The Gender Equality Paradox: la théorie du genre expulsée de Norvège

The Gender Equality Paradox: la théorie du genre expulsée de Norvège

21 août 2013 1 Par Jean-François Cloutier
Merci de partager !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

The Gender Equality Paradox est un documentaire de la chaîne norvégienne NRK1 animé par Harald Eia et qui fait une enquête approfondie sur l’impact de la théorie du genre en Norvège.

Sous l’impulsion de la Norvège, la blogsphère mondiale lance le débat de la pertinence des politiques d’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Ici un article provenant du site La République de Bananes qui parlent du sujet devenu décidément très à la mode.

1361907220001_ORIGINAL

La théorie du genre veut qu’il n’y ait pas de différences sexuelles innées entre les sexes, si ce n’est les caractères sexuels apparents. Pas de différences au niveau de la psychologie, des comportements entre hommes et femmes. S’il y en a, ce ne serait que le fait de facteurs environnementaux, sociaux. Les intérêts des femmes pour les professions à fort lien social plutôt que les techniques ne seraient, par exemple, que le fruit d’une culture (machiste bien sûr) qui les enferme depuis la plus tendre enfance dans des rôles traditionnels, moins bien payés.

Le documentaire The Gender Equality Paradox ci-dessus (sous-titrée en français uniquement, malheureusement) a suscité un débat médiatique, scientifique et politique de premier plan en Norvège. Depuis ce débat, l’État norvégien a décidé de cesser toutes les subventions aux instituts et associations pro-genre (budget 2012 de 7,5 millions d’euros). Ce fut plus particulièrement le cas du Nordisk institutt for kunnskap om kjønn (Institut nordique d’études sur le genre).

La controverse est née du reportage de Harald Eia qui dépeint les sociologues et les chercheurs en études du genre sous une lumière peu flatteuse dans une série télévisée appelée Endoctrinés.

Le vacarme avait déjà commencé l’été dernier, plus de six mois avant que la série ne soit prête. Certains chercheurs en sciences sociales qui avaient été interrogés par Eia s’étaient exprimés dans la presse pour dire qu’ils se sentaient bernés et trompés par les méthodes «douteuses» du journaliste.

cvPrs7NS-MTaVrVPQhyS0ww1agX6fwkdduNA8zgrQtOA

Eia est d’abord allé interroger des sociologues norvégiens spécialistes en orientation sexuelle, en éducation, les rôles sexuels, l’orientation sexuelle et la race; des domaines fortement politisés dans la communauté universitaire norvégienne. Puis il a traduit ces entretiens en anglais et les a montrés à des chercheurs renommés britanniques et américains comme Robert Plomin, Steven Pinker, Anne Campbell, Simon Baron-Cohen, Richard Lippa, David Buss, et d’autres. Dire que les chercheurs américains et britanniques ont été surpris par ce qu’ils ont entendu serait un euphémisme.

Tout commence par un paradoxe : la Norvège trône depuis des années aux premières places du classement des pays les plus égalitaires envers les femmes et pourtant la division du travail selon les sexes y est très stable, malgré toutes les campagnes gouvernementales pour changer les choses. Chose encore plus curieuse : plus un pays est pauvre et plus ses femmes s’intéressent aux professions techniques et traditionnellement masculines alors qu’elles sont délaissées dans des pays prospères et féministes comme la Norvège, le Danemark, la Finlande, l’Angleterre… C’est ce qu’on nomme le paradoxe de l’égalité entre les sexes.

Patrice André synthétise la problématique et les enjeux sociétaux autour de la théorie du genre « (…) Derrière la volonté du mariage entre personnes de même sexe, il y a la volonté d’abolir toute différence entre les sexes. Ce mariage n’est qu’une première étape. C’est la première pierre de quelque chose qui va aller bien au-delà. Il est question d’imposer à la France, d’imposer à l’Europe, d’imposer sur le plan international, une théorie qui s’appelle le gender. Et qui est une théorie dont le but est de subvertir totalement la société dans laquelle nous vivons.»

Les spécialistes présents dans ce documentaire: Richard Lippa de l’Université de Californie, Trond Diseth de l’Université d’Oslo et Simon Baron Cohen de l’Université de Cambridge.

source : La République de Bananes

Quelques liens sur le sujet:
La fin de la théorie du genre …
Egalité hommes femmes : le film norvégien qui fait voler en éclat 40 années de certitudes
L’idéologie du genre au coeur des politiques d’égalité entre les hommes et les femmes (les vidéos en fr et ang)
Le mariage gay n’est qu’une première étape vers la théorie du genre…