Transgender Kids: Who Knows Best? : pourquoi la CBC a annulé la diffusion?

Transgender Kids: Who Knows Best? : pourquoi la CBC a annulé la diffusion?

28 décembre 2017 2 Par Jean-François Cloutier
Merci de partager !
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Shares

La CBC a décidé de ne pas diffuser le documentaire BBC Transgender Kids: Who Knows Best? après une crise d’apoplexie des militants trans et LGBT…

Transgender Kids Who Knows Best

Quelques heures seulement avant qu’il ne soit diffusé, la CBC a annulé la diffusion prévue d’un documentaire de la BBC après que des activistes transgenres ont accusé le film d’être «transphobe» et «dangereux».

Selon le site Inmagazine, le film a été retiré de la programmation du 12 décembre, suite à la critique en ligne de l’inclusion de médecins qui considèrent la dysphorie de genre comme une maladie mentale dans le film. Réalisé par John Conroy, le film de la BBC 2017 examine et questionne l’approche affirmative d’un enfant qui questionne son genre avec des intervenants canadiens, dont le Dr Kenneth Zucker, connu pour traiter la dysphorie de genre chez les enfants.

Joshua Ferguson, un activiste et cinéaste «non binaire», a lancé un appel contre la diffusion, appelant la CBC à ne pas accorder de temps d’antenne à des experts discrédités.

Ce n’est pas la première fois que le documentaire est publiquement décrié par les défenseurs des droits de la personne. Avant sa première à la BBC en janvier, plusieurs ont contesté la façon dont il présentait l’affirmation ou la négation de l’identité d’un jeune qui se questionnait sur le genre comme un débat équilibré. “Présenter ceci comme étant tout aussi commun avec des gens qui n’ont aucun regret à propos d’une transition est extrêmement trompeur”, a déclaré Shon Faye, activiste trans, à Dazed Digital. “Le fait d’avoir un médecin controversé en tant qu’experts quand ils sont en désaccord avec la grande majorité de la profession médicale n’est pas équilibré et c’est un sujet chaud comme l’enfer. ”

Dr Kenneth Zucker

Dr Kenneth Zucker

La présence du Dr Kenneth Zucker, psychologue et sexologue canadien, a été mise en évidence. Directeur de la clinique du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH), Zucker a été critiqué par des activistes trans et d’anciens patients pour avoir prétendument pratiqué une thérapie de conversion. CAMH a renvoyé Zucker de son poste et a fermé la clinique en 2015. L’ancienne patiente de la clinique, Jennifer Lynn, a condamné la participation de Zucker au documentaire en janvier. “Je suis inquiet que cela va exposer les autres à ce genre de traitement. Je vous le dis: je ne veux pas voir ces enfants traverser l’enfer que j’ai dû traverser », a-t-elle déclaré à la CBC.

Dans une lettre à la BBC, Trans Media Watch a noté que le film présentait les perspectives ou les doutes sur les approches affirmatives sur le genre a reçu deux fois plus de temps d’antenne que d’expériences positives. Une pétition en ligne qui a atteint plus de 11 700 signatures a demandé à la chaîne de télévision britannique de retirer Transgender Kids: Who Knows Best? de son calendrier. Il ont été incapable d’arrêter la première de la BBC.

Cependant, la vague de désapprobation contre la diffusion à CBC a été entendue haut et fort. Sur Twitter, CBC Docs a annoncé qu’elle retirerait le documentaire de la diffusion en raison de la réaction du public

Pourquoi CBC a-t-elle annulé un documentaire de la BBC que les activistes ont qualifié de «transphobe»?

Transgender Kids: Who Knows Best? a été condamné pour avoir inclus dans sa couverture l’argument selon lequel certains enfants diagnostiqués comme transgenres peuvent simplement souffrir de problèmes de santé mentale traitables. “Il diffuse des informations inexactes sur les jeunes trans et la dysphorie de genre, et alimentera la transphobie”, a écrit Joshua Ferguson, un cinéaste trans, dans un tweet à la CBC.

