Jesse Watters mange un steak en discutant de la masculinité toxique

Jesse Watters mange un steak en discutant de la masculinité toxique

30 décembre 2017 0 Par Jean Francois Cloutier

Mise à jour: 30 décembre, 2017 @ 18:30

Vous pouvez partager nos articles!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Samedi dernier lors de l’émission Watters’ World, l’animateur de Fox News, Jesse Watters, a fait son troll lorsqu’il a invité Anne DeLessio-Parson, une candidate au doctorat de l’Université Penn State à son émission.

Jesse Watters

Dans un délire absolut, la doctorante soutient que la viande renforce les stéréotypes de genre. Anne DeLessio-Parson a étudié la «culture axée sur la viande» de l’Argentine et publié un article intitulé Doing vegetarianism to destabilize the meat-masculinity nexus in La Plata, Argentina dans le Journal of Feminist Geography qui disait:

Dans les sociétés patriarcales où la masculinité hégémonique implique un impératif de manger de la viande, le végétarisme perturbe la culture alimentaire, soulevant des questions sur la façon dont les végétariens font, refont et retravaillent le genre. Nous ne pouvons pas séparer les façons dont les gens «font du végétarisme» de la façon dont ils «font le genre».
Faire du végétarisme dans les interactions entraîne le changement social, contribuant à dissocier la viande de l’hégémonie du genre et révélant la résistance et le remaniement du genre dans les espaces alimentaires.

Jesse Watters a débattu sur le sujet dans son émission Watters ‘World. Il a demandé: “Pourquoi manger de la viande est-il mauvais? Vraiment?” DeLessio-Parson a répondu que manger de la viande «peut renforcer les structures sociales existantes, y compris le patriarcat» grâce à son «symbolisme».

Jesse Watters

Puis, en expliquant qu’il faudrait plus de quatre minutes pour expliquer le lien entre manger de la viande et masculinité », le producteur a sorti une assiette de bifteck pour Watters, qui l’a mangé.

Elle a commenté: «C’est un joli animal mort, une vache morte accrochée à ta fourchette.» Alors que Watters continuait à manger, elle a expliqué qu’une société devrait être jugée sur la façon dont elle traite ses animaux. Puis elle a dit: «Ce serait formidable si nous avions des soins de santé universels pour nos animaux», puis elle a confirmé son point de vue en disant que nous avions «un peu d’argent» et montré sa tasse de thé. Watters a alors partie Èa rire et a répondu à sa demande que nous pourrions nous le permettre en disant, “Vraiment? Parce que nous avons une dette de 20 billions de dollars. “