The Night Comes for Us: Critique du film Netflix de Timo Tjahjanto

Une oeuvre d'art... martial!

19 octobre 2018 0 Par Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Mise à jour: 20 octobre, 2018 @ 9:17

Merci de partager nos articles !
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Shares

Exclusivité Netflix disponible depuis le 19 octobre 2018, The Night Comes for Us se veut un autre film d’arts martiaux indonésien, lequel se caractérise par la chorégraphie de ses corps, l’ultraviolence de ses coups et l’ultraminimalisme de ses histoires, ce qui en fait un divertissement incontournable pour les spectateurs avides d’action à couper le souffle. Voici les raisons pour lesquelles je vous le recommande.

Iko Uwais est Arian dans The Night Comes for Us.

Résumé tel que proposé par Netflix : Après avoir épargné la vie d’une fille pendant un massacre, un habile assassin de la Triade se retrouve dans la mire de gangsters sans pitié.

Après The Raid: Redemption en 2011, The Raid 2 en 2014 et Headshot en 2016, The Night Comes for Us se veut la quatrième incursion de votre humble rédacteur dans le sous-genre du cinéma d’action en provenance de l’Indonésie. Les quatre films susmentionnés mettent en vedette Iko Uwais (Mile 22, Star Wars: The Force Awakens), certes, mais pas exclusivement lui cette fois-ci. En effet, dans ce nouveau projet signé Timo Tjahjanto (Headshot, un segment dans V/H/S/2, un segment dans The ABCs of Death), plusieurs acteurs et actrices de talent défient la tolérance à la violence devant nos yeux ébahis. J’en nomme quatre :

-Joe Taslim (Furious 6, The Raid, Star Trek: Beyond)
-Julie Estelle (Hammer Girl dans The Raid 2, Headshot)
-Zack Lee (The Raid 2, Headshot)
-Hannah Al Rashid (V/H/S/2)

C’est le 26 septembre 2018 que le géant états-unien de la vidéo en streaming a acheté les droits du long métrage de 120 minutes. Une idée brillante, compte tenu que les fans sont nombreux à considérer ce type de film comme un évènement. Le résultat pourra ainsi rayonner au-delà du circuit des festivals ou encore des salles dont il aurait fait l’objet d’une sortie limitée. L’intérêt de l’Internet? Éviter le déplacement, l’horaire fixe, les bruits environnants d’autrui, la frustration d’avoir encouragé le box-office d’un navet en raison d’un prix d’entrée exorbitant, et cetera.

La violence graphique est un élément essentiel du cinéma d’arts martiaux indonésien.

Bref, The Night Comes for Us permet au cinéma indonésien de rester loin devant le cinéma thaïlandais (la trilogie Ong-Bak, The Protector) ou le cinéma cambodgien (Jailbreak). N’y cherchez pas l’ombre d’un scénario cohérent ou intéressant, sans quoi vous creuserez jusqu’en Australie. Le fait qu’il dise maintenant non à un seul gros nom ne m’a finalement pas déplu, bien qu’au début j’espérais plus de combats de la part d’Iko Uwais. En parlant des combats, sachez qu’ils sont longs (mais pas ennuyeux!), sanglants (presque gores!), très bien filmés (quelle lisibilité!) et originaux. Les hémophiles vont adorer, là où les hémophobes vont détester. En passant, croyez-le ou non : il s’agit du premier titre que je visionne/critique sur la plateforme Netflix. Ce ne sera certainement pas le dernier.

Lien Netflix : https://www.netflix.com/title/80148162

Verdict : 8,5 sur 10


Merci de partager nos articles !
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Shares