Selon le National Post, b qu’une enquête antérieure de la BBC ait jugé le film impartial, CBC l’a retiré de son horaire quelques heures après avoir reçu des plaintes sur les médias sociaux. “Nous avons estimé que nous n’étions pas en mesure d’appuyer adéquatement la conversation et le débat qui seraient suscités par la diffusion du document et avons donc décidé de le retirer du calendrier”, a déclaré le porte-parole de la CBC, Chuck Thompson, dans un communiqué.

Tourné en grande partie au Canada, Transgender Kids: Who Knows Best? suit l’expérience de parents qui ont élevé un enfant montrant des signes de dysphorie de genre – le sentiment d’être né dans un corps avec le mauvais sexe. Une grande partie du film se concentre sur les parents qui décident de poursuivre une approche de «genre affirmative» dans laquelle ils soutiennent pleinement le souhait de leur enfant de changer les identités de genre. “De plus en plus, les parents sont encouragés à adopter une approche de” genre affirmative “… mais cette approche est-elle correcte?”, Lit-on dans le synopsis officiel. Avant même que le documentaire ne soit diffusé, une pétition sur Change.org signée par 11 000 personnes a averti “que cela pourrait déclencher une série de préjugés; en rabaissant les enfants transgenres, les conduisant à ne pas être socialement acceptés par la société.”

Après la diffusion, la l’organisme britannique U.K. Trans Info a qualifié le documentaire de” violent et unilatéral “. Le président du groupe britannique Coventry Pride a déclaré dans un article qu’il s’agissait d’un” vil venin “qui était” biaisé par la négation des enfants trans + “. L’émission a même incité une foule d’agences médicales britanniques, dont la British Psychological Society et le Royal College of General Practitioners, à rédiger une déclaration dénonçant les efforts cliniques visant à «réprimer l’expression d’une orientation sexuelle ou d’une identité de genre».

Cependant, la plupart des blogue et des plaintes critiquant le film dénonçait le sexologue canadien Kenneth Zucker, un critique virulent de l’approche affirmative du genre qui prétend que les enfants peuvent penser qu’ils sont un autre genre à cause du traumatisme, de l’anxiété ou même de l’autisme. “Les petits enfants peuvent présenter une dysphorie extrême, mais cela ne signifie pas qu’ils vont tous grandir pour continuer à avoir une dysphorie sexuelle”, dit-il dans le film.

À un autre moment, il explique, “un enfant de quatre ans pourrait dire qu’il est un chien. Est-ce que tu sors et achète de la nourriture pour chien?” Zucker dirigeait la Clinique d’identité de genre de Toronto, un établissement géré par le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). La clinique a fait l’objet d’un examen externe en 2015 à la suite de plaintes selon lesquelles Zucker et ses collègues pratiquaient une «thérapie réparatrice» visant à «guérir» les personnes transgenres. L’examen n’a pas trouvé de preuve que Zucker tentait d’influencer l’identité de genre des enfants, mais la clinique a été jugée «trop conservatrice» dans les délais de référence et «en décalage avec les pratiques émergentes».

CAMH a dissous la clinique et a renvoyé Zucker. Le centre s’est alors excusé en disant que “toutes les pratiques de notre clinique d’identité de genre pour enfants ne sont pas en phase avec les dernières réflexions.” Une lettre ouverte de ses camarades a affirmé que le licenciement était motivé par des raisons politiques et que Zucker était mis au pilori parce que «la première ligne d’approche avec les jeunes enfants dysphoriques est de les aider à accepter leur sexe anatomique».

Transgender Kids: Who Knows Best?

L’examen complet, qui a plus tard été reconnu pour contenir une fausse déclaration disant que Zucker avait insulté un patient en le traitant “une petite vermine poilue”, a depuis été retiré du site Web de CAMH. Zucker a également été critiqué comme un partisan clé du chiffre de «80%». La statistique – citée dans le film – affirme que plus de 80% des enfants manifestant une dysphorie de genre “cesseront” et deviendront à l’aise avec leur corps après être devenus adultes.

