Spotify: Le discours de Pierre Lapointe à l’ADISQ est-il vrai?

30 octobre 2019 1 Par Jean Francois Cloutier

Mise à jour: 30 octobre, 2019 @ 6:04

Le gala de l’ADISQ de dimanche dernier mettait en vedette des stars telles que Fouki, Loud, Koriasse et Bleu Jeans Bleu, mais celui qui s’est le plus démarqué est certainement Pierre Lapointe et sa sortie contre Spotify et les autres géant du web.

Spotify

Spotify: la réalité vs le discours de Pierre Lapointe

Mais qu’en est-il de ce discours corrosif de Pierre Lapointe envers Spotify? Est-il vrai? A-t-il vraiment reçu 500$ pour 1 million de stream? Se fait-il tout simplement avoir par son gérant? Spotify sous-paye t-il les artistes? Je dirais que c’est un peu de tout ça..

Les services de streaming que nous utilisons tous, tels que Spotify et Apple Music, offrent une grande commodité aux fans. Mais les artistes n’obtiennent pas grand chose à la toute fin. La simple vérité est que les musiciens doivent être mieux payés pour leur contenu. Et si ces services commençaient à agir davantage comme des maisons de disques, ils pourraient se permettre de le faire.

De nos jours, des millions d’auditeurs se pressent vers les services de streaming pour écouter de la musique soutenue par la publicité ou par abonnement. Les québécois ont écouté en moyenne 32 heures par semaine en 2019, et ce nombre ne fait qu’augmenter. Mais les musiciens ne reçoivent toujours pas leur juste part.

Voici le calcul: Spotify paye environ 0,006 à 0,0084 USD par streaming au détenteur des droits sur la musique. Et l’argent récolté avec la licence de diffusion est partagé entre le label, les producteurs, les artistes, le gérant et les auteurs-compositeurs. En bref, le streaming est un jeu de volume.

Pierre Lapointe

Pierre Lapointe

Par exemple, Taylor Swift a gagné entre 280 000 et 390 000 USD pour sa chanson “Shake It Off” qui a 46,3 millions de streaming, selon un Spotify. Mais c’est pour l’une des plus grandes pop stars du monde. La plupart des musiciens ne génèrent pas autant de stream au cours de leur vie. Selon un autre calcul, 1 million de stream sur Spotify représentent environ 7 000 USD et un million de stream sur Pandora génèrent 1 650 USD. Vous voyez C’est ICI que le bas blesse, Pierre Lapointe vous MENT, ou il se fait tout simplement rouler dans la farine par son gérant ou sa compagnie de disque. C’est la compagnie de disque ou le détenteur de sa licence qui l’a payé 500$ et non SPOTIFY! Le géant du streaming a probablement payé entre 5 et 7000$ le détenteurs de la licence. Mais aussi, est-ce que Spotify calcule chaque streaming, ou jette un oeil sur les gens qui écoutent la musique? C’est à dire, est-ce qu’une personne qui écoute la chanson 20 fois dans une journée, qui est abonné à la chaine de Pierre Lapointe et qui écoute ses chansons à la même valeur que celui l’écoute seulement une fois au hasard dans une playlist?

Lors de cette “grande soirée musicale québécoise”, les téléspectateurs doivent se rendre compte à quel point il est devenu difficile pour des artistes moins populaires de gagner leur vie à l’ère numérique et ne vous en faites par pour Pierre Lapointe, il va continuer à rouler sa bosse et il va continuer à manger 3 repas par jours assez facilement. Par contre, pour les petits nouveaux c’est autre chose…

Le Catch-22

Lorsque les gens achetaient des albums et même des mp3 sur iTune, il y avait une lueur d’espoir qu’un musicien puisse gagner un revenu décent sur les ventes. Mais maintenant, les musiciens donnent essentiellement leur musique en échange de quelques centimes. Spotify, Apple Music et d’autres services de streaming devraient augmenter considérablement les tarifs, afin que les artistes puissent gagner plus d’argent avec leurs produits. Nul doute que c’est une très difficile à faire dans le monde réel, car le modèle commercial du streaming n’est pas réellement rentable. Spotify, par exemple, perd toujours de l’argent malgré une croissance de 40% par an.

catch-22 : désigne une situation qui, à cause d’un problème intrinsèque de logique, n’a pas de solution.

La situation suivante s’appellerait un “catch-22” :
Il faut avoir de l’expérience pour avoir du travail, mais il faut du travail pour avoir de l’expérience.

Mais si Spotify ne peut pas se permettre d’augmenter le prix des abonnements, parce que les gens s’abonnent justement parce que les prix son bas, et si les prix deviennent trop exorbitant, les gens ne s’abonneront plus au service payant de Spotify, c’est un peu un catch-22.. Si les prix d’abonnements sont plus haut cela dit moins d’abonnement payant et moins d’écoute et moins d’argent à distribuer. Taxer est encore un fois une idées facile et surtout une très mauvaise idées, car à la fin, c’est le membre qui va payer le surplus. De plus, si Spotify refuse, et bien, tout ce qu’ils ont à faire est de bannir les IP québécois pou nous couper du monde.

Spotify

Des pistes de solution?

Voici une autre option: Spotify pourrait devenir un label et conclure des accords exclusifs directement avec les artistes. En d’autres termes, Spotify et les autres services devraient se dissocier des maisons de disques qui peuvent absorber jusqu’à 70% des redevances monétaires. À cet égard, Spotify pourrait imiter Netflix, qui était à l’origine un service de location de DVD et est finalement devenu le producteur de contenu ayant remporté plusieurs Emmys. Quand Spotify était un service naissant, il recherchait des investissements auprès des grands labels. Mais maintenant, Spotify est un gros monstre et peut remplacer efficacement les étiquettes de disques.

En bref, Spotify veut du contenu et les artistes veulent de la distribution. Les étiquettes de disques sont utilisées pour la distribution, mais le problème est qu’il n’existe presque plus de magasins de disques et les musiciens et les auteurs-compositeurs sont maintenant répertorié et promu sur les services de streaming musical. Pourquoi un artiste doit-il céder 70% à un label? Avec ce nouveau modèle, Spotify détiendrait une partie de la propriété intellectuelle et n’aurait pas à payer de labels tiers.

Les services de diffusion en continu pourraient fournir des avances en espèces aux artistes, afin que les musiciens puissent tirer un revenu plus immédiat de leur travail. Par exemple, Apple Music a versé à Chance the Rapper 500 000 $ pour une exclusivité de deux semaines consacrée à sa musique. Les services de streaming pourraient faire la même chose pour la longue liste de musiciens: imaginez un talentueux rappeur ou un artiste de musique électronique qui reçoit 5 000 $ ou 20 000 $ pour réaliser un nouveau projet. Ce serait la manne!

Les services de streaming de musique ont le pouvoir. Ils devraient partager davantage avec les musiciens dont ils tirent parti. Et ils pourraient effectivement être en mesure de réaliser un profit en même temps.