The Ranger : critique du film de Jennifer Wexler (2018)

19 octobre 2022 0 Par Extreme Cinema Reviews

The ranger est un film de Jennifer Wexler sortie en 2018. Il s’agit d’un slasher américain-punk qui ne correspond pas en matière de rendement autant que les critiques le mentionnent.

The Rangers

The ranger

L’histoire aussi faible puisse-t-elle être entourent notre protagoniste du nom de Chelsea (Chloe Levine) entouré d’un cercle d’ados punks sous l’emprise d’un hallucinogène appelé: Écho. Lors d’un concert punk dans un lieu délabré, le groupe parvient à s’échapper de la police en se cachant dans les bois. Alors qu’ils se croient hors de danger, ils ne peuvent pas s’empêcher d’agir en demeuré et de manquer de savoir-vivre. Ils sont alors confrontés à un garde forestier, armé d’une hache qui est bien décidé de préserver la sérénité de sa forêt face à cette bande de délinquants.

Je n’arrive pas à me familiariser avec ces personnages faussement punk. Leurs personnalités manquent d’envergure et ne sont pas suffisamment développées pour devenir intéressant ou apporter une certaine concomitance avec la structure narrative pour le spectateur. Les dialogues déficients, basique et forcé sont d’une idiotie incommensurable, voici une citation du film : « Hey, il y a un lit là-haut » et notre protagoniste qui répond sarcastiquement « Ben oui, c’est une maison…. »

The Rangers
Les personnages possèdent un manque flagrant de profondeur, d’intelligence et ne montrent aucune camaraderie ni esprit de famille envers notre protagoniste alors qu’il s’agit de ses amis. La performance ainsi que le scénario apporté laisse notre protagoniste seule et réservée de son côté. Cacophonie et manque d’émotions s’entremêleront au fil du visionnement. Les personnages essaient trop de jouer au punk alors que visiblement ils ne le sont pas, que ce n’est pas un rôle fait pour eux et qu’ils ne sont pas capables d’effectuer leurs interprétations comme il se devrait dans un film mainstream de cette ampleur. Il y aussi ce faux couple gay à personnalité amplifiée et stéréotypée qui a plus l’air d’être basée sur une histoire de “Bromance” que de romance. Le couple en question n’a aucune énergie ni chimie. Une opportunité pour le cinéma “Queer” qui aurait pu être mieux développée.

Je n’endure aucun personnage. Les performances d’acteurs sont ennuyantes, désagréables et précipitées. La structure narrative n’offre pas de développement ou de conclusions convaincantes. En revanche, les effets pratiques et les prothèses sont bien faites par moments. Certaines scènes de meurtres sont très standard mais arrivent toutefois à se démarquer de par leur brutalité ou leur degré de violence démontré à l’écran.

The Ranger

Cette production insatiable tente trop de devenir un wannabe Wolf Creek version “WISH”. Ultimement, “The Ranger” en promet plus au spectateur qu’il ne délivre en réalité. Encore une fois, je ne devrais pas me fier aux critiques en ligne que je vois dans différents forums de films d’horreur, car je pense que les critique abaisse encore plus la barre des normes. J’ai lu des choses intéressantes sur ce film, mais la vérité est qu’il est TRÈS ennuyeux. Ses scènes de violence et son antagoniste, tentent d’apporter plus de profondeur à l’intrigue principale sans succès.

Techniquement parlant c’est régulier, idem pour les performances, et leur représentation des punks je ne sais pas s’ils essaient d’être une blague (mal racontée) ou un hommage au cinéma des années 80 (mal exécuté), mais le seul résultat est d’être terriblement insultant. Peu de films m’incitent à les décrire comme des navets mais celui-ci en est un beau.

Le film est réalisé par Jenn Wexler et met en vedette Chloë Levine, Jeremy Holm, Amanda Grace Benitez, Granit Lahu, Jeremy Pope et Bubba Weiler

Note : 52% (2.6/5)

The ranger est disponible en vidéo sur demande sur shudder ou en location sur amazon prime video (avec abonnement à AMC+) , youtube, apple tv et google play
https://www.shudder.com/movies/watch/the-ranger/6d92db92d68f23b8