Les critiques, à leur tour, ont prétendu que le chiffre provient d’études imparfaites qui jettent un filet trop large sur lequel les enfants manifestaient légitimement la dysphorie de genre. Une étude sur les enfants néerlandais, en particulier, a supposé que les sujets s’étaient «désisté» simplement parce qu’ils avaient arrêté de se présenter à une clinique d’identité de genre. Le cinéaste a parlé à trois familles qui avaient emmené leurs enfants à la clinique de Zucker, y compris une famille de Toronto dont la fille a dit avoir surmonté sa dysphorie sexuelle après cinq années de forte impression qu’elle était un garçon. «J’ai commencé à m’accepter pour ce que j’étais, une fille», dit-elle.

Transgender Kids: Who Knows Best?

Des opinions dissidentes sont également présentées dans Transgender Kids: Who Knows Best?, notamment des portraits de deux familles dont les enfants, tous deux nés en tant que garçons, se sont «affirmés» eux-mêmes en tant que filles. «Il n’y a rien de mal à être un garçon, c’est juste que je n’aime pas être un garçon», affirme Warner Schaettgen, une transgenre d’Ottawa. Les défenseurs de l’affirmation de soi sont également interviewés, y compris Norman Spack, un pionnier de la thérapie hormonale substitutive pour les mineurs, permettant aux gens de faire la transition avant que leur corps soit façonné par les effets de la puberté. Hershel Russell, un psychothérapeute de Toronto, apparaît plusieurs fois dans le film pour contester les affirmations de Zucker et dire qu’il pratiquait une «thérapie réparatrice». «Les gens qui le font n’utilisent pas ces mots, c’est leur problème», a déclaré Russell. John Conroy a également suivi la députée provinciale de l’Ontario, Cheri DiNovo, qui a présenté le projet de loi modifiant le code des droits de la personne de l’Ontario pour interdire la discrimination contre «l’identité sexuelle» et «l’expression sexuelle».

Cependant, les critiques ont accusé le documentaire Transgender Kids: Who Knows Best? de soulever les vues d’un universitaire «discrédité». Une longue plainte du groupe britannique Trans Media Watch, par exemple, a comparé le documentaire à la promotion d’Andrew Wakefield, le gastro-entérologue largement discrédité qui a utilisé une fausse étude pour propager le mythe selon lequel les vaccins causeraient l’autisme. Sam Bagnall, directeur artistique de BBC Current Affairs, a déclaré dans un tweet que le documentaire avait été approuvé par l’unité des plaintes éditoriales de la BBC. Et malgré les plaintes, le bureau des communications du Royaume-Uni n’a trouvé aucune raison d’ouvrir un dossier sur le film. “C’est un examen équilibré des problèmes”, écrit-il.

La terreur
En gros, tout ce que cette censure à provoqué c’est un peu comme ce qui est arrivé il y a deux ans avec le film The Red Pill de Cassie Jaye, les gens sont curieux et maintenant ils veulent regarder Transgender Kids: Who Knows Best?. Un documentaire qui serait passer somme toute inaperçu sur la CBC, devient un phénomène médiatique par son interdiction.

De plus, chez les censeurs de certains membres la communauté LGBT et féministes, nous pouvons déceler un coté très autoritaire et dogmatique, car le documentaire Transgender Kids: Who Knows Best? est assez bien balancé et montre les différents cotés du débat, mais les censeurs ne veulent aucun contradicteur à leur discours, comme un livre saint, aucune remise en question n’est toléré, aucun discours qui dévie un tant soit peu de la doctrine LGBT et gender ne doit être entendu, ni diffuser, car ceux qui oseront commettre le crime de faire entendre un discours différents se fera brûler sur le bucher de l’inquisition 2.0, chez certaines mouvances gender, féministe et LGBT, le crime de penser existe et il doit être punit et la punition est la mort sociale.