Accueil » Région » Canada » Netflix Canada remet les pendules à l’heure sur l’investissement 500 millions

Netflix Canada remet les pendules à l’heure sur l’investissement 500 millions

Merci de partager !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La semaine dernière, nous avons obtenu de la ministre du Patrimoine canadien, l’honorable Mélanie Joly, l’autorisation, en vertu de la Loi sur Investissement Canada, de créer Netflix Canada, une nouvelle société pour les productions originales de Netflix au Canada.

Netflix Canada

C’est notre première présence en production permanente à l’extérieur des États-Unis. Netflix utilisera Netflix Canada pour travailler directement avec des producteurs, des créateurs, des équipes et des talents canadiens pour créer encore plus de contenu de qualité.

Dans le cadre de cette entente, Netflix s’engage à investir au moins un demi-milliard de dollars canadiens dans des émissions de télévision et des films produits au Canada, en français et en anglais, au cours des cinq prochaines années. Ceci signifie avec certitude que Netflix va continuer à jouer un rôle important dans la communauté canadienne de production. Nous avons investi au Canada parce que les Canadiens créent des histoires universelles de qualité. Notre volonté de travailler au Canada en dit beaucoup plus long sur la qualité et la force du contenu, du talent et des équipes d’ici qu’un engagement financier, peu importe le montant.

Frontier saison 2

Nous avons encore du travail à faire lorsqu’il s’agit de trouver de bonnes histoires du Québec racontées en français. C’est pourquoi en plus du demi-milliard de dollars canadiens investi, nous nous sommes engagés à investir 25 millions de dollars canadiens dans des activités de développement de marché sur une période de cinq ans. Netflix se servira de cet investissement additionnel pour tenir des journées de promotion et des activités de recrutement, en plus de venir en appui à des événements culturels locaux pour s’assurer que Netflix Canada rejoigne des communautés de production canadiennes dynamiques, incluant la communauté francophone au Québec.

frontier saison 2

Remettre les pendules à l’heure

Depuis l’annonce nous avons remarqué beaucoup d’enthousiasme, des questions et même des théories du complot au sujet de notre investissement. Nous voulons remettre les pendules à l’heure :

La récente hausse de nos tarifs n’a rien à voir avec notre investissement ou engagement. Cette augmentation était planifiée depuis longtemps.

Nous n’avons conclu aucune entente au sujet des taxes. Notre investissement a été approuvé en vertu de la Loi sur Investissement Canada. Aucun accord fiscal ne faisait partie de l’autorisation de lancer notre nouvelle présence au Canada.

Netflix respecte les lois fiscales partout où elle a des activités. En vertu des lois canadiennes, les services en ligne étrangers comme Netflix ne sont pas tenus de percevoir ni de verser la taxe de vente.

Alias Grace

Captive (Alias Grace), une production CBC et Netflix.

Netflix est un service en ligne, pas un télédiffuseur

Certains pensent que Netflix a reçu un traitement de faveur, car le gouvernement ne nous a pas imposé de quotas de contenu particuliers dans le cadre de notre investissement. C’est faux. Netflix est un service en ligne, pas un télédiffuseur. Aucun service de média en ligne – étranger ou domestique – n’est assujetti à la réglementation traditionnelle, comme des quotas ou des taxes sur le contenu, imposée aux médias radiotélévisés.

D’ailleurs, ces services de média en ligne ne sont pas admissibles aux avantages réglementaires dont bénéficient les médias traditionnels. Le CRTC a décidé en 1999 (bien avant que Netflix ait une plateforme de diffusion en continu) que ces règles ne s’appliqueraient pas aux médias sur Internet. Nous pensons que c’est la bonne approche. Des services en ligne et à la demande comme Netflix sont dépendants des consommateurs et exploitent sur l’Internet ouvert. Nous n’utilisons pas de propriété publique comme le spectre de diffusion ou les droits de passage et nous ne recevons pas de protections réglementaires ni d’avantages dont les diffuseurs bénéficient (et, d’ailleurs, nous n’en demandons pas).

La communauté de production et les histoires universelles exceptionnelles du Canada

Les gens choisissent ce qu’ils veulent voir sur notre plateforme alors nous devons investir dans le meilleur contenu à travers le monde. Nous n’avons pas investi dans ANNE, Frontier, Travelers (Les voyageurs du temps) ou Captive (Alias Grace) pour remplir un quota, nous avons investi car ce sont des histoires universelles de grande qualité. Nous continuerons à investir dans du bon contenu canadien et dans d’autres productions faites au Canada, tel Hemlock Grove, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire et Okja, qui ne sont pas du contenu canadien, mais qui utilisent et mettent en valeur à travers le monde, les talents canadiens exceptionnels ainsi que les installations, ressources et lieux.

Quelle est la suite ?

Nous comprenons que les gens soient curieux et soucieux de connaître les détails pour la suite de choses. Mais souvenez-vous que notre engagement est un investissement à long terme au Canada – pas juste un investissement d’une semaine, d’un mois ou d’un an. Ceci veut dire que maintenant que nous avons obtenu le feu vert pour mettre en place une présence de production locale, nous devons continuer à planifier et à travailler avant de faire d’autres annonces officielles.

D’autres choses sont à venir. Restez à l’écoute…

-Corie Wright,

Directrice, Global Public Policy (Politique publique mondiale)

Articles connexes

Jean-François Cloutier

Je suis le fondateur de TVQC.com. Vous êtes passionnés de séries télévisées et vous trouvez que les médias de masse traditionnels font piètre figure à ce niveau? Soyez sans crainte, nous aussi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com