Infrarouge: Ni d’Ève ni d’Adam. Une histoire intersexe sur France 2

26 septembre 2018 0 Par Jean-François Cloutier

Mise à jour: 26 septembre, 2018 at 5:12

Merci de partager !
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Share

Infrarouge avec Marie Drucker va présenter le film documentaire Ni d’Ève ni d’Adam. Une histoire intersexe de Floriane Devigne produit par Emmanuelle Dugne pour CFRT.

Ni d'Ève ni d'Adam. Une histoire intersexe

Ni d’Ève ni d’Adam. Une histoire intersexe

M., 27 ans, est une personne née avec une variation biologique de ses caractéristiques sexuelles. Comme 1.7% de la population, elle est intersexuée, un puissant tabou dont elle voudrait bien se défaire. Un jour, tout va changer lorsque M. entre en contact avec Deborah, intersexuée également, et qui va lui faire découvrir de nouvelles façons de se percevoir elle-même et son corps.

« Je rêve parfois que je n’ai plus ni hanches ni fesses ni jambes. Ma folie ne va pas jusque-là. Il n’y a que le milieu qui m’encombre, son inutilité me glace. »

Et même si le chemin vers l’acceptation reste long et sinueux, M. va trouver le réconfort d’autres voix : celle d’Audrey et de Pidgeon et d’autres militant·e·s intersexes américain·e·s actif·ve·s sur YouTube. Elle découvrira avec eux de nouveaux mots, de nouvelles représentations qui lui permettront d’échapper aux définitions médicales pathologisantes et d’entrer dans une nouvelle dimension où la liberté, le respect et l’espoir sont permis. Un film qui interroge les normes établies et les limites d’une vision binaire, patriarcale et hétérosexuelle du genre. Trop attendrissant pour être binaire, en effet.

Une histoire intersexe
Note de la réalisatrice Floriane Devigne
J’ai souhaité raconter l’histoire d’une libération, la sortie pour M., 27 ans, d’un puissant tabou qui l’empêchait de vivre pleinement. M. et les principaux protagonistes de ce film font partie des 1,7 % de la population nés avec une variation biologique des caractéristiques sexuelles. Les personnes intersexuées sont des gens dont on gomme, efface, répare la « différence » encore aujourd’hui. Ils n’ont pas le droit à une existence à part entière, et leur représentation est caricaturale.

Une histoire intersexe

Il s’agissait donc de proposer avec ce film une représentation plus « juste », permettant aux spectateurs de comprendre cette variation biologique et ainsi l’inviter à s’interroger sur certains fondements de notre société, tels que la binarité des sexes qui s’ensuit « naturellement ». La reconnaissance des personnes intersexes permet de porter un regard critique sur la violence des nomenclatures, la violence du calibrage des corps encore pratiquée aujourd’hui, qui ne conçoit notamment qu’une seule manière de faire l’amour, normative, traditionnelle, hétérosexuelle. Les personnes intersexuées nous confrontent intimement à nos propres représentations de l’homme et de la femme. À nos limites aussi. À notre conformisme. « Dis-moi ce qu’on ne m’a pas dit que j’étais… » pourrait être le sous-titre de ce film. Lorsque ce que l’on est n’existe pas dans nos représentations sociales, se construire devient un combat.

Infrarouge présente le film Ni d’Ève ni d’Adam. Une histoire intersexe le mardi 16 octobre 2018 à 23.05 sur France 2