Rutger Hauer: décès de l’acteur de Blade Runner et True Blood

24 juillet 2019 0 Par Jean Francois Cloutier

Mise à jour: 25 juillet, 2019 @ 16:17

Rutger Hauer, l’acteur néerlandais célèbre pour ses rôles dans Blade Runner et True Blood, est décédé à son domicile aux Pays-Bas à l’âge de 75 ans après une brève bataille contre une maladie non précisée.

L’agent de Hauer, Steve Kenis, a annoncé la triste nouvelle de la mort de l’acteur, confirmant qu’il était décédé le 19 juillet. Ses obsèques ont eu lieu mercredi. Bien que dépeignant un certain nombre des méchants les plus emblématiques d’Hollywood, Kenis décrit Rutger Hauer comme un “bon gars” hors écran et louange son extraordinaire talent d’acteur.

Rutger Hauer

Rutger Hauer

Rutger Hauer s’est fait un nom dans des projets surnaturels et d’horreur, mais son rôle le plus remarquable et le plus aimé est celui du réplicant Roy Batty, l’ennemi synthétique et humain de Harrison Ford dans Blade Runner en 1982.

Il aurait réécrit le dialogue pour son monologue final dans le film alors que son personnage décédait, improvisant ainsi la ligne la plus célèbre du film. “J’ai vu des choses que vous ne voudriez pas croire”, explique son personnage dans le monologue sous la pluie, évoquant sa brève existence artificielle. “Tous ces moments seront perdus dans le temps, comme des larmes dans la pluie. L’heure de mourir.” La performance introspective de Hauer, combinée aux prouesses de metteur en scène de Ridley Scott, a contribué à faire de cette scène un des moments les plus emblématiques de l’histoire du cinéma de science-fiction.

Réfléchissant à ce moment emblématique en 2017 avant la sortie de Blade Runner 2049, Hauer a expliqué comment il avait «coupé» le scénario original et avait ré-écrit le dialogue pour correspondre à son interprétation de la vision de Ridley. “J’ai très bien compris ce qu’il voulait et, par instinct, je le lui ai donné. J’espérais trouver une ligne où Roy, parce qu’il comprend qu’il a très peu de temps, exprime un peu l’ADN de la vie qu’il a ressenti”, a déclaré Hauer à Radio Times. “Combien il a aimé ça. Une seule vie.”

Rutger Hauer

En 1969, Rutger Hauer obtient son premier rôle dans la série télévisée Floris de Paul Verhoeven où il interprète le rôle-titre, équivalent d’un Thierry la Fronde néerlandais. Il devient alors l’acteur fétiche de Paul Verhoeven à ses débuts cinématographiques, en particulier dans le sulfureux Turkish Délices (1973).

Il fait ses débuts dans le cinéma américain en interprétant un terroriste opposé à Sylvester Stallone dans Les Faucons de la nuit (1981). La célébrité arrive l’année suivante (1982) avec le film-culte de science-fiction Blade Runner de Ridley Scott où il joue le rôle mémorable du réplicant Roy Batty. Ce personnage est classé à la 86e place des 100 plus grands personnages du cinéma par le magazine Empire.

Rutger Hauer: décès de l'acteur de Blade Runner et True Blood

Rutger Hauer, Octobre 1990. (Photo Terry O’Neill/Iconic Images/Getty Images)

Il enchaîne ensuite les tournages avec notamment Osterman week-end de Sam Peckinpah (1983), Ladyhawke, la femme de la nuit de Richard Donner (1985), La Chair et le Sang (1985), Hitcher (1986) et La Légende du saint buveur (1991), démontrant dans ce dernier film d’autres facettes de son talent.

Dans les années 1990, il apparaît dans de nombreux films à petit budget et téléfilms et, dans les années 2000, il joue des rôles secondaires dans Confessions d’un homme dangereux (2002), Sin City (2005) et Batman Begins (2005). Il continue à tourner dans beaucoup de productions au début des années 2010.

En 2007, il coécrit avec Patrick Quinlan son autobiographie All Those Moments. En 2012, il tient le rôle d’Abraham Van Helsing dans Dracula 3D de Dario Argento. Par ailleurs, il est le narrateur de l’album Lost in the New Real d’Arjen Anthony Lucassen, sorti la même année.

« J’ai vu tant de choses, que vous, humains, ne pourriez pas croire… De grands navires en feu surgissant de l’épaule d’Orion, j’ai vu des rayons fabuleux, des rayons C, briller dans l’ombre de la Porte de Tannhaüser. Tous ces moments se perdront dans l’oubli, comme les larmes dans la pluie. Il est temps… de mourir. »

Adieu, Rutger Hauer.