Apostrophes: le clash légendaire entre Denise Bombardier et Gabriel Matzneff

4 juillet 2023 1 By Jean Francois Cloutier 4 juillet, 2023 @ 19:31:24 PM

Denise Bombardier était une journaliste et romancière québécoise qui s’est fait connaître pour s’être publiquement opposée à Gabriel Matzneff lors d’une émission télévisée en 1990 .

Elle était une féministe engagée et l’une des premières femmes à s’imposer dans les médias québécois. Malheureusement, Denise Bombardier est décédée le 4 juillet 2023 à l’âge de 82 ans des suites d’un cancer fulgurant du foie .

Denise Bombardier contre Gabriel Matzneff

Denise Bombardier s’est fait remarquer lors de l’émission littéraire “Apostrophes” en dénonçant les écrits de Gabriel Matzneff qui faisaient l’apologie des relations sexuelles avec les enfants et les adolescents . Elle a exprimé son opposition à l’idée que la littérature puisse servir d’alibi pour de tels actes. Son franc-parler et son courage ont été salués, et elle est considérée comme la première personne à s’être publiquement élevée contre Gabriel Matzneff.

Denise Bombardier contre Gabriel Matzneff

Denise Bombardier contre Gabriel Matzneff

En décembre 2019, l’éditrice Vanessa Springora raconte sa relation sous emprise, à 14 ans, avec l’écrivain alors quinquagénaire Gabriel Matzneff dans son ouvrage Le Consentement qu’il avait lui-même retracée dans La Prunelle de mes yeux, un volume de son journal paru en 1993 et qui couvre la période allant du 13 mai 1986 au 22 décembre 1987.

À cette occasion, Denise Bombardier revient sur sa confrontation avec Matzneff lors d’Apostrophes, l’émission de Bernard Pivot sur la chaîne française Antenne 2, en mars 199013, où elle avait été la seule personne présente sur le plateau à affronter Gabriel Matzneff, qui présentait un de ses livres relatant ses activités pédophiles. Elle déclare, le 26 décembre 2019, à un journaliste du quotidien québécois Le Devoir, propos repris par France Info, que le milieu littéraire et la presse français s’étaient couchés pendant 30 ans devant un pédophile et un prédateur sexuel déclarant dans ses livres « sodomiser des mineurs », qu’elle a été alors la victime d’une calomnieuse polémique et qu’une conspiration du silence faisait que ses ouvrages n’étaient plus recensés.

Josyane Savigneau, membre du jury Femina et ancienne patronne du Monde des Livres, soutient toujours le pédocriminel Matzneff en 2019 et qualifie Denise Bombardier de « purge » qui participe à une « chasse aux sorcières ».

Le 10 janvier 2020 Le Journal de Montréal publie un article de Denise Bombardier intitulé « Être à la mode » où, à partir d’hyperboles et de métaphores sur la mode des tatouages, elle cible les déviants sexuels criminels se positionnant en victimes. Par la suite, sur les réseaux sociaux, des tatoués, dont Pénélope McQuade, réagiront au premier degré à ces propos.