Harpoon – Critique du film de Rob Grant

Accueillez vos amis les bras ouverts, mais les poings fermés!

29 juillet 2019 0 Par Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Mise à jour: 30 juillet, 2019 @ 3:40

Je suis tombé sur Harpoon le 9 juillet dernier en visionnant en rafale plus d’une centaine de bandes-annonces mis en ligne sur la chaîne youtube de Fantasia. J’ai définitivement mordu à l’hameçon au moment où j’ai reconnu Munro Chambers, un acteur canadien de 28 ans, qui sait choisir des projets audacieux comme en témoignent ses rôles dans Turbo Kid et Knuckleball.

Harpoon

Harpoon

Richard (Christopher Grey), un fils de riche, reçoit en cadeau un harpon (ou plutôt un fusil harpon, désolé!) de la part de sa petite amie Sasha (Emily Tyra) et son meilleur ami Jonah (Munro Chambers) après avoir soupçonné une liaison entre eux. Sarah et Jonah le convainquent que ces allégations sont fausses. Pour se faire pardonner, Richard décident qu’ils se lanceront tous les trois sur l’océan à bord du yatch paternel baptisé The Naughty Buoy. Est-ce que leur raison restera sur la terre ferme? Qui partira à la dérive et qui arrivera à bon port?

Cette idée toute simple de Rob Grant, qui assure aussi la réalisation, permet un huis clos efficace où se confrontent la raison miséricordieuse et la folie meurtrière, la vérité crue et le mensonge éhonté, la spiritualité et la sexualité, l’amitié et l’animosité. Son scénario écrit en trois semaines s’inspire librement du roman The Narrative of Arthur Gordon Pym of Nantucket écrit en 1838 par Edgar Allan Poe. Le tournage, quant à lui, s’est bouclé en seize jours : dix jours pour les plans intérieurs du bateau en Alberta ainsi que six jours pour les plans extérieurs à Belize en Amérique centrale.

J’ai adoré le jeu des acteurs très impliqués émotionnellement, la violence graphique de certaines scènes rythmant bien le résultat final (83 minutes sans temps mort), les savoureux dialogues lourds de sous-entendus et le poster de Christopher Shy également derrière celui de Mandy. Un narrateur extradiégétique et sardonique fait d’ailleurs respirer ce suspense hitchcockien le temps de quelques parenthèses qui développent en profondeur notre trio de personnages. J’adore Fantasia quand il me fait découvrir des perles que je n’aurais jamais admiré de mes yeux autrement!

Verdict : 8,5 sur 10

Harpoon

Munro Chambers est Jonah dans Harpoon.