La Baleine: Critique d’un chef d’œuvre bouleversant.

15 janvier 2023 0 Par Extreme Cinema Reviews 15 janvier, 2023 @ 18:29:17

Darren Aronofsky vient de sortir sa dernière oeuvre cinématographique intitulée La baleine (The Whale) gagnante de 26 prix et de 96 nominations.

La Baleine

Brendan Fraser livre une performance grandiose

Ce film est une adaptation de la pièce de théâtre du même nom originaire de Chicago. Brendan Fraser livre une performance des plus grandioses et spectaculaires de sa carrière. Sa performance est dévastatrice et bouleversante. Certaines citations de ce film resteront à jamais gravé dans ma mémoire. Brendan Fraser ne se contente pas d’interpréter qu’un simple rôle. Il nous fait ressentir la vivacité de son personnage au travers ses expressions et de son professionnalisme inqualifiable. Je n’ai que d’éloge à émettre à ce film et envers sa performance. En 2023, son rôle de Charlie dans The Whale lui vaut une nomination au Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique. Un émouvant ”Standing Ovation” de six minutes fait surface lors de sa première projection au festival de film international de Venise en Italie. Brendan Fraser est accompagné de Sadie Sink. Elle fût récompensé pour la meilleure interprétation pour l’épisode « J’ai trop la trouille » de la dernière saison de Stranger Things.

The Whale

Brendan Fraser dit que la costar Sadie Sink est “époustouflante” dans The Whale

Si ce n’était pas de la peur d’avoir l’air idiot dans la salle de cinéma, je me serais également levé pour applaudir ce chef-d’œuvre absolu. Ce film divisera certaines personnes, car Darren Aronosky ne fait pas unanimité par ses films. Nous sommes d’avis que tout le monde a droit à son opinion. Cela dit, ce film mérite d’être vu au moins une fois.

La baleine De quoi s’agit-il?

Ce film traite d’obésité, d’homosexualité, de relation familiale, de beauté intérieure et d’un personnage en quête ultime d’honnêteté et de rédemption. Il est très difficile de ne pas dévoiler de secret lorsque nous essayons de décrire « La baleine ». Cette production signée A24 nous transporte dans l’univers d’un professeur d’anglais homosexuel de 600 livres qui se trouve en situation d’obésité morbide. Il tente de renouer avec sa fille adolescente alors que ses derniers jours seront comptés.

Ce drame psychologique est absolument magnifique, puissant, poignant, bouleversant et grandiose. Je n’ai pas pu résister à l’envie de pleurer face à un film aussi percutant. Darren Aronofsky ne cesse de nous surprendre par ses oeuvres cinématographiques à la fois philosophiques et psychologiquement éprouvantes. Je suis et resterai un grand fan de son style cinématographique. Le truc est que Darren Aronosky ne fait pas de films que pour faire des films. S’il fait un film c’est parce qu’il a envie de nous transmettre ses pensées, ses réflexions ou même un quelconque message. Chacun de ses films contient un message ou une leçon de vie importante.

Les prothèses magistrales, perfectionnistes et impressionnantes ont été confectionnées par nul autre qu’Adrien Morot. Adrien Morot est un artiste maquilleur et prothésiste montréalais. Il détient une nomination des oscars en 2011 pour les meilleurs maquillages et coiffures pour ”Barney’s Version”. Adrien a également contribué avec de nombreux réalisateurs culte tel que Pascal Laugier, reconnu pour son film unique Franco-Canadien ”Martyrs” sorti en 2008. M. Morot a travaillé sur plus de 130 films de différentes nationalités grandement connu du public dont ”M3GAN” qui est présentement à l’affiche et que nous couvrirons lors de notre prochaine critique.

« La baleine » met en vedette Brendan Fraser, Sadie Sink, Hong Chau et Ty Simpkins.

Note: 10/10