TVQC

Critique de la série Mercredi : Déception ou Chef d’Oeuvre ?

Je me suis enfin décidé à regarder Wednesday (Mercredi).

Comme le fidèle Binge Watch addict que je suis, je me suis installé, j’ai appuyé sur “play” et du début à la fin je n’ai pas pris une seule pause pour admirer cette oeuvre Burtonesque et morbide. Étant un fan du style cinématographique, des costumes et de l’esthétique gothique finement dotée de teintes frôlant la monochromie je savais que cette série allait être pour moi.

Mercredi Addams : Déception ou Chef d’Oeuvre ?

Commençons par le positif. Jenna Ortega brille de mille feux. Elle est hypnotisante, électrisante, captivante et majestueuse. La distribution principale est impeccable et se trouve en concomitance avec la structure narrative. Même si la série possèdes un manque de personnalités remarquables et originales. Toutefois, la distribution secondaire laisse un peu à désirer. Il s’agit quand même d’une série américaine.

Les apparences et le souci du détail dans les expressions faciales, la direction artistique, les cascades quant au dialogue étranger représenté et parlé dans le film ont également un poids lourd faisant partie de mon analyse.

Fidèle à son style, Tim Burton nous emmène dans un univers qui malheureusement comporte des lacunes en matière d’originalité nous offrant ainsi des décors recyclés. Le développement du scénario principal nous offre encore de profondes similitudes et sensations de regarder Chilling Aventures Of Sabrina’s d’une façon qu’elle qu’en soit revisité. Les antagonistes qui souhaitent faire renaître le tout-puissant des ténèbres afin de menacer les protagonistes. La recette est exactement pareille que “les aventures effrayantes de Sabrina”.

Une histoire de loup-garou, de sorcière, de monstres, de revenants, de mystères, de meurtres inexpliqués avec un intrus parmi les personnages fréquents et également du contenu surnaturel entouré par une protagoniste féminine à la carapace d’acier indestructible, un village qui cache des secrets… Bref…Une série américaine normale et soumise aux normes mainstream, modernes et doubles standardisée daujourdhui. Jajouterais que je ne suis vraiment pas fan des trames sonores pop remixé de façon mélancolique de cette série à lexception des scènes de violoncelle qui étaient super-captivantes.

Tim burton a tenté le coup en s’attaquant à une modernisation et à une génération un peu plus actuelle. Une tentative de modernisation mal exécutée qui me laisse beaucoup indifférent.

GROS COUP COEUR POUR LA MAIN EXPRESSIVE ET BALADEUSE.

La main appelée “The Thing” est probablement mon personnage préféré. La manipulation d’effets et de caméras qu’ils ont dû exercer avec cette prothèse démontre une dextérité et un professionnalisme saisissant considérant que la main en question n’est pas du CGI mais bel et bien une prothèse d’effet pratique ! En fait, la personne derrière les commandes de cette prothèse est nul autre que le magicien, illusionniste et acteur Victor Dorobantu !

UNE INTRIGUE TROP FACILE ET ÉVIDENTE ?

La chose qui m’a fait décrocher est que j’ai résolu l’intrigue principale trouvant ainsi la personne qui était la plus susceptible d’être notre antagoniste dès le premier épisode. Pourquoi ai-je trouvé si rapidement ? La réponse est la suivante… C’est du cinéma américain j’en ai vu des milliers. Ce n’est pas demain la veille que les grands studios nous surprendront avec des scénarios aussi originaux et surprenants que les films indépendants. Les grands studios sont faits pour le mainstream et perspicace que je suis, la série n’a rien pu me cacher. Pas de grands secrets dévoilés ni de grande révélation pour moi. Peut-être qu’une meilleure performance d’acting de notre antagoniste aurait pu nuire à ma perspicacité d’avantages ? Qui sait ? Ce n’est hélas pas le cas.

Cela dit, ayant découvert notre antagoniste dès la première heure, ça signifie que malheureusement cette série représente des lacunes et que les personnages typiques, clichés et stéréotypés de toutes les séries que Netflix nous offrent depuis quelques années. C’est à croire que Netflix a des critères qui font que les réalisations doivent se conformer systématiquement à ce genre d’ineptie.

En conclusion, je n’ai pas détesté les heures passées devant cette série. J’ai eu un bon moment et j’ai pu prendre le temps de savourer cette série. Wednesday ne se mérite peut-être pas le titre de la meilleure série de l’année, mais c’est une série qui se vaut bel et bien addictive à écouter en rafale si vous êtes fan de séries ressemblant à la série “Les aventures effrayantes de Sabrina”.  Une série qui aurait pu avoir le potentiel de devenir un chef-d’œuvre.

Wednesday est disponible sur Netflix depuis le 23 Novembre 2022 et met en vedette Jenna Ortega dans le rôle du personnage principal, avec Catherine Zeta-Jones, Luis Guzmán, Isaac Ordonez, Gwendoline Christie, Riki Lindhome, Jamie McShane, Fred Armisen et Christina Ricci dans des rôles secondaires.

Note: 71%


Powered by
JustWatch

Quitter la version mobile