Killer Cup 3D – Critique du film d’A.normale JeF.

Vive l'Horreur et l’Humour avec un Grandhaaa...!

11 août 2019 0 Par Louis-Philippe Coutu-Nadeau

Mise à jour: 13 août, 2019 @ 8:01

Des gobelets en styromousse vivants, qui ont jadis envahi la Terre avant de subir le « cale verre » des humains irrespectueux, décident de commettre une tuerie misanthrope à l’échelle planétaire.

Telle est l’idée complètement flyée imaginée par A.normale JeF. il y a plus de deux décennies déjà. Avec Killer Cup 3D : les gobelets qui TUENT de la troisième dimension, notre Ed Wood québécois ressuscite à nouveau ses abhorrables créatures le temps d’un long métrage digne « déchets-d’œuvre » les plus nanardesques!

Killer Cup 3D

Killer Cup 3D : les gobelets qui TUENT de la troisième dimension

Voici la petite histoire d’hier jusqu’à aujourd’hui. En 1998, dans le cadre d’un projet étudiant au Collège Ahuntsic, le réalisateur présentait Killer Cup : les gobelets qui TUENT. Il s’agissait d’un court métrage de 19 minutes filmé avec une bonne vieille caméra VHS. En 2004, il récidivait avec Killer Cup 2 : les gobelets qui TUENT r’attaquent (Second Cup Attack). Il s’agissait d’un court métrage de 36 minutes, plus ambitieux que son prédécesseur à tous les niveaux, ayant remporté le prix du public D.I.Y. à Fantasia cette année-là. Fort de ce succès, un successeur se devait de voir le jour. Le scénario du troisième film a été écrit en 2009, tandis que le tournage a dû attendre les huit fins de semaine des mois d’août et de septembre 2011. Le montage vient tout juste de se terminer, en 2019, soit dix ans plus tard. Les fans en auront massacré des contenants en polystyrène expansé dans l’attente de cette arlésienne!

Si les mots du générique déroulant placé en ouverture rendent hommage (ou dommage?) à ceux introduisant chaque épisode de Star Wars, il va sans dire que notre mémoire se souviendra surtout d’une autre séquence qui se méritera le statut de culte. En effet, vers les deux tiers du film et pendant 17 minutes, l’action devient en relief stéréoscopique à l’image des Friday the 13th Part 3: 3D, Jaws 3-D et Amityville 3-D sortis au début des années 80. Une jolie trouvaille à l’époque où la tridimensionnalité est passée de mode (à noter que, chronologiquement, elle date d’avant la sortie en 2009 du Avatar de James Cameron). Des lunettes en carton rouge et cyan ont été fournies aux spectateurs de Fantasia pour la première mondiale qui a eu lieu le 20 juillet dernier à la Cinémathèque québécoise.

Killer Cup 3D : les gobelets qui TUENT de la troisième dimension n’a pas la prétention de révolutionner le registre de l’horreur satirique ni de solutionner la question de la pollution, mais il peut se targuer d’avoir su maintenir pendant vingt ans un engouement monstre autour d’un eurêka en apparence très banal. Du jeu des acteurs non-professionnels aux dialogues en parler québécois qui sonnent faux, rien ne sort des frontières de l’amateurisme sauf l’utilisation ingénieuse des gros plans à seule fin d’animer les antagonistes les plus rigolos depuis les Gremlins. On en redemande, hélas, comme quoi la sincérité innocente derrière ce film d’épouvante épouvantable en fait un plaisir coupable à visionner entre amis fatigués soucieux d’encourager le cinéma de genre made in Quebec!

Verdict : 7 sur 10

Killer Cup 3D - Critique du film d'A.normale JeF.