteur qui a une cinquantaine de contrats à son actif en tant que vidéaste (mariages, captations d’événement, publicités, vidéoclips). Il s’occupe d’ailleurs de toutes les vidéos du concessionnaire Alix Toyota depuis juin 2013. Il a aussi été pigiste pour trois boîtes de production, soit le Studio Sonogram, VLTV Productions et Ikebana Productions. Sa filmographie personnelle présente pas moins d’une vingtaine de titres dont le film Khaos et la websérie Rendez-vous. Il possède un baccalauréat en études cinématographiques à l’UdeM et un baccalauréat par cumul de certificats à l’UQÀM (en scénarisation cinématographique, en création littéraire et en français écrit). Vous pouvez visionner son expérience contractuelle et son expérience personnelle sur son site officiel : www.lpcn.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com